Ys

De Wikiscanthel
Sérénissime Empire d'Ys

Drapeau ys.png

Armes Ys1.png

Données Politiques
Langues français & yssois
Capitale Venys
Type de Gouvernement Aristocratie
Doge Hector d'Ysciple
Métarchonte de Pseudopolys James Honoré Maltys d'Ysville
'
Relations avec la CSH Cordialité / Pays disparu
Autres
Système économique Narrativisme
Bibliothèque aucune
Mailing-List Place Publique
Site S'y rendre
Archives du premier Empire

Localisationys.jpg

Ys (ou Sérénissime Empire d'Ys) fut fondé en février 2001. Son activité ralentit en novembre 2005 et un regain se produisit de septembre à novembre 2007. Début 2008, le pays subit une épidémie de flémingite. Une nouvelle relance est faite en 2017 mais le Gouvernement est rapidement considéré comme malhonnête par la communauté micronationale de l'Archipel. Les nouvelles institutions du pays ne sont de facto pas reconnue par aucun pays de l'Archipel et de l'ONA.

Géographie

L'empire yssois était en partie continental (Péninsule de Catharsys) et en partie insulaire car composé d'un immense archipel d'îles et îlots situés sur la Mer Océane. Dévasté par un séisme puis par un raz-de-marée, les Yssois rescapés se sont dans un premier temps réfugiés à Ydémos avant de partir s'établir à Pseudopolis, un territoire extra-Archipel.

Organisation territoriale

Le pays était organisé en Ligorat ou Province:

  • Le Ligorat de Rhodysland, dirigé par Nykolaos d'Ophiccius. Situé à l'extrémité occidentale de l'Île d'Ystari, le Ligorat de Rhodysland était un fief au relief contrasté: la savane y cotoyait les canyons, la montagne les côtes. Il y faisait bon vivre: la température était toujours agréable, l'herbe verte servait de pâturage aux vaches alors que les Serpendatyres erraient à la recherche d'une proie. Les fleurs dégagaient des odeurs délicates et délicieuses. Dans ce ligorat se trouvait la Ville d'Eh-Rhod, célèbre pour son Colosse, capitale du Ligorat. Un peu plus au sud se trouvait le Castel Caladonys, demeure de Nykolaos d'Ophiccius qui l'avait fait restaurer à son arrivée. À l'extrémité sud, on pouvait visiter, dans le plateau d'Hellas, la Réserve des Serpendatyres, animal mythique dont la chasse était strictement prohibée. On pouvait également trouver la profonde Vallée Marinerys, gigantesque canyon qui parcourait tout le Ligorat. Le fleuve Rubyscon marquait la frontière avec les terres de Marilyse Emphétuocle, qu'elle avait accordées à Bryaxys Hécatée Pallasalexandryde. Le Mont du Paon, avec ses neiges éternelles, dominait la vallée du Nyls, le plus grand fleuve du Ligorat, qui se jetait dans la Mer Océane près d'Eh-Rhod. Au Nord, la playne d'Arcadys. Le fleuve Stys n'était pas loin et marquait la frontière avec les terres de Lool de Virion.
  • Le Ligorat d'Audrys dépendait des terres de Théophraste de Mytilène, Métaligore de Castyllon. Ce seigneur avait concédé ce fief à l'un des plus fidèles serviteurs de l'Empire yssois, Palim Pseste. Situées sur l'île de Phénys, au sud d'Ys, les terres d'Audrys dépendaient traditionnellement de la ville d'Audrys, sur le bord du canal du même nom. Dans ce ligorat, outre Audrys, capitale, on trouvait le village de Castel-Morbyllon, la station balnéaire et le village de Capi Grys, ainsi que Martinaudrys et
  • La Province d'Athys était sous la gestion de Bryaxys Hécatée Pallasalexandryde, Hypoligore d'Athys, vassal Emphétuocle. Cette province était une terre riche de nombreuses ressources et d'une histoire longue et mouvementée. C'est en décembre 2002 que Bryaxys Hécatée Pallasalexandryde en était devenu le propriétaire, vassal de Marilyse Emphétuocle, alors Doge de l'Empire. L'Athys est aussi le siège du clergé d'Athénatyon dont le principal sanctuaire était au coeur d'Athénapolys. Trois grandes villes essaimaient le territoire. On retrouvait Athénemporium, capitale économique et porte d'accès de la province, Athénapolys, capitale politique et culturelle de la province, résidence du seigneur et Ysforge, centre industriel de la province. Le célèbre Mausolée Atlante et le musée d'Athénapolys étaient des attractions culturelles de la Province.
  • Iumée & Saint Morys, en hauteur. On y trouvait une station de Ski, Saint-Morys.
  • Venys, territoire-capitale du pays. La ville était divisée sur plusieurs îles:
    • L'Île d'Algébia abritait le Centre-île, c'est-à-dire les principaux commerces, galeries d'art, et café, mais aussi et surtout les principales demeures aristocratiques (Palays Tinùviel, Mytilène, Paxatagore, de Virion, d'Ambictète, Emphetuocle, de Parys, etc). On y accédait par deux ponts: Le Pont de Pierre, qui traversait le Grand Canal. À Ys, le Pont de Pierre reliait la ville à l'Esplanade Ecarlate, le siège du gouvernement. LePont de Pierre, chanté par les poètes, était le symbole de la ville. Lorsqu'ils avaient construit Venys, les Yssois avaient donc baptisés le principal pont de la ville Pont de Pierre, en hommage au Pont de Pierre d'Ys, aujourd'hui englouti. Le Pont de Pierre relie l'île d'Algébia à l'île des Poètes. Le Pont Bezoar IV, quant à lui, traversait le Canal Urétrin. Bezoar IV fut l'un ded plus grands Empereurs du pays. Il avait fondé un prestigieux Lycée, qui portait son nom et qui avait formé les plus grands aristocrates. Le Pont Bezoar IV reliait l'île d'Algébia à l'île Orientale.
    • L'Île des Poètes était une île sympathique, dont le calme contrastait avec l'agitation qui régnait sur l'île d'Algébia. L'île abritait l'Académye Yssoise des Lettres ainsi que le Musée Yssois.
    • L'Île sacrée, lieu de calme et de tranquillité. On y trouvait le Temple de Poseydon, lieu de quiétude et de recueillement. Lors des fêtes religieuses ou des grands rassemblements, le Parvys du Temple devenait alors noir de monde. On trouvait également sur l'île le petit Tempuscule d'Electra, une divinité vénérée par certains prêtres de Poseydon et les bâtiments de l'Églyse Poseydonienne.
    • L'Île Universitaire, abritant l'Université.
    • L'Île de Chysnatown, avec le quartier de Pou-Yang, peuplé exclusivement par des membres d'une communauté étrangère «chinoise».

Histoire

Histoire pré-ludique

Après la première dévastatyon, en 1453, qui avait mit fin à l'expansion yssoise, l'Empire, qui s'était péniblement relevé et qui était devenu un des joyeux de l'Archipel. Depuis de longs siècles, Ys fut dirigée par un Empereur, ou Basileus, qui gouvernait avec l'aide du Conseil des Portes, son gouvernement. Le Conseil des Portes était traditionnellement dirigé par le Prince héritier, dans les périodes où le pouvoir impérial était fort, ou par un Doge, élu par la population, lorsque le pouvoir impérial devait tenir compte de l'avis du peuple. En septembre 2000, Jafar Nightmear est élu doge. Il démissionne en novembre 2000, et Juan-Carlos Delmonte Y Castillo lui succède.

Histoire ludique

Dans la nuit du 17 au 18 février 2001, un terrible raz-de-marrée engloutit le territoire une seconde fois après 1453. Seul subsistaient alors les pentes enneigées du mont Yverest. On appelle cet événement «La Seconde Dévastatyon». Les rescapés, recueillis par le navire impérial L'Imperans, furent conduits vers un camp de réfugiés près de New Balnéa à Ydemos. Assez rapidement, un quartier va se constituer en commune autonome, sous le nom de Dystrict du Quartier Yssois. Des institutions sont créées, sur le modèle des institutions municipales traditionnelles yssoises avec un archidiaconte, élu par toute la population, qui y exerce le pouvoir exécutif. La population exerçait directement le pouvoir législatif. Ce Dystrict fut une commune ydéenne, et les lois d'Ydemos s'appliquèrent sur son territoire. Cependant, la présence des Yssois généra mécontentement et haine, à Ydemos. Un nouveau président et un nouveau gouvernement prirent le pouvoir, début mai 2001, sur le thème de l'exclusion des Yssois.

À Ys, la reconstruction dut se faire. Après une période de dictature pendant laquelle le prince héritier Von Burgstein réussit à détourner le pouvoir impérial à son profit, les Yssois établirent, en mars 2001, un régime démocratique. Le Conseil des Sages, émanation de l'ancien pouvoir impérial, gouverna provisoirement le pays, jusqu'à l'élection d'un premier Conseil des Portes, dirigé par le Prince Héritier Arpad Orenko. Celui-ci souhaitait l'abolition des institutions impériales traditionnelles, mais le peuple préféra l'Empire. Arpad Orenko démissionna. Le Conseil des Sages nomma alors un Empereur, Melkhysdek de Salem.

Familles

Le Clan Paxatagore, issu des anciens temps de la civilisation yssoise, avait constitué au fil du temps un important réseau de proches et d'affidés. Le Clan Paxatagore était présent dans tous les domaines de la société de l'Empire Sérényssime d'Ys: en politique, dans l'économie, dans le domaine des oeuvres caritatives et religieuses. Ce puissant clan était dirigé par Anaclet de Paxatagore, le chef de famille et résidait au Palays Paxatagore à Venys.

Institutions

Exécutif

Un Doge, élu par le peuple pour trois mois, dirigeait le Conseil des Portes qu'il nommait et révoquait librement. Il exerçait le pouvoir exécutif et représentait Venys auprès de la pseudofédération de Pseudopolys.

Législatif

Un Comité des législateurs, réminiscence de l'ancien Conseil des Légistes, préparait, soit de sa propre initiative, soit à la demande du Conseil des Portes, les lois et les présentait au peuple. L'Agora légyslative était alors la réunion du peuple sur le parvis du Palays Dogéal, et cette dernière adoptait les lois et désignait son Doge.

Judiciaire

Le Palays du Tribunal abritait le Tribunal de Venys qui administrait la justice yssoise, pénale, civile et administrative. Le rôle des institutions judiciaires avait toujours été considérable dans ce pays. La Compagnye Judyciaire, créée par la Loy du 11 octobre 2001, et présidée par Marilyse Emphetuocle, regroupait les différentes professions judiciaires : magistrats (Juge, Inquisiteurs), avocats, huissiers, greffiers, notaires. La justice est totalement indépendante. Les juges étaient nommés par le Doge sur proposition de l'assemblée des juges. Seule l'accusation était placée sous le contrôle du pouvoir politique.

Économie

Historiquement, la Halle aux Grains était le marché où les Yssois s'approvisionnaient en céréales diverses: blé, orge, épautre, mil, sorgo, maïs... Devenue une grande place du centre de Venys, sur l'île d'Algébia, on y trouvait tous les produits de consommation courante ou manufacturée d'Ys. La Halle aux antiquaires était une grande place marchande où se tenait, trois jour par semaine, le marché de l'art. Les antiquaires y présentaient leurs produits.

Transports

La Compagnie des Transports Publics de Venys (CTPV) exploitait des lignes de Gondole, allant d'une île à l'autre.

Éducation

Universyté Yssoise de Pseudopolys

L'Universyté Yssoise de Pseudopolys fut fondée par les émigrants Yssois en mai 2001. Regroupées sur l'île universitaire de Venys, les différentes facultés qui la composaient abritaient les centres de recherches, les enseignements et les laboratoires yssois les plus prestigieux. Elle était organisée ainsi:

  • Faculté Paxatagore de Droit yssois
    • Thèmes de recherches: Institut de Droit ancestral et moderne Yssois.
    • But : Le droit Yssoys était basé sur d'anciens textes et édits impériaux: les procès à Ys étaient ainsi l'occasion de grandes joutes oratoires entre avocats, chacun sortant de sa poche un texte juridique multicentenaire oublié.
    • Pistes de recherche: Il s'agissait de retrouver certains grands textes juridiques, édits ayant marqué l'histoire et la culture Yssoise, ainsi que d'établir un droit coutumier Yssois cohérent.
    • Doyen : Anaclet de Paxatagore
  • Faculté Dyscussion de Théologie yssoise
    • Thèmes de recherches: Centre de Théologie Dogmatique.
    • But: La faculté yssoise de Théologie était le lieu de rencontre, de débat et de friction, en toute liberté, entre le culte dominant et ses variantes hérétiques.
    • Pistes de recherche: On y menait l'étude du Poseydonysme, du Françoyvillonysme, mais aussi le culte d'Electra et l'Atheysme.
    • Doyen : Marilyse Emphetuocle
  • Faculté Françoysvillon de Beaux Arts
    • Thèmes de recherches: Faculté des beaux arts.
    • But: L'expression poétique était un élément indissociable du faste Yssois. La société mondaine aimait à se réunir dans les salons de débauche pour écouter les jeunes et beaux poètes déclamer leurs rimes enchanteresses.
    • Pistes de recherche: Publications de beaux poèmes sous toutes formes, si possible ayant quand même un rapport avec Ys.
    • Doyen: Zoé Tinùviel
  • Institut Impérial d'Hystoire et d'Archéologie d'Hystoire virtuelle
    • Thèmes de recherches: Toute l'hystoire yssoise.
    • But: L'histoire d'Ys n'a pas été un long fleuve tranquille. Cette nation de citoyens au goût sûr aimant luxe et luxure, vivant des ressources de la mer, a été marquée par de grandes dévastations et des périodes d'ysolationnisme. Le tout était ici de recenser l'histoire du pays.
    • Pistes de recherche: Publication de textes historiques de Venys et d'Ys.
    • Doyen: Anaclet de Paxatagore
  • Laboratoire d'Etudes Sous Marines Biologiques Yssoises.
    • Thèmes de recherches : Biologie imaginative.
    • But: Étudier les différentes formes de vie des fonds marins et les exploiter.
    • Pistes de recherche: Accroître la connaissance yssoise dans le domaine de la Biologie.
    • Doyen: Fenelis Pitard-Aaron
  • Faculté Emmanuel Raveline de Dictature appliquée
    • Thèmes de recherches: Quid Ravelinium Potius Nihil.
    • But: Louer Emmanuel Raveline et sa République, louer la dictature et analyser l'art de la logorrhée comme moyen d'embobiner le peuple.
    • Pistes de recherche: Rechercher les liens entre dictature et dérisions, participer aux concours organisés par la faculté.
    • Doyen: Emmanuel Raveline
  • Faculté Asclépios de Médecine virtuelle
    • Thèmes de recherches: Centre Hospitalo-Universitaire.
    • But: Etudier la médecine virtuelle pour sauver des vies yssoises et empoisonner les voisins.
    • Pistes de recherche: L'opium et l'absinthe comme thérapeutique, la sexualité comme mode de vie.
    • Doyen: Mong Pou
  • Faculté Heysdegger de Philosophie et philologie
    • Thèmes de recherches: Centre d'études philosophiques et philologiques.
    • But: Répertorier les différents courants de la philosophie et de la philologie yssoises à travers les âges et faire progresser cette philosophie.
    • Pistes de recherche: le platonysme et le néo-platonysme,rn- l'épicurianysme,rn- le kantysme,rn- le nystcheysme.
    • Doyen: Lool de Virion
  • Faculté Barthélemy de Suspire de Philosophie virtuelle
    • Thèmes de recherches: Institut des Etudes Virtuelles.
    • But: Etude de la réalité virtuelle.
    • Pistes de recherche: Etude de l'irraison impure.
    • Doyen: Emmanuel Raveline
  • Faculté Keynes d'Economie virtuelle
    • Thèmes de recherches: Analyse économique.
    • But: Favoriser le développement des entreprises yssoises.
    • Pistes de recherche: La fiscalité, la comptabilité.
    • Doyen: Anaclet de Paxatagore

Académye Yssoise des Lettres

L'Académye Yssoise des Lettres fut créée par l'Edyt Dogéal du 21 octobre 2001 et avait pour mission de codifier la langue yssoisse et d'oeuvrer à sa préservation et à sa défense. Composée des plus éminents Yssois, de ceux qui avaient oeuvré pour la littérature yssoise, l'Académie se consacrait, sous la direction du Secrétaire perpétuel, à la rédaction d'un dictionnaire et d'une grammaire de la langue yssoise. Ces deux outils, indispensables pour ceux qui ambitionnaient de maîtriser parfaitement le langage national, était de surcroît obligatoires pour l'administration. La Secrétaire perpétuelle était Zoé Tinùviel. Archive

Culture

De nombreuses bacchanales grivoises étaient souvent organisées, en particuliers lors des fêtes de la Déflorayson: tous les trimestres, les jeunes filles et les jeunes gens qui étaient encore vierges étaient initiés religieusement, lors d'une fête qui associait tout le village ou tout le quartier.

La boisson nationale était l'absinthe. Certains héros avaient des capacités d'absorption colossale. Barthélemy de Suspire, aujourd'hui décédé, aurait été capable, selon certains bruits, d'en boire un tonneau entier, cul sec, sans être ivre pour autant. La plupart des Yssois s'adonnaient volontiers au plaisir de l'absinthe, sans pourtant en arriver à ces excès.

On ne trouvait guère de tabac à Ys, mais l'on fumait volontiers l'opium. Celui-ci était récolté dans des champs de pavots, qui appartenaient aux grandes familles aristocratiques yssoises, en particuliers, aux Tinuviel.

L'un des temples de la culture yssoise est le célèbre Cabaret-spectacle Les Deux Ma Goh, où l'on fumait de l'opium, où l'on buvait de l'absinthe, où des salons privés accueillaient les désirs et où des spectacles en tous genre réjouissaient les yeux, les oreilles et les sens de toute la population.

Les Yssoys étaient naturellement batailleurs, indisciplinés, divisés et procéduriers. D'une histoire mouvementée, ils avaient hérité des querelles intestines. Évoquons, par exemple, la querelle millénaire entre les Paxatagore et les Mytilène, les deux plus grandes familles aristocratiques yssoises qui s'étaient battues moult fois, et dont l'hostilité irriguait le champs politique. Évoquons encore la rivalité entre les Yssois du sud et les Krasslandais (encore appelés à Ys «Crassieulandays»), émigrés à Ys au XIIème siècle, et qui avaient conservé beaucoup de leurs caractères nationaux sans parvenir à se fondre totalement dans le substrat culturel yssoys.

Toutefois, comme l'art de la bataille militaire était réservé aux aristocrates qui seuls avaient droit de lever des armées et de se battre entre eux, la plupart des citoyens, y compris, en 2001, les aristocrates, réglaient leurs litiges devant les tribunaux d'Ys. Au moindre problème, chacun déposait plainte devant le tribunal pour obtenir la condamnation de son voisin aux galères ou autres peines «amusantes». Les procès yssoys étaient des monuments de rhétorique, et les grands hommes politiques étaient souvent des avocats.

Les Yssois furent toujours sensible à la «poésye». Peu sentimentaux, ils appréciaient néanmoins le maniement du verbe, que ce soit devant les tribunaux ou par des pamphlets. Les formes poétiques yssoises étaient nombreuses et fort prisées, par tous. Parmis les grands poètes nationaux, on comptait Barthélemy de Suspire (décédé), son fils Emmanuel Raveline, ou encore Zénon de Lugor.

Les Yssoys étaient terriblement nationalistes. Fiers de leur appartenance à leur pays, ils étaient méprisant envers les étrangers, et tout particulièrement envers les Krasslandais. Cela venait de la grande émigration krasslandaise, au XIIème siècle: de nombreux Krasslandais, poussés par la famine, étaient venus s'installer à Ys, et étaient contraints de servir comme domestiques ou palefreniers. Les Krasslandais avaient donc mauvaise réputation. Les Syldaves étaient également mal vus. On s'interrogeait encore à Ys sur le point de savoir s'il s'agissait d'animaux ou de plantes. Chacun s'accordait à dénoncer leur odeur «pestilentielle».

Les Yssoys étaient d'abord des marins. Chaque Yssois avait sa gondole ou son bateau, des yachts pour les plus riches. La pêche avait de tous temps représenté une richesse importante pour l'île. Si la mer avait apporté d'énormes désillusions, les Yssois lui devaient tout. La plupart des villages yssois étaient situés sur le bord de la mer. Leur divinité principale était Poséydon, le dieu de la mer.

Musées

  • Le Musée Yssois abritait de célèbres collections d'art ancien et moderne.
  • Le Clan Paxatagore exploitait le Cynéma Zarastro. Ce même clan avait ouvert le Musée du Palazzo Paxatagorio.

Relations avec la CSH

La Confédération de Scanténoisie-Helvetia et Ys se reconnurent mutuellement le 10 octobre 2002 avec la signature du Traité du Mont-Pharys. Ce traité resta en vigueur même après la disparition du pays. La CSH fut ensuite le premier pays à reconnaître à nouveau Ys lors de sa renaissance en 2017. Toutefois, le Gouvernement est rapidement considéré comme malhonnête et illégal. Les nouvelles institutions du pays ne sont de facto pas reconnue par la CSH ni par aucun pays de l'Archipel et de l'ONA et le Traité du Mont-Pharys est suspendu par le Parlement le 9 août 2017 à 33:0:17.

Drapeau et Travail du CMV

Le CMV a restauré le drapeau en juillet 2012. Il a également réalise les nouvelles armoiries du pays mais aussi celles des deux familles principales, les Muller et les Gatline, en 2017 avant les actes de piraterie commis par ces derniers.

Symboles

Département Scanthélois Affaires Etrangères

Organisation
Carte du Micromonde - Ligue des États Modernes - Organisation des Nations de l'Archipel
Nations Reconnues
Abalecon - Armara - Avaricum - Edoran - Francovie - Krassland - Liberistant - Ligue ED -

Mézénas - Nadür - Pirée - Prya - Russlavie - Skotinos - Valdisky - Véran - Zollernberg

Pays Sans Activité Reconnus ou Intégrés
Freineubourg - Sri Pātnārāt
Nations Reconnues et Disparues
Athlétia - Belondor - Cité des Glaces - Cocagne - États du Sud - Fantispa - Fradeu - Libertas - Locquetas - Maurésie - Métropolibre - Nautia - Orion - Rileko - Sverige - Syldavie - Ydemos - Ys
Nations non Reconnues
Belgoge - Gwangua - Kolozistan - Livadia - Ostaria - Sud-Ouest Démocratique
Nations non Reconnues et Disparues
Aldarnor - Amyria - Anarchland - Angmar - Argentorate - Arsgentyne - Ayala - Azeck - Bangana - Bhoustani - Bretzelbourg - Bretzelburg - Cözland - Daoude - Deltarie - Edredonie - El Futuro - Eraluse - Eridan - Esialie - Fanz - Gallice - Héalie - Hubanie Maritime - Jaminaica - Kalésie - Katharsys - Kindistan - Krassauerstein - Laurasie - Legoslavie - Madha - Manutoba - Mazambala - Méniro - Mnibet - Néié - Noordzeeland - Norduska - Norvas - Nouvelle-Caucasie - Nyvélia - Panaconda - Persis - Poldévie - Républiques Orionnaises - Sainte-Croix - San Pedro - Sant Eustaquy - Saraland - Siegburg-Helzonie - Silverland - Sorabe - Thaurus - Tolpan - Turcosie - Umujo - Verlor - Vladivaïa - Wasteland - Ysiriam
Traités
Aarosia I - Aarosia II & Annexe - Aarosia-Pyedné - Aldden-Kaora - Allancia - Bergenberg - Bonsecours - Brøkinshåvn - Chabot - Cocagne - Dangloyre - Ébur - Elbêröhnit - Golfe de Locquetas - Havnsthor - Helvia - Hudiksvall/ZELEN -

Kaïtaïn - Kaora - Krassfürt-am-See - Micropolia - Mont-Pharys - Philippeville - Rabat - Scanie - Sorlop - Svetivostok - Ydemos

Traités internationaux
Traité de Bonne-Espérance - Charte de la LEM - Traité des Nations - Traité de Talamanca - Traité de Zozolulu - Texte de Veledris
Documents de voyage
Passeports scanthélois & frenobourgeois