Siegburg-Helzonie

De Wikiscanthel
République démocratique fédérale de Siegburg-Helzonie

Drapeau SiegburgHelzonie.png

Armes Inconnues.png

Données Politiques
Langues français
siegburgen (nat.)
helzonien (nat.)
Capitale Kapen-Lagen
Type de Gouvernement République fédérale
Président de la Fédération Karl Hans-Rafael Schultz
Chancelier fédéral Franz-Heinrich Von Laibach
Personne de Contact
Relations avec la CSH Pays disparu
Autres
Système économique Sieger et Couronne helzonienne
Bibliothèque aucune
Forum Anc. Place publique 1
Anc. Place publique 2
Site Ancien site

Localisationsiegburghelzonie.png

Le Siegburg-Helzonie (ou Empire Unifié de Siegburg et d'Helzonie), fut un pays steampunk ayant débuté son existence ludique en janvier 2010. En juillet 2010, le pays change de régime et devient officiellement la République démocratique fédérale de Siegburg-Helzonie. Le pays sombre dans le coma en décembre 2010. Il est ensuite géographiquement dépecé. Une partie se retrouve en Parranie et deviendra au fil le pays indépendant de Syrdovie (2012) puis avec le temps, une éparchie (entité administrative) du Skotinos avec la Syrdovie, une autre partie fut revendiquée en tant que «Duché de Siegburg» en tant que l'une des deux entités fédérées du Royaume du Bretzelbourg ayant vécu un mois environ entre avril et mai 2012.

Géographie

Le pays était composé de plaines et au centre-est, d'une chaîne montagneuse.

Avant 2012

Le pays se trouvait situé à l'ouest du continent actuellement englouti au sud du Continent Sud de l'Archipel. Il était un pays frontalier au Silverland et au Mazambala avant que ce dernier ne se retrouve géographiquement proche de Fantispa.

Après 2012

Après 2012, une partie du pays, la Syrdovie, occupa la place qu'elle occupe actuellement au sein du Skotinos. Le Siegburg était, quant à lui, une entité fédérée du Royaume du Bretzelbourg. Le Volkona quant à lui fut déplacé et rétrécit afin de devenir une entité administrative de l'Umujo.

Organisation territoriale

Le pays était, sous sa forme d'Empire, divisé en 7 Royaumes qui avaient chacun, leur propre organisation et administration exécutive, les Intendances Provinciales et même leurs propres langues officielles:

  • Helzonie; Intendance Provinciale: Cazialstava. La langue officielle était le helzonien,
  • Liéger; Intendance Provinciale: Mielenheim. La langue officielle était le liegerois.
  • Moldenie Intendance Provinciale: Délovnò. La langue officielle était le moldène.
  • Siegburg; Intendance Provinciale: Kapen-Lagen (Capitale administrative de l'Empire). La langue officielle était le siegburgen.
  • Syrdovie; Intendance Provinciale: Ljergeko. La langue officielle était le syrdove.
  • Toldanie; Intendance Provinciale: Tbolosso. La langue officielle était le toldène.
  • Volkona; Intendance Provinciale: Saransk. La langue officielle était le volkonène.
      • Principauté de Ieltsingrad, entité autonome au Volkona. Le vampirique était la langue officielle de cette principauté.

Villes et Démographie

Les plus grandes villes du pays étaient: Holtzeau (Liéger): 800'000 habitants Kapen-lagen, Capitale de l'Empire, dans le Siegburg: 500'000 habitants Cazialstava (Helzonie): 450'000 habitants

D'autres villes étaient situées dans le pays. À ce titre, on retrouvait:

  • En Helzonie:
    • Cazialstava
    • Caboyor
    • Emapest
    • Petravast
  • Au Liéger:
    • Holtezeau
    • Lieningen
    • Mielenheim
    • Spiegel
  • En Moldévie:
    • Cap-Navaër
    • Délovnò
    • Targa-Judet
    • Veronet
  • Au Siegburg:
    • Laibach
    • Lurenberg
    • Siegburg
    • Treffelburg
  • En Syrdovie:
    • Byrraze
    • Ervo
    • Ljergeko
    • Trevezia
  • En Toldanie:
    • Cenaki
    • Mazadaran
    • Tbolosso
    • Satina
    • Shavela
  • Au Volkona:
      • Astrakhan (Princ.Ieltsinegard)
      • Babeleï (Princ.Ieltsinegard)
      • Ieltsinegrad (ces trois villes, lieu d'habitation des vampires)
    • Saransk (lieu d'habitation des hommes)

Les Vampires

Les Vampires étaient une population vivant dans le Volkona et dans la Principauté de Ieltsingrad. Cette population était souvent discriminée. La hiérarchie des vampires était assez simple: plus leur sang était pur, plus ils étaient importants. C'était d'ailleurs la loi du plus fort qui régnait chez eux. En 2010, c'était le haut prince Konstantion qui régnait, suivi de près par Nikolaï son frère plus jeune, qui n'aspirait qu'à devenir premier prince. La famille des Tatline était alors celle dont le sang était quasiment pur à 100%.

Question physiologique, les vampires étaient supérieurs aux humains sur certains points, notamment en matière de rapidité et de perception, et très légèrement en matière de résistance physique. En outre, ils ne craignaient pas le froid. Ils avaient d'ailleurs le sang froid, d'où de nombreuses croyance populaire sur le fait qu'ils étaient déjà morts. Leur niveau d'intellect était lui aussi plus avancé qu'un être humain: ils allaient souvent plus vite dans leur raisonnement que ces derniers. Leur durée de vie était très longue et il était impossible de dire combien de temps un vampire pouvait vivre. Les signes du vieillissement n'apparaissaient pas, seul leur peau et leurs cheveux (parfois) blanchissaient. Un vampire pouvait mourir, mais ses capacités faisaient qu'ils avaient des chances de survie plus importantes. En outre, le contact avec de l'argent pouvait leur provoquer des brulures.

Néanmoins, à cela s'ajoutait quelques inconvénients: ils ne pouvaient se nourrir que de sang, et plus leur sang était pur, plus leur soif était grande. C'était un besoin incessant et ils n'arrêtaient pas d'en souffrir. À noter que s'ils commençaient à consommer du sang humain, leur force était certes renforcées mais ils devenaient de vrais drogués. Ils avaient également une très forte tendance à la folie, toute sorte de névroses, une tendance à l'autodestruction et au suicide poussé. Leur nature était si impulsive que vivre en société leur était très difficile. Seuls les Tatline avaient réussi alors à fédérer les nombreux clans de vampires, bien qu'ils étaient nombreux à l'extérieur de l'empire à ne pas reconnaitre leur autorité. Plus leur sang était pur, plus ils étaient sensibles au soleil. Cela pouvait aller d'une brûlure au second degré à une combustion presque totale en plein soleil de midi, mais des remèdes partiels existaient. Autre ennui de leur communauté, leur taux de fécondité était extrêmement bas, si bien qu'ils étaient souvent obligés d'utiliser des humains qu'ils transformaient pour procréer. Mais bien souvent, il y avait de nombreux cas de consanguinité afin de garder un sang pur. Les sangs mêlés étaient encore un cas à part puisqu'ils étaient issus de l'union d'un vampire et d'un humain non muté, si bien qu'ils gardaient certains avantages du vampire, sans les principaux inconvénients. Néanmoins cette pratique est taboue et très peu répandue. Les Vampires ne peuvent pas mourir d'une maladie d'origine humaine. Ils étaient également plus résistants qu'un humain face aux blessures. Cependant, si l'une des artères principales était sectionnée ou si les organes vitaux (les mêmes que les humains) étaient touchés, ils mourraient comme les humains. Leur agonie étant cependant plus longue, ils sont donc «rattrapables». Un autre vampire pouvait leur redonner «vie» presque éternelle.

Histoire

Histoire pré-ludique à l'Empire

Joseph-Maximilian IX fut assassiné alors qu'il fêtait sons 43ème anniversaire de règne, à la sortie du temple de Demian, protecteur de l'empire et dieu mineur de la liturgie impériale, nommée Lumanevra. L'assassin avait réussi à se faire passer pour un soldat et avait intégré la garde rapprochée du souverain aux sept royaumes. Le nouvel empereur, Wilheim VII, n'avait alors que 9 ans. Et pour compliquer le tout, dans son agonie, l'empereur avait nommé régent son ministre de la sureté intérieure, lui attirant ainsi les foudres d'Henrich von laibach, conte de Laibach et frère de feu l'empereur, prétendant au trône. De plus, depuis le traité de Laibach, seul l'empereur pouvait imposer sa volonté au peuple. Le régent était obligé de composer avec un parlement, ou de plus en plus de citoyens révolutionnaires qui faisaient entendre leur voix contre le régime.

Le 31 juillet 2010, un coup d'état prend place. Le pays bascule alors dans un régime démocratique, républicain et fédéral. En novembre, une constitution fédérale entre en vigueur. Le pays sombre dans le coma à la fin décembre 2010.

Religion

La Lumanévra, dont le nom officiel était la «Très Sainte et très Véridique Liturgie du Panthéon Universel» était une religion polythéiste et la religion principale de la République. Elle s'appuyait sur un panthéon bivalent opposant principalement la lumière aux ténèbres, mais aussi la haine et la tempérance. Seule autorisée, des minorités diverses subsistaient dans la peur et la clandestinité, tels les Catharodoxes, les Zorthodoxes et bien d'autres encore.

Les Dieux

  • Luren : La Lumière, grand architecte du monde, roi des dieux. Il apporte gloire et bonté.
  • Nemeres : Il est le roi du monde souterrain et apporte ténèbres. Il est aidé dans ses taches ses chimères : la Mort, la Maladie, la Malédiction et l'Ignominie.
  • Mizeria : Déesse des péchés, des crimes et de la dissimulation.
  • Cassiel : L'austère Dieu de la justice, des lois et de la vengeance. Cassiel est le Juste parmi les Justes. Il porte l'épée de la vengeance et le registre des lois.
  • Faren : Déesse de l'agriculture et de la fécondité, qu'elle désigne celle des femmes ou des terres, mais aussi de la pluie et du foyer. Elle vie entouré de ses génies : l'Agriculture, l'Elevage, la Pluie et le Foyer.
  • Skarletta et Satina : Les deux jumelles antagonistes. Violence et haine pour la première, pleine de hargne, n'hésitant pas à dégainer sa dague. Et douceur pour la tempérée déesse de l'amour, Satina.
  • Tyrus : Dieu de la mer, du commerce et de la chance. Il veille sur les bateaux de commerces et voyageurs en leur accordant sa chance et une mer calme. Récemment, on lui donne aussi le pouvoir de veiller sur les nœuds ferroviaires.
  • Ederlezi : Le Dieu Sage maître des sciences, de la sagesse et des soins, il vit avec ses filles : la Science, l'Art, la Sagesse et la Connaissance.
  • Demian : Dieu protecteur de l'empereur et des faibles.
  • Témérec : Dieu de la guerre, il accompagne les valeureux sur le champ de bataille et récompense les téméraires par la victoire.

Les différents Dieux et Déesse de la Lumanevra étaient étroitement liés les uns aux autres soit par des liens familiaux soit par leurs liens relationnels. Ainsi Luren et Nemeres, même s'ils avaient du mal à l'accepter, étaient frères. Nemeres avait deux enfants, Témérec et Mizeria. Cette dernière étant la maîtresse de Cassiel, pourtant marié à Faren. Les deux amants eurent des jumelles illégitimes Skarleta et Satina.

Après la mort

Le défunt, après avoir quitté son corps, se retrouvait face au tribunal divin, présidé par Nemeres, sur un trône de basalte. À sa gauche, Luren était sur un trône de cèdre, et à sa droite, Mizeria était assise sur un trône d'ébène. Derrière le défunt, Cassiel notait le déroulé du procès. Tous les autres dieux étaient présents.

La première à parler était Mizeria, qui énonçait l'ensemble des péchés du défunt. Puis Luren annonçait tous les actes de bonté du défunt, Erderlezi énumérait les éléments sur lesquels le défunt avait dévoilé la vérité. Demian récapitulait tout ce qu'avait fait le défunt pour et contre l'empire du peuple élu. Témérèc légitimait ou non les meurtres annoncés par Mizéria, entre autre, Faren regardait la vie familiale du défunt. Avoir réussi sa vie familiale comptait beaucoup pour la suite des événements. Ensuite, Tyrus observait les moyens qu'avait utilisés le défunt pour s'enrichir. Enfin, Satina récapitulait tout le bien qu'avait fait le défunt à son entourage, et Skarleta la souffrance qu'il leur avait apporté. À la lumière de ces énonciations, Luren et Nemeres prononçaient de concert la sentence. Si le défunt avait été exemplaire, il irait au séjour des bienheureux, sinon, il serait réincarné. La personne en laquelle il était réincarné dépendait des actes de sa vie précédente. Il pouvait également s'agir d'un animal ou de toute autre chose vivante.

Le Clergé

Le clergé lumanévrien se divisait en plusieurs chapitres indépendants les uns des autres, mais travaillant tout de même en coopération. Chaque chapitre était dirigé par un Liturge et dévoué à l'un des Dieux du panthéon. Son rôle était de faire respecter les dogmes de son Dieu à la population. Il avait aussi la charge des offices dédié à se Dieux. L'entente entre tous était parfois difficile, c'est pourquoi fut créé le Conseil Liturgique.

Le Conseil Liturgique se composait de l'ensemble des Liturges. Ce conseil était le siège de débats théologiques, mais pouvait prendre également des décisions d'ordre beaucoup plus terrestre. Il présidait le Tribunal Divin, réuni en cas de graves problèmes. C'était aussi lors d'une réunion de ce conseil qu'était élu, et ce à vie, le Haut-Liturge, qui était au sommet de la hiérarchie du clergé. Son rôle était d'assurer l'entente entre tous les chapitres et le respect des règles par tous, ecclésiastiques ou non.

Le chapitre de Cassiel: le chapitre de Cassiel était le plus puissant de tous. Dirigé par le Liturge, qui était en règle générale l'abbé du monastère de Cazialstava, il comptait un nombre pharaonique de membres à travers tout l'empire, aux grades et statuts très différents. S'ils avaient pour la plupart une indépendance face au Liturge et un devoir de réserve, le puissant pontife pouvait les utiliser comme moyens de pression.

Les Moines légiférant: ils étaient les plus nombreux et dispersés dans toutes les administrations. À vrai dire, toute personne en droit d'émettre décrets, lois et ordonnances en avait forcement au moins un constamment derrière lui. Reconnaissables à leur robe grise, ils portaient le sceau sans lequel aucun document n'était valide. Ils s'assuraient ainsi de la concordance entre le document et les édits précédemment établis, ainsi qu'avec la tradition religieuse de l'empire. La plupart d'entre eux portaient une dague (ou un pistolet) et étaient entraînés pour devenir d'excellents gardes du corps de la personne qu'ils accompagnaient. Ceci dit, face à un dilemme entre la protection de l'homme qui leur était assignée, et celle des dogmes de l'église, ils se tourneraiont vers le second choix.

Les Chanoines: ils étaient les moines légiférant regroupés au sein d'une administration obéissent au chanoine de celle-ci. Le plus puissants d'entre eux était le Chanoine Général aux Édits chargé de l'enregistrement des textes du parlement, et capable, si la situation le faisait sentir, de prendre le pouvoir jusqu'à une nouvelle période de stabilité. Ce fut le cas entre la destitution du régent Hermann Von Treffel et la nomination d'Heinrich Von Laibach à ce poste.

Les Moines Soldats: étaient peu nombreux et entrainés dès l'âge de quatre ans au sein du Monastère de Cazialstava. Ils avaient sous leur robe grise deux jambières de fer, et une couleuvrine par avant bras. En plus de leur dague voire de leur pistolet, ils étaient armés d'un immense sabre, certains étaient toutefois contre cette traditions et préféraient les fusils. Leurs missions étaient aussi variées qu'imprévisibles. Certains étaient même équipé d'armure mécanique.

Les Inquisiteurs: c'étaient les représentants de Cassiel à la longue robe noire et à la haute coiffe de même teinte, également reconnaissables à leur grande Crosse surmontée d'une allégorie de la justice. Chargés de faire respecter la justice divine sur terre, ils étaient également envoyés quand on ne pouvait plus faire appel aux moines légiférant. Leur emploi était cependant strictement surveillé par le Haut-Liturge.

Constitutions

Constitution impériale

Traité du 16 mai 612 Entre L’archiduc de Siegburg, Son Altesse Romuald, quatrième du nom Et Le Roi d’Helzonie, Sa Magnificence Zoltan, premier du nom En Présence de Son Excellence Zaltar von Ermenheim, Liturge de Luren De Son Excellence Herald Caboyan, Liturge de Cassiel Et de Dame Gabria, Oracle de Ederlezi Ainsi que de leurs ministres, conseillés, et pairs affiliés DitTraité de Laibach

En ce jour, les présentes autorités du Royaume D’Helzonie, du Grand Duché Siegburg, et de la véridique et toute puissante Liturgie du Panthéon universel, sont réunis par la décision des dieux, exprimés par la bouche de l’oracle du Divin Edzeraldi, loué soit il. En considération de ces dires, les liturges décrètent, promulguent et approuvent :

  • TITRE I : du caractère divin des nations et des monarques
    • Article 1 : Les peuples Helzoniens et Siegburgen ont été élus des dieux pour accomplir leur dessein.
    • Article 2 : Seuls les Souverains des deux nations et leurs descendants ont été choisis par les dieux pour régner en leur nom sur leurs terres. En conséquence, ces souverains peuvent revendiquer tous les territoires terrestres sur lesquelles les dieux les ont placés pour faire respecter leur divine volonté.
    • Article 3 : Nul autre que les saints souverains universels ne peuvent choisir et conduire la destiner des deux peuples élus des dieux, qui s’exprimeront avec sa voix unifiée. La Justice donnée au nom des dieux ne pourra l’être que par les saints souverains ou le saint peuple par sa voix unifiée. Par voie de Conséquence, seuls Monarques et Liturges peuvent juger au nom du saint peuple, et déléguer ou retirer ce pouvoir aux personnes accrédités de leur confiance. Article 4 : Dans le cas ou le souverain se verrait dans l’impossibilité de régner, par voie de conséquence, nul autre que le peuple unifié ne peut régner en son nom.
    • Article 4 inexistant
    • Article 5 : les liturges, exécuteurs suprêmes de la volonté divine, feront tous pour maintenir la puissance et l’universalité du monarque dans le monde. En considération de leur nature divine et de leur destiné commune à régner sur le monde, les deux souverains décrètent, promulgues et approuvent :
  • TITRE II : De l’union sacrée des deux peuples et des deux familles souveraines
    • Article 1 : Les deux souverains fiancent par le présent décret Elena, fille de Zoltan, Héritière du royaume d’Helzonie, et Balderich, fils de Romuald, héritier du Grand Duché de Siegburg. Article 2 : Les deux époux se marieront dans la Grande Basilique de Luren, sur le lieu saint où il est apparu à Elua le Beni, le jour du Solstice d’Eté.
    • Article 2 inexistant
    • Article 3 : Les deux époux régnerons séparément sur leurs royaumes respectifs à la mort de leurs pères.
    • Article 4 : Le premier de leurs enfants sera l’héritier des deux royaumes, unifiés en un seul empire à la mort de ses deux parents, béni par la grâce des dieux.

Constitution républicaine

Le 18 novembre 2010, la Constitution républicain est proclamée. Auparavant, aucune réelle constitution n'existait. Seul l'Empereur pouvait décider et les mariages arrangés entre familles importantes et de sang bleu permettaient la continuation de la chefferie d'état.

  • Loi Fondamentale de la République Démocratique Fédérale de Siegburg et d'Helzonie
    • Préliminaires
    • Les peuples fédérés du Siegburg et d'Helzonie, par leur expression souveraine, ont décidé de décréter la constitution suivante des rouages et des dispositions de leur État de droit.
    • Les citoyens de la République sont les Siegburg-Helzoniens. Ils sont libres et égaux devant la loi, conformément aux libertés collectives et individuelles.
    • Les valeurs de la patrie sont l’Unité, la Patrie et l’Égalité.
    • Sont reconnus Textes fondamentaux, la présente Loi Fondamentale Constituante et le Saint Traité de Laibach.
  • Titre Premier - Du Chef de l'État
    • Article 1: Le chef de l'État Siegburgien est le Président de la Fédération. Il dispose du droit de grâce, de la promulgation des lois, de la disposition des forces armées, des nominations a tous les emplois civils ou militaires et de l'immunité totale contre toute action judiciaire.
    • Article 2: Il est élu au suffrage universel direct pour un mandat de six mois dans le respect des dispositions d'un Code Électoral, il doit être majeur, jouir de ses droits civiques et être consentant.

Il est rééligible a vie et peut exprimer la volonté, a la suite d'une première réélection, d’être titulaire du pouvoir présidentiel a vie, selon l'anecdote jurisprudentielle de la Présidence Rayan.

    • Article 2.1: Le Président de la Fédération est le garant et le Représentant de l’unité Sacrée de la nation et de ses peuples fédérés, il dispose ainsi du pouvoir régalien, réglementaire et exécutif dans le respect des directives des textes fondamentaux. Ses fonctions ne sont cumulables avec aucune des fonctions de l’Autorité publique et de la représentation nationale.
    • Article 2.2: Le Président de la Fédération dispose du pouvoir réglementaire qu'il exerce par le biais de décrets présidentiels. Ces décrets concernent l'organisation du territoire fédéral, les directives concernant la sécurité d'Etat, la diplomatie, la promulgation des lois, les actions contre les partis politiques illégaux, les forces armées dont il est le chef suprême, les évènements nationaux, les nominations des agents de la Fonction Publique Fédérale et les politiques monétaires ou liées a la nationalisation/privatisation des entreprises.
    • Article 3: Il nomme le Chancelier fédéral parmi les adhérents du mouvement politique vainqueur des élections législatives mais ne nomme pas les membres du cabinet fédéral.
    • Article 4: Il peut procéder a la dissolution du Parlement.
    • Article 5: Dans le cadre d'une situation exceptionnelle, il peut promulguer la loi martiale. Cette décision lui octroie la possibilité de gouverner par décrets, de suspendre l'exercice du pouvoir législatif par les législateurs et d'interdire toute manifestation ou rassemblement d'individus. La loi martiale correspond a l'envoi des effectifs de l’armée sur la voie publique, l’etat d'urgence des services de police et de sécurité intérieure. Au bout de trois mois, le Haut-Liturge peut prendre une mesure annonçant la fin immédiate de ce dispositif.
  • Titre Second - Du Chancelier fédéral
    • Nouvel Article 5: Le Chancelier fédéral est le chef du cabinet fédéral. Il est le seul a nommer le cabinet et dispose du droit d'en révoquer les Commissaires fédéraux. Ses fonctions ne sont pas cumulables avec celle de législateur et de membre du pouvoir religieux. Il doit être nommé par le Président de la Fédération, après approbation de la Haute-Liturgie.
    • Article 6: Il est responsable avec son cabinet, devant la Chambre fédérale, des actions exécutées et des propositions émises a caractère public.
    • Article 7: Il présente les projets gouvernementaux a la Chambre et décide avec le Président, de la participation d'un projet d'un Commissaire a la chambre. Lui seul dispose de l'initiative de la loi et les compétences de celles ci se limitent au pouvoir fédéral dont les dispositions sont évoquées par la présente constitution.
    • Article 8: Il prononce des discours sur la situation politique a la Chambre.
  • Titre Troisième - Du Parlement fédéral
    • Article 9: Le Parlement fédéral est composé de la chambre haute et de la chambre basse. Il participe au vote d'une loi et dispose du pouvoir d'en amender les termes.
    • Article 10: La Chambre haute est le Conseil Fédéral, réunissant les Intendants de toutes les provinces fédérés, élus au suffrage de leur province, pourvu que les électeurs soient majeurs et disposent de leurs droits civiques. Le Président de la Chambre Haute est le Président de la Fédération.
    • Article 11: Cette Chambre haute dispose de la prérogative d'approuver les projets de loi défavorables a la chambre basse après consentement de la majorité des membres et sur proposition du Chancelier. Cette chambre a pour rôle de prévenir le Président fédéral de la vie publique de chaque province fédérée. Elle prend des décisions réglementaires concernant ses provinces par la voie des compétences attribuées aux provinces, contresignées par le Président de la Fédération.
    • Article 12: La Chambre basse est la Chambre fédérale composée de 100 législateurs élus au suffrage universel direct par les citoyens majeurs selon les dispositions d'un Code Électoral et après validation des institutions religieuses.
    • Article 13: Elle procède au débat d'une semaine de la loi et a son vote pour deux jours.
    • Article 14: Elle peut revendiquer la possibilité de demander des justifications au Chancelier et aux commissaires sur leur actions.
    • Article 15: Les débats et les votes sont encadrés par le Liturge de Cassiel, qui ne participe pas aux exercices législatifs et dispose du droit de réserve.
  • Titre Quatrième - De la Fédération et des Provinces fédérés.
    • Article 16: Les compétences fédérales comprennent;
      • la gestion des fonctionnaires fédéraux.
      • l'organisation du territoire fédéral.
      • l’Armée incluant marine, armée de terre et aviation de guerre.
      • La politique économique et monétaire.
      • Les infrastructures de la capitale, conjointement avec l'Intendance du Siegburg.
      • Les douanes.
    • Les compétences des provinces fédérés;
      • Les infrastructures et la politique urbaine.
      • Le tourisme.
      • La microéconomie.
      • Les milices locales.
      • Les fonctionnaires locaux.
    • Article 17: Les contentieux administratifs entre le pouvoir fédéral et le pouvoir des provinces sont réglés par le Chapitre de Cassiel.
  • Titre Cinquième - Du pouvoir de rendre Justice
    • Préambule. Les titulaires du Pouvoir de rendre Justice sont le Chapitre de Cassiel, la Haute Cour Martiale et le Président fédéral.
    • Article 18: Le Chapitre de Cassiel se charge des décisions de justice et des litiges opposants les individus ou les groupes civils, dans le respect des lois, de la Loi Fondamentale et des principes religieux.
    • Article 19: La Justice Militaire est assurée par la Haute Cour Martiale, dont la présidence est assurée par le Président fédéral et qui peut prononcer tout types de sanctions jusqu’à la sanction ultime de peine de mort.
    • Article 20: Pour toute décision de justice, le Président peut ordonner la grâce et la réhabilitation d'un individu ou d'un groupe d'individus. Il est également habilité a procéder a des arrestations a durée indéterminée dans le cadre de la Sûreté intérieure. La décision de justice et les motifs sont donc établis par ses services.
    • Article 21: La présente Constitution composée de 21 articles peut être modifiée ou abrogée après accord de la Lumanevra, du Président fédéral et sur proposition des pouvoirs publics ou de quatre citoyens au minimum. La nouvelle Constitution devra alors être soumise a l'expression du suffrage universel.

Les Peuples fédérés du Siegburg et d'Helzonie, Le 18 Novembre.

Institutions

Sous l'Empire, le régime était une monarchie absolue en temps normal ou une monarchie parlementaire et théologique en cas de régence.

Exécutif

L'Empereur était à la tête de l'État. Ce dernier nommait un Régent, sorte de chef de Gouvernement. La tête de l'État était dirigée depuis le Palais Impériel situé à Kapen-Lagen. Le régent y travaillait et recevait ici. Sont cabinet était également constitué de plusieurs conseillers l'informant de la situation de l'empire.

Sous la République, le Président Fédéral était le Chef d'État, secondé par le Chancelier fédéral, président du Gouvernement. Le Président Fédéral était élu par les membres du Conseil Fédéral, chambre haute du Parlement.

Législatif

Alors qu'aucun Parlement n'existait sous l'Empire, le régime républicain mis en place le Parlement Fédéral. Bi-caméral, ce parlement était constitué de:

  • Le Conseil Fédéral, réunissant les Intendants de toutes les provinces fédérés, élus au suffrage de leur province;
  • La Chambre basse, composée de 100 législateurs élus au suffrage universel direct par les citoyens majeurs selon les dispositions d'un Code Électoral et après validation des institutions religieuses.

Défense

La Commandature située à Treffelburg avait vu perdre récemment de son importance, avec le retrait de la cour martiale. Elle dirigeait toujours l'armée et la prison. Le commandeur avait la lourde charge de garder le pays en sécurité contre les ennemis de l'extérieur comme de l'intérieur. Le Régent Heinrich y avait fait ajouter l'entretient des routes et la gestion du complexe d'armement de Cenaki.

Politique

Sous le régime impérial, aucun parti n'existait. Sous le régime républicain, on retrouvait des factions politiques:

  • Faction fédéraliste: c'était la faction au pouvoir. Il s'agissait de groupe politique du Président. Cette faction était composé des dernier idéalistes convaincus, ainsi que de tous les lèches bottes et autre courtisant qui pensaient ainsi pourvoir s'assurer un poste bien placé dans l'administration. Elle était aussi composée de certains opportunistes pour qui appartenir à cette faction apparaissait comme être le meilleur moyen de prendre la place du tyran. L'idéologie Fédéraliste de départ avait été détournée afin de justifier le climat de terreur qui régnait. Les institutions semblaient démocratiques et décentralisées, mais en vérité, tous les pouvoirs sont concentré dans les mains du dirigent.
  • Faction démocratique: cette faction était une faction dissidente. Elle rassemblait les anciens fédéralistes qui avaient perdu la foi à la suite de la terreur. L'idéologie de ce groupe était simple et contenu dans son nom: ils voulaient instaurer la démocratie dans ce pays, afin que le peuple soit définitivement souverain, comme le prévoyait le fédéralisme avant son échec. Il existait plusieurs mouvance dans cette faction, notamment concernant la question de l'Empereur dans ce modèle. Certains l'en avait exclu totalement et prônaient une république, d'autre lui donnaient une place limité au sein des institutions politiques.
  • Faction monarchiste: l'ImperialStirn, cette faction de type dissidente s'engageait en faveur du retour à l'Empire et aux héritiers de la couronne à la tête de ce pays. Leur chef de file était Franz-Heinrich, et la plupart des nobles encore en vie y adhéraient. Deux idéaux y étaient représentées. Certains aspiraient à un système absolu, avec un Empereur seul maître du pays comme c'était le cas avant. Ils étaient très peu nombreux mais très virulents. D'autre étaient pro-constitutionnelles. Ils souhaitaient que le peuple voie ses libertés garanties par une constitution et un Parlement élu. Dans ce modèle, l'Empereur resterait le chef du gouvernement. Cette branche était la plus développée du monarchisme.

Économie

Deux monnaies officielles coexistaient dans le pays: le sieger et la couronne helzonienne.

Médias

Deux journaux existaient sous l'Empire:

  • La Gazette d'Empire
  • Le Renouveau

Les radios connurent une existence prolifique sous le régime républicain. On pouvait écouter:

  • La Radio Républicaine
  • La radio de Corporation Novronev
  • La Radio de la Patrie
  • La Radio liturgique
  • La Radio impériale
  • La Radio Infos Braquage (La RIB)
  • Les Ondes pirates

Culture et éducation

Le Collège Imperial de Kapen-Lagen réunissait les plus éminents professeurs de l'empire. Cette université de haut standing était ouverte à tous, et les cours y étaient gratuits. Cela ne nuisait pas à la qualité: c'était un immense privilège que de recevoir le droit d'y faire cour. Le collège impérial dirigeait les facultés de l'empire et menait plusieurs programmes de recherche.

Relations avec la CSH

Aucune relation entre la CSH et le Siegburg-Helzonie n'exista entre les deux pays. Le CMV reproduisit le drapeau en mars 2018.

Département Scanthélois Affaires Etrangères

Organisation
Carte du Micromonde - Ligue des États Modernes - Organisation des Nations de l'Archipel
Nations Reconnues
Abalecon - Avaricum - Edoran - Francovie - Krassland - Liberistant - Ligue ED -

Mézénas - Nadür - Pirée - Prya - Russlavie - Skotinos - Valdisky - Véran - Zollernberg

Pays Sans Activité Reconnus ou Intégrés
Freineubourg - Sri Pātnārāt
Nations Reconnues et Disparues
Armara - Athlétia - Belondor - Cité des Glaces - Cocagne - États du Sud - Fantispa - Fradeu - Libertas - Locquetas - Maurésie - Métropolibre - Nautia - Orion - Rileko - Sverige - Syldavie - Ydemos - Ys
Nations non Reconnues
Belgoge - Gwangua - Kolozistan - Livadia - Ostaria
Nations non Reconnues et Disparues
Aldarnor - Amyria - Anarchland - Angmar - Argentorate - Arsgentyne - Ayala - Azeck - Bangana - Bhoustani - Bretzelbourg - Bretzelburg - Cözland - Daoude - Deltarie - Edredonie - El Futuro - Eraluse - Eridan - Esialie - Fanz - Gallice - Héalie - Hubanie Maritime - Jaminaica - Kalésie - Katharsys - Kindistan - Krassauerstein - Laurasie - Legoslavie - Madha - Manutoba - Mazambala - Méniro - Mnibet - Néié - Noordzeeland - Norduska - Norvas - Nouvelle-Caucasie - Nyvélia - Panaconda - Persis - Poldévie - Républiques Orionnaises - Sainte-Croix - San Pedro - Sant Eustaquy - Saraland - Siegburg-Helzonie - Silverland - Sorabe - Sud-Ouest Démocratique - Thaurus - Tolpan - Turcosie - Umujo - Verlor - Vladivaïa - Wasteland - Ysiriam
Traités
Aarosia I - Aarosia II & Annexe - Aarosia-Pyedné - Aldden-Kaora - Allancia - Bergenberg - Bonsecours - Brøkinshåvn - Chabot - Cocagne - Dangloyre - Ébur - Elbêröhnit - Golfe de Locquetas - Havnsthor - Helvia - Hudiksvall/ZELEN -

Kaïtaïn - Kaora - Krassfürt-am-See - Micropolia - Mont-Pharys - Philippeville - Rabat - Scanie - Sorlop - Svetivostok - Ydemos

Traités internationaux
Traité de Bonne-Espérance - Charte de la LEM - Traité des Nations - Traité de Talamanca - Traité de Zozolulu - Texte de Veledris
Documents de voyage
Passeports scanthélois & frenobourgeois