Véran

De Wikiscanthel
République de Véran

Drapeau veran.png

Armes Véran.png

Données Politiques
Langues français
Capitale Véran
Type de Gouvernement République
Chef de Gouvernement Jonas de Pont-Callec
'
'
Relations avec la CSH Aucune
Autres
Système économique narrativiste
Bibliothèque n.c.
forum Place Publique
Site S'y rendre

Localisationvéran.png

La République de Véran est une minuscule nation insulaire perdue en Mer de Thessalonique.

Géographie

L’île de Véran est localisée dans l'archipel des détroits. Cet ensemble, situé entre le continent sud-ouest et le continent fantispanais, comporte cinq îles dont les principales sont Orion et Nyvélia qui abrite la capitale culturelle de l'archipel des détroits et la capitale spirituelle du micromonde: Yrusalem. Cet ensemble unit et sépare le micromonde sud du nord. Aussi, Véran est à la jointure de ses deux mondes et a toujours été une interface de contact entre différents peuples.

L'île est située à une quinzaine de kilomètres d'Orion et à vingt kilomètres de Nyvélia et s'étend sur 18km de long pour 8km de large pour une superficie d'environ 56km2. Elle présente deux visages distincts :

  • La côte orientale est sablonneuse et verdoyante, semblable à celle que l'on rencontre sur la côte nyvélienne, c'est sur cette côte que se trouve la ville de Véran.
  • La côte occidentale, est une « côte sauvage » rocheuse granitique avec des criques et des falaises, où toute construction est désormais interdite. Le point culminant est situé non loin de Port-aux-Yssois; il s'agit de la colline des colons qui s'élève à 101 mètres .

Organisation territoriale

Modeste village de pêcheurs fort de cinq mille âmes, Véran est la capitale de la République éponyme. Ce port a été fondé il y a près de mille ans par le capitaine francovar Pierre de Chabot dont le souvenir est honoré par une statue. La capitale s'organise autour du port de pêche et de la gare maritime. Sur le remblai, restaurants et boutiques s'alignent pour recevoir les touristes tandis que le phare de Véran domine la ville. Ces derniers peuvent loger dans la vingtaine d'hôtels que compte l'île dont le plus luxueux est L'Hôtel des Détroits. L'église Zaint-Béozar du XVème siècle est classé comme monument historique, tout comme le Manoir Marcq, siège du gouvernement, et le Logis du Marquis, belle bâtisse du XVème, où se réunit le Conseil de l’Île (Parlement). La place du marché est le lieu de sociabilité par excellence des Vérannais, on y retrouve le Musée de l’Île. Sorti du remblai, le village est un entrelacs de petites rues étroites où de petites maisons blanches aux volets de couleurs vives donnent le style si caractéristique de l'habitat vérannais.

  • Les hameaux

Quatre petits hameaux complètent l'environnement urbain de l'île. Port-aux-Moines fût la capitale de l'île avant la fondation de Véran et son église date de Zaint-Conrad. Plus au nord, Carbalanche et Pont-Callec sont prisés des touristes pour leur charme désuet, tandis que Port-aux-Yssois est le seul hameau de la côte occidentale de l'île.

Démographie

Au 1er juillet 2017, le pays comptait 10'074 habitants dont la majorité occupe la côte orientale de l’île. La capitale, Véran, comporte à elle seule presque 5'000 habitants.

Religion

Depuis près de dix siècles, la nation vérannaise est zorthodoxe. Aux alentours de l'an mil, le moine Conrad d'Yrusalem a évangélisé durablement l'île. Canonisé pour ce fait, ses reliques sont conservés au sein de son abbaye au cœur de la forêt de l’île. Aujourd'hui, plus de deux tiers des habitants de l'île se réclament de la religion zorthodoxe dont la grande majorité pratique régulièrement (65%). En ce début de siècle et comme dans beaucoup de sociétés modernes, on retrouve un phénomène de sécularisation. Toutefois, malgré la baisse de la pratique religieuse, le Zorthodoxisme reste considéré comme un aspect important de l'identité culturel du pays dans une région où cette religion est très minoritaire.

Économie

Après avoir longtemps été soutenu par l'industrie halieutique, l'économie vérannaise s'oriente aujourd'hui vers le tourisme. La balance commerciale est largement déficitaire. Si Véran vend des ressources halieutiques, agricoles et construit quelques navires, elle doit importer la quasi-totalité des produits manufacturés. L’île se situe à proximité des routes internationales des détroits et tente de développer en conséquence son commerce maritime. La petite flotte commerciale vérannaise bat pavillon sur toutes les mers des détroits. La monnaie nationale est la livre vérannaise. Sa subdivision au centième est le centime vérannais. Il a été institué dès les débuts de l'indépendance, et une livre vérannaise équivaut approximativement à un euro actuel.

Presse

Logo de la Radio-Télévision de Véran
L'île dispose de trois journaux, dont l'un est généraliste et sous tutelle de la République, mais aussi de deux radios dont l'une est publique et enfin d'une chaîne de télévision. La plupart des Vérannais s'équipent de manière à recevoir les grandes chaînes du continent sud-ouest.

Santé et enseignement

Malgré sa petite taille, l’île dispose d'un service de santé performant avec un hôpital moderne à Véran. Certains insulaires sont néanmoins forcés de se rendre à l'étranger pour consulter des spécialistes. L'île compte trois écoles primaires, un collège et un lycée généraliste et maritime. Les étudiants vérannais qui veulent suivre des études supérieures sont obligés de s'exiler temporairement à Prya ou en Francovie pour achever leur cursus.

Transports

À partir de la gare maritime de Véran, le voyageur peut emprunter un ferry à destination des îles voisines et des principaux ports de la région. C'est la Compagnie de Transport Vérannaise (CTV) qui assurent ce service. L'aérodrome au nord du Fort de Chabot permet également de rejoindre le continent par avions ou hélicoptères, via la compagnie AirVéran.

Tourisme

Malgré sa petite taille, l’île fourmille de curiosités locales. Les touristes aiment se prélasser sur les belles plages blanches de la côte orientale, mais les plus dégourdis s'enhardissent dans les petites criques de la côte orientale. L’île compte quatre petites chapelles disséminées dans l'île qui sont pieusement entretenus par la population locale. On compte aussi un certain nombre de phares, le plus grand est à Véran, mais celui des Corbeaux, perché sur un pic rocheux est le plus impressionnant. Les pointes de l'île fourmillent de calvaires et de croix, les plus connues sont celle du capitaine Chabot, érigé par le dit-capitaine et celle consacrée aux marins morts en mer. Perdus dans la campagne vérannaise, on compte aussi quelques beaux logis et manoirs champêtres, souvent encore propriétés des grandes notabilités de l’île. Au centre de l'île trône son cœur spirituel : l'abbaye des Frères Trinitaires d'Yrusalem. Fondé aux alentours de l'an mil, elle est en parfait état de conservation. L'église comporte un clocher au-dessus du transept e et la nef majestueuse est voûtée d'un berceau renforcé de puissants doubleaux sur colonnes géminées. En son centre est conservé le tombeau de Zaint-Conrad. Une dizaine de moines y résident toujours et prient pour le salut des Vérannais et de toutes les âmes loin du bruit du monde moderne. Au nord, on retrouve les ruines du château d'Orion, vaste ensemble fortifié du XVIIIème siècle, témoin de la volonté du défunt empire militariste de contrôler les détroits. La ruine se visite et offre un panorama incomparable sur la passe d'Orion.

Organisation administrative

Symboles

Les symboles nationaux sont le fruit de l'histoire récente et passée de ce petit pays. Le drapeau de la République de Véran date de la déclaration d'indépendance de 1905. Il arbore les couleurs bleu et rouge qui sont les couleurs traditionnelles des Vérannais. A droite du drapeau trône un albatros, l'oiseau roi des mers, qui niche sur les falaises occidentales de l'île. La devise nationale est Soror et æmula Yrusalem , c'est-à-dire Sœur et émule d'Yrusalem. Elle veut souligner la fidélité des Vérannais à la foi zorthodoxe. La fête nationale est le 1er juillet, date anniversaire de la déclaration d'indépendance de 1905. On fête aussi officieusement le 14 mars, jour où l’Église fête le feu moine Conrad, zaint-patron de l'île.

Constitution et droit coutumier

Le régime de l’État Vérannais est la République, au sens strict du terme, c'est-à-dire que le chef de l'état est élu par le peuple. La constitution vérannaise, proclamée lors de l'indépendance est relativement courte et s'appuie sur le droit coutumier. « Le chef de l’État » est élu au suffrage universel tous les cinq ans. Il est souvent issu des grandes famille s de l'île et réside au Manoir Marcq. Juridiquement, il dispose seul de tous les pouvoirs régaliens, mais il doit discuter avec le « Conseil de l’Île » composé des notabilités de l'île. (clergé, hauts administrateurs, représentants des différents corps de métier …) Dans les faits, la gouvernance de la République Vérannaise s'apparente plus au fonctionnement d'une communauté villageoise, à une République des notables où les décisions sont collégiales et les clivages politiques peu marqués.

Politique

Comme exprimé plus haut, la nation vérannaise est trop petite pour que la politique y soit vraiment clivante. Véran tend à être gouverné par des notables qui appliquent une politique souverainiste, conservatrice et économiquement libérale. Certaines positions politiques font l'unanimité au sein de l'opinion publique : la défense de la souveraineté nationale, la protection du patrimoine insulaire, le développement économique par un tourisme respectueux des us et coutumes de l'île …

Diplomatie

Faute de moyens humains et financiers, la République de Véran ne peut pas entretenir un réseau fourni d'ambassades à travers le micromonde comme le font les autres pays. Aussi, l'île ne compte que trois ambassadeurs. Le premier est en poste au Zaint-Ziège eu égard à la piété des vérannais, le second siège à Micropolia, en Francovie, considérée comme une nation-sœur de la vérannaise, et le dernier est à Talamanca auprès de l'ONA. Ce dernier permet par le contact avec tous les représentants des pays-membres de l'organisation d'entretenir des relations informelles avec le reste du monde.

Armées

Le mot est sans doute trop fort pour désigner la cinquantaine d'hommes que constitue la Force de Défense Vérannaise.

Ceux-ci sont placés sous les ordres d'un colonel et ont pour mission de défendre l’île en cas d'agression armée d'une nation tierce. L'unique unité d'infanterie est une compagnie de quinze hommes dirigé par un lieutenant. Les garde-côtes vérannais (GCV) sont le corps le plus prestigieux des FDV. Sur trente-cinq hommes, trente sont des marins. Ils disposent de deux patrouilleurs garde-côtes : les NRV de Chabot et Carbalanche, armés de canon léger et de mitrailleuses . A cela, il faut ajouter un hélicoptère de combat pour la surveillance aérienne qui opère depuis l'aérodrome de Chabot (au nord-ouest de Port-aux-Moines) Les militaires et leur commandement est basé au fort Chabot. Il n'y a pas de conscription en Véran et aucune unité militaire n'est actuellement déployée à l'étranger. Le pays ne maîtrise pas la technologie nucléaire.

Liens avec la CSH

Aucun lien n'existe entre la CSH et Véran. Toutefois, le CMV a créé et offert les Armoiries nationales de la République, en juillet 2017. Le CMV a également créé les Sceaux d'État des institutions du pays. Enfin, GSP Graphisme s'est chargé du logo de la RTV, de sa chaîne de radio et de télévision.

Département Scanthélois Affaires Etrangères

Organisation
Carte du Micromonde - Ligue des États Modernes - Organisation des Nations de l'Archipel
Nations Reconnues
Abalecon - Armara - Avaricum - Edoran - Francovie - Freineubourg - Krassland - Liberistant - Mézénas - Nadür - Pirée - Prya - Russlavie - Skotinos - Valdisky - Zollernberg
Nations Reconnues et Disparues
Athlétia - Belondor - Cité des Glaces - Cocagne - États du Sud - Fantispa - Fradeu - Libertas - Locquetas - Maurésie - Métropolibre - Nautia - Orion - Rileko - Sverige - Syldavie - Ydemos - Ys
Nations non Reconnues
Bangana - Kolozistan - Ostaria - Véran
Nations non Reconnues et Disparues
Aldarnor - Anarchland - Argentorate - Azeck - Daoude - Héalie - Laurasie - Méniro - Mnibet - Noordzeeland - Panaconda - San Pedro - Saraland - Silverland - Sorabe - Umujo
Traités
Aarosia I - Aarosia II & Annexe - Aarosia-Pyedné - Aldden-Kaora - Allancia - Bergenberg - Bonsecours - Brøkinshåvn - Cocagne - Dangloyre - Elbêröhnit - Golfe de Locquetas - Havnsthor - Helvia - Hudiksvall/ZELEN - Kaora - Krassfürt-am-See - Micropolia - Mont-Pharys - Philippeville - Rabat - Scanie - Scanie II - Sorlop - Svetivostok - Ydemos
Traités internationaux
Traité de Bonne-Espérance - Charte de la LEM - Traité des Nations - Traité de Talamanca - Texte de Veledris
Documents de voyage
Passeports scanthélois & frenobourgeois