Valdisky

De Wikiscanthel
République Populaire du Valdisky

Drapeau valdisky.png

Armes valdisky.png

Données Politiques
Langues valdisk
Capitale Maskva
Type de Gouvernement République Populaire
Président du Conseil des Commissaires du Peuple Yuri Galkine
Commissaire aux Affaires Micromondiales Marianna Kourskova
Vice Commissaire aux Affaires Micromondiales Ninel Ogorodnikov
Relations avec la CSH Cordiales
Autres
Système économique Ecomicro V1
Bibliothèque Bibliothèque valdiske
Forum Place Publique
Site S'y rendre

Localisationvaldisky.png

Le Valdisky (ou République Populaire du Valdisky) est une nation du Continent Nord, situé à l'ouest de la Confédération de Scanténoisie-Helvetia, au nord du Zollernberg et à l'est de la Russlavie.

Géographie

Situé à l'ouest de la Confédération de Scanténoisie-Helvetia, au nord du Zollernberg et à l'est de la Russlavie, le pays est bordé par la Mer du Nord et par le Lac de Centurya. Les Monts Savonifères s’étendent sur une partie de l'est du Valdisky.

Organisation territoriale

Le pays est divisé en 4 oblasts métropolitains et un oblast d'outre-mer:

  • Oblast de Maskva, oblast de la capitale : 5 600 210 habitants.
  • Oblast de Brevsk, oblast au nord ouest : 321 995 habitants.
    • Brevsk (chef lieu) : 150 000 habitants. Brevsk, capitale de l'oblast, est une des villes les plus anciennes du pays. Malgré ses 150 000 habitants, Brevsk reste une ville rurale et enclavée, au nord du pays. Son centre ville est réputé pour être le plus beau du pays.
    • Valgograd : 62 000 habitants
    • Nijkova : 55 230 habitants
    • Oorenburg : 12 000 habitants
    • Travark-am-Mein : 10 560 habitants
    • Bakvinsky : 10 420 habitants
    • Meingrad : 9 652 habitants
    • Brodinska : 5 623 habitants
    • Karvina : 3 210 habitants
    • Tvar : 2 100 habitants
  • Oblast d'Eriakov, oblast à l'ouest du Lac de Centuryon : 251 246 habitants.
    • Eriagrad (chef lieu) : 74 000 habitants. Eriagrad, capitale de l'oblast, a été fondée par des agriculteurs en 1670. La ville a connu un fort développement urbain dans la première moitié du XXe siècle jusqu'à la grande crue de l'Eria en 1954 qui provoqua l'inondation de tout le nord de la ville et le déplacement de 12 000 habitants vers la préfecture du Valdisky zollernois, Zachzenburg (actuellement Iavoslav). Depuis le XIXe siècle, la ville est un au lieu de l'industrie minière et lourde du Valdisky.
    • Iavoslav (Zachzenburg en zollernois) : 45 000 habitants. Iavoslav est une ville située au centre de la province, à une vingtaine de kilomètres d'Eriagrad. Fondée en 1870, elle devient une grande ville de la province grâce à la présence d'industries lourdes et de mines employant plusieurs milliers de personnes. Pendant l'occupation Zollernoise, elle sera nommée Zachzenburg et deviendra la capitale du Nordenmark zollernois.
    • Autchka : 29 450 habitants
    • Kariagrad : 23 456 habitants
    • Nakgrad : 18 000 habitants
    • Valbar : 15 600 habitants
    • Iajski : 12 560 habitants
    • Trej : 11 780 habitants
    • Aak : 10 230 habitants
    • Vadkagrad : 9 900 habitants
    • Jarvalski : 6 320 habitants
    • Centerski : 4 850 habitants
  • Oblast de Valdrak, oblast à l'est du Lac du Centuryon : 485 950 habitants.
    • Valdral-am-See (chef lieu) : 229 150 habitants. Grande métropole industrielle fondée en 1944, Valdrak-am-See est le chef lieu de l'oblast de Valdrak. La ville est située au bord du lac du Centuryon et devient un grand port industriel. Son nom est d'origine zollernoise.
    • Grad-am-See : 123 000 habitants. Grad-am-See est l'autre grande ville industrielle et grand port industriel de l'oblast.
    • Novinski : 75 620 habitants
    • Trakvinski: 25 000 habitants
    • Kovograd : 12 360 habitants
    • Violëtgrad: 11 260
    • Grössburg : 9 560 habitants
  • Oblast de Poldévie (Oblast d'Outre-mer)
    • Poldegrad

Démographie

Langue

La langue nationale et officielle du pays est le valdisk.

Histoire

Histoire pré-ludique

Le Nordenmark, sous influence zollernoise, occupa par la suite le territoire de l'actuel Valdisky. Le Nordenmark était composé des unités de territoires suivantes :

Carte du Nordenmark
  • 1 - Duché de Zaxe
  • 2 - Duché d'Esterhazy
  • 3 - Duché de Valduz
  • 4 - Duché de Kleinfeld
  • 5 - État monastique de l'Ordre de Saint Sigismond des Zollernois
  • 6 - Principauté épiscopale d'Altenberg
  • 7 - Principauté de Furztenztein
  • 8 - Principauté de Gerolstein et ses dépendances magraviat de Basse-Luzace (a), landgraviat de Ketsaus (b), voïvodie de Petite-Zlavie (c)
  • 9 - Principauté d'Azpen
  • 10 - Principauté de Swedenborg (neutre)
  • 11 - Comté Palatin de Koalberg
  • 12 - Margraviat d'Altheim-Neufra
  • 13 - République marchande du Zwyzbund
  • 14 - Ville Libre d'Otterstadt

Après un soulèvement populaire, qui devient rapidement une révolution, le pays obtient son indépendant et prend le nom de République Populaire du Valdisky.

Pays ayant occupé le territoire

Le territoire fut d'abord occupé par le Centuryon puis par le Norduska.

Histoire ludique

«Histoire moderne du Valdisky»
Tirée de l'Histoire de la République populaire du Valdisky par Casimir Charesky, professeur d'histoire merksiste à l'École supérieure du Parti de Maskva (ESPM).

Occupation zollernoise

Le courant «panzollerniste» réclame le «rattachement des États de la Nation zollernoise», le Valdisky - Nordenmark pour les Zollernois - en fait partie, alors qu'une infime parti du territoire peut être considérée comme zollernois. Le 28 mars 2012, les troupes zollernoises entrent en Valdisky et conquièrent le territoire rapidement, malgré quelques tentatives d'arrêter l'envahisseur par les soldats des milices violëtistes qui étaient jusqu'alors les seules garantes de l'ordre dans un pays en anarchie et livré à lui-même par les forces capitalistes et conservatrices au pouvoir. L'autorité zollernoise semble s'installer mais les violëtistes ne s'avouent pas vaincus.

Armes de Nordenmark merksiste

Révolution merksiste-violëtiste et proclamation de la République populaire

Vladimir Violët fonde le Parti violëtiste valdisk (PVV) et l'Armée populaire de libération (APL), plus tard renommée Armée violette. Le PVV devient la principale force d'opposition à l'occupation zollernoise et les milices violëtistes, démantelées par les autorités Zollernoises, renaissent dans la clandestinité. Elles ne sont dans un premier temps que peu actives, attendant l'heure de libérer le pays. Mais Violët meurt en 2011, et Dimitri Litovski devient le nouveau premier secrétaire du PVV, et le nouveau meneur de la Révolution. La lutte se fait alors plus active : grèves organisées par des Soviets clandestins dans les usines, manifestations voire violences à l'encontre des forces armées zollernoises et des autorités.

Le 11 septembre 2013 la Poldévie vote son rattachement au Valdisky.

L'Armée Violette entame une longue vague de «reconquête» à partir de novembre 2013 en partant de Brevsk au nord et arrive finalement à Maskva, qu'ils nomment nouvelle capitale de leur nouvel état. Rapidement, l'aristocratie zollernoise fuit devant l'avancée des libérateurs qui chassent les grands propriétaires, les nobles et les bourgeois proches du pouvoir en place. Le reste du territoire est finalement libéré au fur et à mesure, la résistance se fit tout de même plus dure à Iavoslav - ou Zachenburg en zollernois, et dans le sud de l'Eriakov. Le 5 février 2013, Dimitri Litovski proclame l’indépendance de la République populaire du Valdisky.

Le Mandat Litovski

Dimitri Litovski prend alors la tête du pays et devient le premier Président du Conseil des Commissaires du Peuple. Son mandat sera axé sur la reconnaissance à l'internationale de la RPV. Le Saint-Empire d'Edoran et la Semi-République du Krassland reconnaîtront le Valdisky, bien que le traité avec Edoran ait provoqué de nombreuses réactions d'opposition. Chose plus étonnante, le Zollernberg envoie un ambassadeur, le Prince Zabrücksi, pour négocier un traité avec notre République. Litovski, modéré et respectant la volonté merksiste d'amitié entre les Peuples, accepte de reconnaître l'ancien oppresseur. Un autre point important du mandat Litovski est, comme il l'a décrit lui-même, «la mise en place d'une politique de sécurisation du territoire de la RPV». Le Ministère de la Défense nationale commande aux Chantiers navals édoranais un destroyer, un croiseur et quatre frégates. Dans le même temps, les toutes nouvelles usines d'armement de la RPV produisent à plein régime un équipement digne du sacrifice de l'Armée Violette.

Premières élections et mandat Raspoutine - Troubles et révolte, mise en place du CSV

Litovski démissionne pour laisser place à un président élu, sans se présenter à sa réélection. Le Conseil des Commissaires des Peuples (CCP) , élu quelques temps auparavant, élit le conservateur Bogdan Raspoutine à la tête du pays. Il est désigné Premier Secrétaire du PVV peu après par le Comité Central. Raspoutine nomme un gouvernement de coalition composé des trois grands mouvements du Parti - conservateur, modéré et internationaliste. Son mandat sera celui du durcissement des relations avec les empires du Continent Nord, jugés trop impérialistes. Il ratifiera néanmoins un traité de reconnaissance et de coopération avec l'Empire de Sainte-Russlavie qui renaissait alors de ses cendres. La célèbre Loi organique de Sécurité Sociale, écrite par le Ministre Gorilov, est ratifiée par le président, permettant l'établissement du système social merksiste idéal, encore en vigueur aujourd'hui.

Cependant, en pleine période d'activité due à l'enthousiasme de l'indépendance, le président Raspoutine tombe malade et disparait de la scène politique valdiske, provoquant finalement des manifestations pour l'organisation de nouvelles élections. C'est alors que le Conseil des Commissaires du Peuple démet de ses fonctions Raspoutine et, en attendant l'organisation d'élections, confie les pouvoirs du gouvernement et du chef d'Etat au "Comité de Salut Violëtiste", formé de Gorilov - chef des internationalistes et Ministre des Affaires sociales -, de Litovski - chef des modérés et Ministre des Affaires micromondiales - et de Koloskopy - chef de la police politique (PPV). Le CSV se charge comme objectif prioritaire l'organisation de nouvelles élections pour ramener le calme dans le pays.

Mandat Gorilov

La campagne est virulente entre internationalistes et modérés qui se disputent le pouvoir. Un parti indépendant du PVV est créé pour les élections, le Parti Démocratique Eriake (PDE), parti anti-merksiste et réclamant l'indépendance de l'oblast d'Eriakov. Il ne sera pas interdit par les autorités mais arrivera tout de même à se faire représenter par un Commissaire au CCP. Les internationalistes du MVU sortent vainqueurs de ces élections et Pavel Gorilov est alors élu Président du CCP et Premier Secrétaire du PVV. Il met un terme à la politique isolationniste et farouchement anti-impérialiste de son prédécesseur. C'est pendant son mandat que la République Communale de Poldévie, petite nation insulaire merksiste, est rattachée au Valdisky pour mettre un terme à son déficit d'activité. La Poldévie devient alors le cinquième oblast de la RPV. La fin de son mandat, en février 2014, est marqué par le début de la guerre civile Russlave et l'apparition d'un mouvement dissident du MVU, le Parti violëtiste révolutionnaire (PVR), ultra-révolutionnaire et ultra-conservateur. À la tête de ce mouvement, Svetlana Karamazov, une ancienne ministre de Gorilov, réclame l'organisation de nouvelles élections. Les sympathisants du PVR et la milice paramilitaire des "Gardes Violets" sèment le trouble dans le pays. Les Commissaires du Peuple membres du PVR - Boris Falsky est Svetlana Karamazov - sont démis de leurs fonctions mais Pavel Gorilov doit se résoudre à démissionner et à organiser de nouvelles élections générales.

Agitation «révolutionnaire», troubles et accession au pouvoir de la «Grande Vojdka»

Modérés et internationalistes s'allient une seconde fois pour contrer le PVR, mais cela n'empêchera pas les ultra-révolutionnaires de remporter la majorité au Conseil des Commissaires du Peuple et à la Diète Populaire. Svetlana Karamzov, qui s'est proclamée depuis «Grande Vojdka» - «Grande Guide» - de la nation valdiske, est élue à la tête de l'Etat. Commencent alors des purges dans l'administration centrées sur les modérés et les internationalistes. Dimitri Litovski s'exile en Russlavie, tandis que Pavel Gorilov reste confiné dans sa datcha de Valdrak-am-See, seul oblast resté fidèle au MVU. De nombreux apparatchiki et intellectuels des deux mouvements trouvent refuges à Valdrak ou en Poldévie, seuls oblasts où ils ont le soutient électoral du Peuple. Beaucoup seront néanmoins envoyés en rééducation politique à Brevsk. Svetlana Karamazov revient à l'ère Raspoutine au niveau diplomatique, et joue un rôle majeur en Russlavie où elle encourage le Parti Merksiste-Luniniste Russlave à prendre le pouvoir dans l'est du pays et à fonder la République démocratique populaire de Russlavie (RDPR). Elle soutient également les rebelles transvalaques qui ont fondé une république populaire merksiste à l'ouest de l'ancien empire en négociant la création d'une base militaire (camp de Prietene). L'armée du nord sera également stationnée en RDPR pour soutenir le nouveau régime.

Karamazov tombe toutefois gravement malade et lègue sa place à une de ses premiers fidèles, Galina Postestikaya, qui durcit la répression (les entreprises privées étrangères sont fermés et leurs dirigants envoyés en rééducation) et la politique extérieure du Valdisky. Postestikaya est renversée par un putsch militaire orchestré par un ancien grand soutien du régime du PVR, le chef d'Etat-Major Bourikov.

Prise de pouvoir des militaire et formation de la Junte

Bourikov ne peut espérer gouverner que s'il a l'appui de la Police Politique Violëtiste (PPV), dirigée par l'un des hommes les plus influents du pays, Boris Koloskopy. Ce dernier accepte de soutenir le régime si la PPV obtient une partie du pouvoir. Est alors formé un duumvirat avec Bourikov comme chef d'Etat (Président du Conseil des Commissaires du Peuple) et Koloskopy comme chef du gouvernement (Commissaire Général au Gouvernement). La junte condamne le PVR et effectue de nouvelles purges pour débarrasser l'administration valdiske des apparatchiki ultra-révolutionnaires. Les modérés et les internationalistes ne sont pas pour autant réintégrés dans l'appareil d'état et ils se font discrets. La PPV perd même la trace de l'ancien président Gorilov, que l'on dit réfugié en Zollernberg. En Poldévie, les internationalistes s'emparent du pouvoir et fondent la République Autonome Violëtiste de Poldévie (RAVP), avec à sa tête Andrei van Ijmeer - ancien ministre internationaliste. La flotte sud, basée en Poldévie, restée fidèle à Maskva et aidée par les pirates sorabes, effectue un blocus de l'île. Peu avant que la flotte ne bombarde l'île, le général Chen Xiohan, acquis à la cause modéré et dirigeant les forces armées de l'île, se retourne contre ses alliés et parvient à empêcher un bombardement meurtrier. Il arrête les rebelles MVistes et modérés et dirige l'île revenue dans le giron valdisk. Le polkovnik Koloskopy fait entrer le Valdisky dans la Ligue des Etats Modernes au sommet trimestriel de Krasserhaven.

Bourikov ayant été atteint de flémingite aiguë, son second à l'Etat-Major, le général Nikolai Kharitchev, le remplace à la présidence du CCP et au premier secrétariat du PVV. Plus conservateur en matière de politique intérieure, Nikolai Kharitchev est toutefois modéré au sujet des affaires internationales. Il rétablit les relations avec la Fédération d'Armara, rompues sous le règne de Dean Horton par Svetlana Karamazov, et il participe à la fondation de l'Organisation des Nations de l'Archipel (ONA) en tant que représentant de la RPV. Bourikov se rétablit mais Kharitchev, bien installé au sommet de l'Etat, refuse de rendre sa place à l'ancien président. Ce dernier organise alors une prise de pouvoir via le Parti en se faisant réélire Premier Secrétaire lors du IIe Congrès. Kharitchev reste alors chef de l'Etat mais il est le premier président à ne pas diriger le Parti, situation qui réduit grandement ses pouvoirs. Bourikov annonce également durant ce Congrès la tenue d'élections et piège une nouvelle Kharitchev qui est obligé de dissoudre le Conseil des Commissaires du Peuple et la Diète Populaire.

Élections de mai 2015 et retour au pouvoir des modérés

Kharitchev fait campagne pour les conservateurs alors qu'en face les modérés et les internationalistes se sont alliés autour du dauphin de l'ancien président Litovski, Konstantin Tsierneko. Ce dernier parvient à obtenir la confiance du peuple valdisk qui élit une Diète et un Conseil des Commissaires majoritairement modérés. Tsierneko est élu Président du Conseil en promettant une plus grande démocratie et le retour de la production industrielle après des mois moroses économiquement.

Institutions

Exécutif

Le Valdisky est dirigé par un Président du Conseil des Commissaires du Peuple. Celui-ci est élu par les Commissaires du Peuple, ces derniers dirigeant les oblasts (régions administratives du Valdisky). À l'occasion de son élection, le Président du Conseil des Commissaires du Peuple devient le chef du Conseil Gouvernemental (le gouvernement), composé de Commissaires Généraux (les ministres) qui mettent en pratique sa politique. Le Président du Conseil des Commissaires du Peuple en fonction est par ailleurs le Secrétaire Général du Parti Violëtiste Valdisk. Le Président du Conseil des Commissaires du Peuple siège et réside au Palais Volker.

Législatif

La Diète Populaire (le parlement) possède des pouvoirs limités mais tend à être de plus en plus impliquée dans l'élaboration de la loi. La Diète Populaire siège au Palais du Krej.

Défense

Armée populaire valdiske

L' Armée violette ou Armée populaire valdiske est sous commandement de son Chef d'État-Major. Cette armée lutte contre l'impérialisme dont l'Archipel est victime.

  • Composition de l'État-Major:
    • Général Gueorgui Bourikov, Chef d'État-Major de l'Armée Violette, Chef d'État-Major de la IIIe Armée
    • Général Mikhaïl Diaghilev, Général de l'Armée de l'Air
    • Général Chen Xiohan, Chef du Groupement d'Autodéfense autonome de Poldévie
    • Polkovnik Boris Koloskopy, Chef de la Police politique violëtiste

Marine Violette

La Marine est divisée en trois flottes.

  • Novograd, Valgograd (Brevsk) - Flotte Nord: treize SSV
  • Poldegrad (Poldévie) - Flotte Sud: quatorze SSV
  • Maskva - Flotte Centurya: deux SSV

Diplomatie

Hymne et Symboles

L'hymne national est L'Hymne national valdiske dont les paroles sont:
«L'Union populaire des prolétaires / Guidée par le Parti violëtiste / Vaincra les ennemis impérialistes, / Oppresseurs de la nation ouvrière.
Pour changer le monde, nous sommes prêts à tout. / Les bourgeois tremblent devant Violët, / Donnons tous leurs pouvoirs aux Soviets ! / Jetons dehors ces voleurs, ces voyous!
(Refrain): Ouvriers, paysans, / Sauvons la Patrie / De ses ennemis !» Sa devise est «Union, Patrie, Travail.»

Politique

Le Parti Violëtiste Valdisk

Pendant longtemps, le seul parti politique autorisé dans le pays fut le Parti Violëtiste Valdisk (PVV). Le PVV compte environ 6500 membres dans toute la République qui représentent l'élite valdiske.

Le PVV a souvent joué un rôle à l'arrière-plan de la scène politique, les dirigeants des mouvements internes tentant plus de prendre le contrôle de l'État puisque le président du CCP est traditionnellement Premier Secrétaire du PVV. Seul Gueorgui Bourikov a pris le contrôle du Parti après la prise de pouvoir par Nikolai Kharitchev et l'État-Major, les postes de Premier Secrétaire et de président du Conseil des Commissaires du Peuple étaient alors occupés par deux personnes différentes.

L'unité de base du Parti est la section locale où des réunions ont lieu régulièrement. La cellule locale organise les manifestations locales merksistes-violëtistes, et l'adhésion s'y fait. Le PVV dispose de locaux dans chaque ville du pays. Il existe une section du PVV dans chaque oblast, dirigée par un secrétaire général.

Au niveau national, les adhérents élisent les membres du Comité Central du PVV, qui élisent eux-mêmes le Bureau Politique (Politburo) et le Premier Secrétaire du PVV. Le Bureau Politique donne l'orientation du Parti et vérifie la politique gouvernementale, avec le Comité Central.

Le parti est dirigé par le Premier Secrétaire Konstantin Tsierneko, en place depuis Juin 2015.

Celui-ci est divisé en plusieurs branches qui se distinguent par leur interprétation des doctrines violëtiste et merksiste. Les courants du PVV actifs (octobre 2017) sont:

  • PVR - Parti Violëtiste Révolutionnaire (franchement révolutionnaires, internationalistes)
  • MVU - Mouvement Violëtiste Unitaire (modérés, partisan d'une ouverture du régime)
  • CCP - Courant Conservateur Populaire (courant des militaires et des conservateurs, isolationnistes)

Ligue Démocratique Scanthélo-Norduskéenne

Depuis novembre 2017, un nouveau parti, la Ligue Démocratique Scanthélo-Norduskéenne, fait son apparition, militant pour un rattachement du VestSkanya à la Scanténoisie et tentant un rapprochement avec son parti soeur, la LS scanthéloise [1], profitant de "l'ouverture" du régime.

Économie

Transports

Transport aérien

L'Aéroport International de Maskva est le principal du pays, et jusqu'à novembre 2017, il est le seul à accueillir des vols internationaux à destination notamment du Krassland et la Confédération de Scanténoisie-Helvetia (AEIA). Il est géré par le gouvernement et par la compagnie nationale de transport aérien ProlétAir. Depuis le 9 novembre 2017, la compagnie privée Norskflot opère des vols réguliers. Cette compagnie, membre du réseau ATANS a son Hub à Valdrak et relie Poldegrad, Neu Krassburg et Aarosia.

Transports fluviaux

Le Canal Transcontinental relie le Lac de Centurya à la Krassee. Les travaux ont été financés par la Semi-République du Krassland et la République Populaire du Valdisky, et le canal passe notamment par un tunnel sous la région russlave de l'Atropatène. Il est d'abord destiné au transport fluvial commercial. Un autre canal relie le Lac de Centurya à la Mer du Nord, permettant ainsi de relier les principaux ports de RPV (Novograd et Valgograd) aux autres villes industrielles (Maskva, Valdrak-am-See, Grad-am-See) sur le Lac de Centurya.

Transports ferroviaires

Le Transterranovien (TTN) est un projet né de la volonté de relier l'ensemble du Continent Nord par une ligne de chemin de fer. Il reliait le Belondor à la CSH, en passant par de nombreuses gares du Belondor, d'Edoran, de Russlavie, de Valdisky (Otterstadt et Mittau) et de CSH. Ce train est surtout emprunté par en Valdisky pour se rendre en CSH. La portion valdiske du TTN est exploitée par le Réseau Valdisk des Chemins de Fer (RVCF). Les RVCF exploitent d'autres lignes nationales dans le pays.

Transports urbains

Les transports urbains sont de plusieurs types : métropolitain, tramway, bus. Le réseau de transports urbains de Maskva est le plus important du pays, géré par la Direction générale des Transports de Maskva (DGTM). Il se compose d'un métro (4 lignes), de tramways (17 lignes, dans la périphérie) et de bus (une trentaine de lignes). Le métro, construit à partir des années 1950, est le réseau le plus emprunté. Si les lignes 1 et 2, les premières lignes construites sous le Centuryon, souffrent de leur ancienneté, les lignes 3 et 4, construites sous le Norduska, il y a entre dix et quinze ans, sont plus modernes et plus confortables. Deux autres lignes sont prévues pour compléter la desserte des banlieues de Maskva. Le tramway est le plus ancien de RPV, mis en service en 1926. Il compte aujourd'hui dix-sept lignes, majoritairement en périphérie de Maskva pour relier les grandes villes de la banlieue. Quelques lignes relient encore l'est et l'ouest éloignés au centre de Maskva, faute de ligne de métro. Si ces dernières bénéficient du matériel roulant le plus moderne de la DGTM, les autres sont en moins bon état.

Culture

Éducation

L'Université du Valdisky est l'université nationale du pays. Elle est composée de deux universités:

  • L'Université de Maskva-Valdisky (UdM)
  • L'Université Populaire de Valdrak (UPV).

L'enseignement supérieur et la recherche en Valdisky se concentrent, en plus des matières "classiques", sur l'étude des théories merksistes. Certaines matières, comme l'économie, l'agriculture ou l'histoire, sont abordées avec un point de vue merksiste.

Université de Maskva-Valdisky

Plus vieille université du Valdisky, elle se concentre sur la formation de l'élite du Parti Violëtiste Valdisk, notamment grâce à l'Ecole Supérieure du Parti de Maskva (ESPM). Elle est composée de facultés (agriculture, droit, économie merksiste, histoire, lettres, sciences humaines et sociales, sciences) et d'écoles (ESPM, Haute-École du Merksiste-Violëtisme (HEMV), École de Sciences Politiques (ESP)). Les Instituts (Institut du Merksisme-Violëtisme, Institut des Merksismes) et les Centres de Recherches (plusieurs par facultés) représentent l'élite de la recherche valdiske.

Université Populaire de Valdrak

Grâce à la politique de gratuité de l'enseignement supérieur menée par le PVV, de nombreux citoyens ont pu accéder à l'Université, entrainant une forte demande. L'Université Populaire de Valdrak a été créée pour répondre à cette demande et pour créer un pôle d'élite en matière de langues étrangères mais aussi en ingéniérie, deux domaines cruciaux pour la RPV alors en plein développement.

En plus des facultés (langues étrangères, sciences politiques, informatique, génie civil et mécanique, génie des matériaux), l'Institut des Hautes Études en Merksisme-Luninisme forme des cadres pour le PVV.

Sports

Subrugby

Humanitaire

Le pays participe aux missions de l'AHLEM avec l'Oeuvre Prolétaire de Solidarité Humanitaire (OPSH). Le CML et le CMV ont créé le logo et le drapeau de l'organisation.

Relations avec la CSH

Les relations entre les deux pays voisins sont bonnes. Les dirigeants s'apprécient mutuellement et montre du respect l'un envers l'autre. Ils coopèrent tant sur la culture que l'éducation et l'audiovisuel avec des accords bilatéraux signés en février 2016 que sur des thématiques de transports et d'humanitaire.

Le CMV et le CML ont produit plusieurs logos pour le pays: ceux des mouvances du PVV et le logo du PVV lui-même ainsi que les logos et drapeaux de l'OPSH.

Département Scanthélois Affaires Etrangères

Organisation
Carte du Micromonde - Ligue des États Modernes - Organisation des Nations de l'Archipel
Nations Reconnues
Abalecon - Avaricum - Edoran - Francovie - Krassland - Liberistant - Ligue ED -

Mézénas - Nadür - Pirée - Prya - Russlavie - Skotinos - Valdisky - Véran - Zollernberg

Pays Sans Activité Reconnus ou Intégrés
Freineubourg - Sri Pātnārāt
Nations Reconnues et Disparues
Armara - Athlétia - Belondor - Cité des Glaces - Cocagne - États du Sud - Fantispa - Fradeu - Libertas - Locquetas - Maurésie - Métropolibre - Nautia - Orion - Rileko - Sverige - Syldavie - Ydemos - Ys
Nations non Reconnues
Belgoge - Gwangua - Kolozistan - Livadia - Ostaria
Nations non Reconnues et Disparues
Aldarnor - Amyria - Anarchland - Angmar - Argentorate - Arsgentyne - Ayala - Azeck - Bangana - Bhoustani - Bretzelbourg - Bretzelburg - Cözland - Daoude - Deltarie - Edredonie - El Futuro - Eraluse - Eridan - Esialie - Fanz - Gallice - Héalie - Hubanie Maritime - Jaminaica - Kalésie - Katharsys - Kindistan - Krassauerstein - Laurasie - Legoslavie - Madha - Manutoba - Mazambala - Méniro - Mnibet - Néié - Noordzeeland - Norduska - Norvas - Nouvelle-Caucasie - Nyvélia - Panaconda - Persis - Poldévie - Républiques Orionnaises - Sainte-Croix - San Pedro - Sant Eustaquy - Saraland - Siegburg-Helzonie - Silverland - Sorabe - Sud-Ouest Démocratique - Thaurus - Tolpan - Turcosie - Umujo - Verlor - Vladivaïa - Wasteland - Ysiriam
Traités
Aarosia I - Aarosia II & Annexe - Aarosia-Pyedné - Aldden-Kaora - Allancia - Bergenberg - Bonsecours - Brøkinshåvn - Chabot - Cocagne - Dangloyre - Ébur - Elbêröhnit - Golfe de Locquetas - Havnsthor - Helvia - Hudiksvall/ZELEN -

Kaïtaïn - Kaora - Krassfürt-am-See - Micropolia - Mont-Pharys - Philippeville - Rabat - Scanie - Sorlop - Svetivostok - Ydemos

Traités internationaux
Traité de Bonne-Espérance - Charte de la LEM - Traité des Nations - Traité de Talamanca - Traité de Zozolulu - Texte de Veledris
Documents de voyage
Passeports scanthélois & frenobourgeois