Francovie

De Wikiscanthel
Royaume de Francovie

Drapeau francovie1.png

Armes Francovie.png

Données Politiques
Langues francovar
Capitale Micropolia
Type de Gouvernement Monarchie parlementaire
Roi Paul Mezzanines
Premier Ministre Horatio Kain
Ministre des Affaires Étrangères et de la Défense Emile Lourre
Relations avec la CSH relations cordiales
Autres
Système économique Ecomicro
Bibliothèque Bouquiner
Forum Place Publique
Site S'y rendre

Localisationfrancovie.png

La Francovie (ou Royaume de Francovie) est une nation située sur le Continent Sud, à l'ouest du Bangana. Le pays est bordé par la Mer du Saraland. Entretenant des relations avec la CSH via la Ligue des États Modernes, le pays signe un TRM avec la CSH en avril 2016. Ledit traité de Micropolia est ratifié par le Parlement le 23 avril 2016.

Connue par la CSH sous un régime républicain, le pays se mue après une dictature, en royaume le 27 mai 2017.

Administration

Entre le 3 décembre 2016 et le 26 mai 2017, la Francovie fut dirigée en exil par le Gouvernement de Jean-Christophe Mariani depuis Piréa (Pirée). Le pouvoir législatif étant occupé par le Parlement en exil au Krassland. C'est ce gouvernement qui fut reconnu par la CSH.

De fait c'est le gouvernement dictatorial de William Tarque qui dirigea la Francovie ou République jallaniste de Francovie. La junte militaire au pouvoir était rassemblée au sein du Conseil de Stabilité composé de 7 membres. Il existait un Sénat qui disposait du pouvoir législatif mais avec un pouvoir très limité. Les pouvoirs du régime étaient rassemblés dans les faits dans les mains du Président de la République.

Géographie

Le pays est traversé par deux grands fleuves : le Fuxan et le Picaban. Trois massifs permettent aux francovars de se divertir à la montagne : le massif des Picabannières (nord-ouest), le massif Môsgien (nord-est) et le massif des Gamandiers (sud).

Histoire

Le 2 décembre 2012, la Francovie s'ouvre au Micromonde pour la première fois à la chute de la dictature jallaniste.

Histoire Anté-Ludique

Vers le IVe siècle avant notre ère les tribus de ce qui sera la Francovie commencent à se former dans des groupes plus importants au niveau régional, formant ce qui est désormais des clans. Les historiens francovars restent divisés sur la question estimant que les tribus s'ignoraient totalement si elles n'étaient pas de la même région et que les rapports restaient limités entre tribus d'une même région. Selon certains, les clans ne seraient apparus que très tardivement à la fin de la période dite romane.

- 92 : Lucius Francovius Maximus

En -92, un consul de la civilisation romane venant d'un territoire étranger du nom de Lucius Francovius Maximus débarque en Francovie avec une armée de 2000 hommes. Grâce à une armée technologiquement avancée et une adaptation extraordinaire à la diplomatie des tribus, il parvient à conquérir l'ensemble du pays (hors ouest du Grand Lac) en l'espace de seulement deux ans parfois avec l'aide des tribus elles-mêmes. Il décide de lui donner son nom : Francovia. Il portera le titre de Gouverneur. Il fonde la ville de Micropolia au centre du pays du nom de «Micro» (petite) «Polia» (ville) en langue romane, désignant ainsi pour lui la petite ville qui aura pour but de devenir grande. Le nom roman est toujours celui utilisé aujourd'hui bien que le nom francovar «Micropole» soit utilisé parfois pour désigner la région. Il lance de grand travaux notamment des routes pour permettre à chacun d'atteindre la capitale Micropolia en moins d'un mois à cheval où que l'on puisse se trouver en Francovia. Il fait construire également de nombreux aqueducs et amphithéâtres dont les seuls qui résisteront au temps seront l'aqueduc de Mezenas et l’amphithéâtre de Girouillan au sud du pays.

Extrêmement populaire, le Gouverneur Francovius décéda au nord du pays lors des préparations pour la conquête de ses terres natales romanes dans des circonstances peu éclaircies. Sa dépouille ramenée à Micropolia, il est enterré dans un grand bâtiment à son honneur dans le centre de la ville et qui deviendra le Panthéon de la Francovie. Toujours populaire aujourd'hui, il est considéré comme le fondateur de la Francovie bien que beaucoup d'historiens considèrent la fondation de la Francovie en tant que réel état au moment de la Bataille du champs des Merles, la Francovia fondée par Francovius n'étant qu'une sorte de région fédérée à la République Romane.

- 92 à 213 : Les Francovias dans la République Romane

Après la mort de Francovius, la Francovie est divisée administrativement par la République Romane dans un soucis de partage de pouvoir entre les différents consuls. Historiens comme politologues considèrent donc que la Francovie n'existait pas réellement durant cette période. Les différents consuls régionaux vont essayer de diffuser la langue romane pour en faire une langue commune et font construire de nombreux temples romans en contestation totale avec les coutumes locales. Le statut des romans change, ils deviennent impopulaires et font face à des soulèvements mais leur supériorité technologique leur permet largement de briser toute tentative guerrière.

Conscient de la difficulté, l’apôtre Timothée va réussir à diffuser la religion romane dans le pays en lui greffant les coutumes locales pour l'adapter aux régions. C'est ce qui donnera les religions romanes réformées inhérente à chaque région en Francovie et à l'anarchie de la religion romane francovare en général. L’apôtre, sur le voyage du retour dans son pays roman d'origine, décédera à Picabie où il sera inhumé dans ce qui deviendra la Cathédrale Saint-Timothée. Son plus proche élevé, Saint Maximilien, ira à sa place se rendre à Rom où il parviendra à convaincre la République de ne pas détruire la Francovie. Cette dernière, soumise à de grande difficulté politique interne, était sur le point de perpétrer un véritable génocide sur les Francovars dont le pays était historiquement maudit par les traditions populaires et religieuses romanes. Aujourd'hui, la grande Cathédrale de Micropolia porte son nom.

Au début des années 200, plusieurs révoltes se font ressentir, les autorités romanes paraissent de moins en moins puissantes, la République Romane soumise à une grave crise politique et envahie par ses voisins demande de lourds impôts et n’hésite pas à réquisitionner des hommes pour des guerres qui ne concernent pas les tribus de la Francovia. Alors que la capitale Rom est prise, les autorités des Francovias demandent de nouveau l'aide des tribus mais celles-ci refusent. Les romans, voulant défendre leur capitale, vident les casernes présentes en Francovia. Alors que les nouvelles annoncent que les renforts partis à Rom ont été vaincus, les consuls présents en Francovia demandent de nouveau l'aide des tribus mais ces dernières refusent et préfèrent profiter de la faiblesse romane pour attaquer Micropolia.

La société qui s'est à la fois romanisée tout en gardant une part des cultures locales soutient la révolte en grande partie, des romans s'estimant ne plus être membre du peuple de Rom rejoignent la cause des tribus. Cependant cela n'évite pas un affrontement final entre les troupes romanes dirigées par le Général Julius Cercesus et celles des tribus rassemblées derrière Othon Degoulin. Cette bataille très sanglante est nommée la Bataille du Champs des Merles et voit Othon Degoulin vaincre en duel le Général Cercesus. Elle est considérée par les Historiens comme l’événement de la naissance de la nation francovare.

213 - 232 : Othon 1er le Grand

Othon Degoulin est un puissant dirigeant d'une tribu du sud-ouest de la Francovie. Il parvient à rassembler les autres tribus dans le but de mettre un terme au régime roman.

Après la bataille des Champs des Merles, il se rend à Micropolia où symboliquement il décide de détruire une grande statue en or se trouvant au centre de la ville devant le Panthéon représentant le Consul de Micropolia de l'époque en fuite après la bataille du Champs des Merles. Cette dernière était devenue le symbole de la richesse outrancière des Romans qui demandaient impôts sur impôts pour leur capitale. Devant les Micropoliens émerveillés, il prend l'un des testicules en or de la statue et prononce un discours arguant en langue commune non romane : «Par cette couille je prononce la fondation d'une nation unie rassemblant les tribus mais séparée des Romans : la Francovie». Cela donnera le terme «Francovie» dont le nom est déromanisé. Seule la ville de Micropolia garde le nom roman en l'honneur de Francovius son fondateur. Sur tous ses portraits, il sera représenté avec ce testicule en or qui sera cependant fondu pour payer le solde des militaires acquis à sa cause.

Les tribus se réunissent à Micropolia et décident de se rassembler dans des institutions plus puissantes nommées clans. Othon est désigné Roi sous le nom d'Othon 1er. Il fonde la dynastie Othonide tandis que les ténors des clans se partagent le territoire francovar et fondent le Conseil des Clans qui gouvernera avec le Roi. Ayant eu un règne calme, il ne s'occupera que de trancher les litiges entre les clans avec l'aide du Conseil des Clans, notamment sur le litige territorial entre le Clan de Mezenas dirigé par le jeune Hubert de Mezzanine et le Clan des Saints-Auteuil à l'Ouest, rendant justice au profit de ce dernier. Il se consacra chef de l’Église Romane tout en laissant une totale liberté en matière de religion romane réformée. Il meurt en 232.

232 - 261 : Othon II le Paresseux

Son fils lui succède sur le trône sous le nom d'Othon II. Il décide de déléguer une grande partie de ses pouvoirs afin de se concentrer sur les festivités notamment les banquets et les orgies. Ainsi se développe durant son règne une aristocratie dans la capitale prête à tout pour s'emparer du pouvoir. Il autorise même l’élection d'un pape, succombant aux demandes du courant papiste de la religion romane afin de lui déléguer ses responsabilités en matière religieuse. Les clans par ailleurs développent leurs pouvoirs au niveau local et les conflits se multiplient.

Hubert de Mezzanine, désigné par le Conseil des Clans sur le litige territorial, en profite pour prendre sa revanche et décide d'annexer le Clan de Saint-Auteuil avec l'aide indirect du Clan de Picabie en total irrespect des règles royales. Il décapite le chef du Clan Aedred et, menacé par les autres clans, décide de se lancer dans une grande campagne territoriale. Revenant sur ses terres de Mezenas il prend en main une grande armée avec des mercenaires payés par les richesses volées en Saint-Auteuil et décide d'annexer l'ensemble des clans de la Francovie en partant de l'Est, remontant au Nord, allant ensuite à l'Ouest annexer son ancien allié Picabien avant de se diriger vers Micropolia.

Les clans, surpris par l'attitude et la tactique d'Hubert, ne parviennent pas à se rassembler sous l'autorité du Roi. Ils restent divisés ne défendant que leurs propres terres, ce qui facilite la tâche d'Hubert pouvant annexer un par an les clans. Le Roi lui-même, qui dispose pourtant d'une armée potentiellement capable de l’arrêter, refuse de sortir de la capitale pour cause de mauvais conseils venant de proches d'Hubert. Profitant de ses annexions pour renforcer son armée, Hubert assiège Micropolia. Othon II, habitué des banquets, ne supportait pas la famine. Il décida, pour sauver la face, d'abdiquer en faveur d'Hubert en échange que ce dernier épouse sa fille aînée. Le Mezenien accepte, répudiant sa première femme en l'assassinant car il ne l'appréciait guerre. Il monte sur le trône et fera prisonnier Othon à Mezenas jusqu'à sa mort.

261 - 297 : Hubert 1er le Conquérant

Hubert de Mezzanine se fait sacrer Hubert 1er. Il fonde la dynastie Mezzanine mettant fin aux Othonides. Roi autoritaire il met fin au pouvoir des clans, les supprimant totalement et règne en maître sur la Francovie. Il attend le décès du Pape Vincent pour annoncer qu'il reprend la tête de l'Église Romane. Le pape, retrouvé mort noyé dans un baril de vin rouge, deviendra le saint des vignerons et des alcooliques. Afin de gérer cet immense territoire, Hubert de Mezzanine s'entoure de nombreux conseillers formant ainsi une cour importante à Micropolia. Pour permettre à cette cour de fonctionner, il créa la Haute École des Huberts Royaux. Cette école, à qui il a donné son nom, est chargée de former un personnel hautement qualifié dans le protocole afin de permettre l'organisation d’événements importants ainsi que de faire fonctionner la Cour. Cette école existe toujours aujourd'hui sous le nom de Haute École des Huberts de la République et continue de former les huissiers de la République qui prennent encore aujourd'hui le nom "hubert" ce qui est très célèbre en Francovie.

Régnant toujours contesté, il s’efforcera de massacrer tout révolutionnaire. Découvrant l'existence de la ville de Nieba, une forteresse cachée derrière les montagnes de l'Ouest, il décida de lancer la grande bataille des Champs d'Hiver dont le nombre de participant est difficile à définir mais qui est considérée par les historiens comtadins comme étant l'une des plus grandes batailles du Moyen-Âge francovar. Il parvient à vaincre difficilement, mais cela ne l’empêche pas d’être toujours contesté un peu partout en Francovie. Il meurt en 297 d'un coq au vin mal digéré.

297 - 354 : Hubert II le Sage

Il succède à son père Hubert Ier à sa mort. Roi d'une incroyable intelligence, il souhaite légitimer son règne en autorisant les clans et en les faisant participer au Conseil mais leur pouvoir restant plus limité qu'auparavant. Il parvient à faire la paix avec les Comtadins, la Reine Boadicée lui offrant en échange son savoir en matière de médecine qu'il utilisera pour avoir une vie longue.

354 - 604 : Le règne des Mezzanine

Pendant trois siècles les Mezzanine règneront avec l'aide des clans sur la Francovie. Leur pouvoir sera parfois contesté mais cela n’empêchera pas Hubert III, IV, V, VI, Othon III, Hubert VII, Hubert VIII, Othon IV de gouverner.

604 - 641 : Othon V le Fou

Dernier Roi de la dynastie des Mezzanine directs, il est visiblement atteint d'une maladie le rendant parfois sénile surtout à la fin de sa vie. S'entendant extrêmement mal avec sa famille, il ordonne l’exécution de ses deux fils après une querelle territoriale. Ne souhaitant pas accorder la couronne à ses cousins, il demande aux clans de lui nommer un successeur avec qui il mariera sa fille reprenant la tradition de la transition entre dynastie othonide et mezzanine.

Il écrasera le soulèvement des soutiens de sa famille en 639 avec le soutien des clans tout heureux de reprendre le pouvoir. Il se suicidera du haut de la tour du Palais du Gouverneur en 641 certainement après s’être vu dans une flaque d'eau.

641 - 679 : Charles Ier le Jeune

Fils du Duc d'Almara, il est élu Roi de Francovie par les clans à l'âge de 13 ans. Les clans souhaitant contrôler le jeune Roi, il fonde la dynastie Charlesienne et met en place les nouvelles règles électives du Roi, ce dernier étant élu par le Conseil des Clans et devant se marier avec la princesse aînée de son prédécesseur reprenant la tradition. Roi d'un naturel calme, il laisse les clans gouverner à sa place, signe de la nouvelle répartition des pouvoirs en Francovie. Il décédera en 679 après avoir contracté une maladie issue d'un rapport sexuel avec un mouton, fait qui stigmatise la population d'Almara encore aujourd'hui.

679 - 994 : Developpement et fin de la dynastie Charlesienne

Conformément aux règles de la Loi Fondamentale du Royaume, la transmission de la couronne se fait par élection des clans. S'il y a eu très souvent des problèmes, les clans se sont toujours mis d'accord sur un nom faisant consensus. Ainsi Charles II, III, IV, V, Othon VI et Charles VI seront élus. Cependant, à la mort de Charles VI en 992, les clans ne parviennent pas à se mettre d'accord suite à des différents historiques développés au cours des années. Certains clans demandant notamment d'avoir accès à la couronne car ne l'ayant pas eu pendant une longue durée.

La Guerre Civile éclate et elle est très violente. La Régence est accordée au Baron de Micropolia Antoine le Villageois mais son pouvoir s'arrête uniquement à la ville, il n'a aucune autorité sur les clans. La guerre est très équilibrée, aucun clan ne prenant le dessus sur les autres. Grâce à l'Église Romane, le puissant Duc d'Aspangouille permet une trêve divine établissant des négociations dans son château, les ténors claniques devant venir sans armées. Tous respectent la condition du Duc. Au petit matin, l'ensemble des nobles sont retrouvés morts. S'ils n'avaient certes pas leurs armées, ils avaient leurs propres armes sur eux. L'expression un "Dîner d'Aspangouille" restera pour désigner un repas à dispute.

Antoine le Villageois en profite pour tenter de se faire sacrer Roi. Cependant il n'est pas soutenu par les clans et il ne l'est pas non plus par les Micropoliens. Romain Vallard, un bourgeois micropolien ayant fait fortune dans l'agriculture et possédant d’innombrables cultures de blé dirige une révolte qu'il finance en donnant de la farine et du pain aux villageois. Antoine sera capturé et exécuté et Romain Vallard sera sacré Roi de Francovie.

994 - 1042 : Romain Ier le Richissime

Il prend le titre de Romain Ier et fonde la dynastie Romanide en forçant son mariage avec la princesse ainée de Charles VI, toujours afin de respecter la tradition. Non reconnu par les clans, il doit subir une guerre longue et équilibrée; il profite cependant des terres qu'ils contrôlent pour nourrir gratuitement sa population, le rendant très populaire. Au bord de la défaite, il profite de l'an 1000 pour renverser la situation. Beaucoup de soldats ennemis se suicidant pensant que l'Apocalypse divine est proche. Les clans sont en grande difficulté et au bord de l'implosion.

Il décide de faire la paix avec les clans et de les financer en échange de la reconnaissance de son pouvoir royal. Clans et Romain Ier se mettent d'accord dans le Traité de Cheusnon en 1001. Si le pouvoir royal n'est plus élu, les clans participent au gouvernement et élisent la Reine avec qui le Roi doit se marier.

Romain Ier meurt en 1042 potentiellement assassiné par sa troisième femme Yolandine élue par les clans un an plus tôt. Son blason, le triple-épis de blé est devenu le blason de Micropolia.

Pays ayant occupé le territoire

(Cette partie concerne l'histoire ludique du territoire.)

  • Orion (2000)
  • Syldavie (2001-2003)
  • Aldden dont Syldavie (2002-2003)
  • Arkano-Ylésia (2004)
  • Syldavie (2005-2007)
  • Kalésie (2005 - ~2006)
  • Nouvelle-Kalésie (2007)

Politique

Les deux anciens partis de la République étaient le Parti Progressiste et le Parti Conservateur:

En 2017, les partis étaient les suivants:

  • PLOUC - Parti Luniniste Ouvrier Unitaire Citoyen (Extrême Gauche)
  • PMLF - Parti Merksiste-Luniniste Francovar (Extrême Gauche)
  • ECOLOS - Parti écologiste
  • PTF - Parti Travailliste Francovar (socialiste)
  • UPF - Union Progressiste Francovare (centre progressiste)
  • PDL - Parti de la Droite Libérale
  • NPC - Nouveau Parti Conservateur (droite conservatrice)
  • FDP - Front Des Patriotes (droite nationaliste)

Archives

Ancien drapeau

Département Scanthélois Affaires Etrangères

Organisation
Carte du Micromonde - Ligue des États Modernes - Organisation des Nations de l'Archipel
Nations Reconnues
Abalecon - Armara - Avaricum - Edoran - Francovie - Freineubourg - Krassland - Liberistant - Mézénas - Nadür - Pirée - Prya - Russlavie - Skotinos - Valdisky - Zollernberg
Nations Reconnues et Disparues
Athlétia - Belondor - Cité des Glaces - Cocagne - États du Sud - Fantispa - Fradeu - Libertas - Locquetas - Maurésie - Métropolibre - Nautia - Orion - Rileko - Sverige - Syldavie - Ydemos - Ys
Nations non Reconnues
Bangana - Kolozistan - Ostaria - Véran
Nations non Reconnues et Disparues
Aldarnor - Anarchland - Argentorate - Azeck - Daoude - Héalie - Laurasie - Méniro - Mnibet - Noordzeeland - Panaconda - San Pedro - Saraland - Silverland - Sorabe - Umujo
Traités
Aarosia I - Aarosia II & Annexe - Aarosia-Pyedné - Aldden-Kaora - Allancia - Bergenberg - Bonsecours - Brøkinshåvn - Cocagne - Dangloyre - Elbêröhnit - Golfe de Locquetas - Havnsthor - Helvia - Hudiksvall/ZELEN - Kaora - Krassfürt-am-See - Micropolia - Mont-Pharys - Philippeville - Rabat - Scanie - Scanie II - Sorlop - Svetivostok - Ydemos
Traités internationaux
Traité de Bonne-Espérance - Charte de la LEM - Traité des Nations - Traité de Talamanca - Texte de Veledris
Documents de voyage
Passeports scanthélois & frenobourgeois