Bangana

De Wikiscanthel
République Indépendante et Populaire du Bangana

Drapeau Bangana2017.png

Armes Bangana2017.png

Données Politiques
Langues banganais
Capitale Bombasha
Type de Gouvernement République
Président Auxèse Sekissa
'
'
Relations avec la CSH Aucune
Autres
Système économique Narrativisme
Bibliothèque aucune
Forum Place Publique
Site S'y rendre

Localisationbangana.png

Le Bangana (ou République Indépendante et Populaire du Bangana) est une nation située sur le Continent Sud. Le pays est situé au sud de Prya. Le pays sombra avec la scission de l'été 2017, restant avec Ys seul sur une carte.

Géographie

Le climat y est sec, le pays enclavé dispose d'un accès à la mer à l'est (port de Largeville). Quelques courts d'eau traversent le pays.

Administration territoriale

La nation est divisée en trois parties : le nord appartenant à l’ethnie "Koussi", le sud à l'ethnie "Koussa" et le territoire de la capitale disputé par les deux populations. Le sud et le nord étaient découpés en régions, appelées Provinces:

  • Arrondissement du Bas-Banga
  • Préfecture du Bokoudo
  • Gouvernorat des Deux-Fleuves
  • Etat Libre de Kalésie du Nord
  • Province du Kivala Occidental, avec pour capitale Troupomé


Pays ayant occupé le territoire

(Cette partie concerne l'histoire ludique du territoire.)

Histoire

Histoire pré-ludique

Le territoire banganais, mal desservi et recouvert de savane inculte, de forêt primaire inextricable, de bêtes féroces et de marais malorodants, a de tout temps été évité par les gens raisonnables. Des restes de petit déjeûner attestent cependant d'une présence humaine aux environs de -5000 avant notre ère. En -2016, le pharaon Amenetomphis III conquiert la vallée du Banga et y construit plusieurs tombeaux pour ses chats. Délaissé par les Romains et les Grecs, il est occupé par la dynastie Mogon qui s'en sert comme territoire tampon inhabité à sa frontière nord.

Drapeau 2012-2016

Entre 1300 et 1500, un ambitieux royaume de chevaliers industrieux occupe la région, Kahlesien. Cette époque mythique est très mal documentée et sujette à de nombreuses interprétations contradictoires.

Carte coloniale du 19è siècle

Au XVIIème siècle, c'est au tour d'Ys de revendiquer l'arrière-pays de Métropolys, un comptoir plus au nord. Le Pararchontat des Ysvoiriens (en référence à la pénombre qui règne dans les sous-bois) fournira des semi-pierres précieuses et des éphèbes.

En 1879, après plusieurs siècles de décadence, il est officiellement attribué à la France. Un consul est nommé contre son gré à Largeville, composée de trois bâtiments officiels et d'un débarcadère. La province des Côtes-de-Fer est totalement délaissée par l'Etat colonial, jusqu'en 1960, où celui-ci quitte la région et libère son consul, trop heureux de faire ses valises.

Drapeau 2016-2017

Envahi par plusieurs états fantoches dans la seconde partie du XXème siècle, il subit la pression démographique de deux ethnies rivales, les Koussa au sud, et les Koussi au nord, qui migrent au fil des mouvements de troupes. En 1980, alors que personne ne veut du territoire, un Koussa, Toussaint Houssé-Saladié, déclare l'indépendance du Bangana et extermine consciencieusement un maximum de Koussi avec l'aide de l'OURSS. Mais ceux-ci résistent et bloquent la façade maritime, plongeant le pays dans la misère, misère qui décimera les Koussa des hauts plateaux. En 1999, le pays est à nouveau presque vide.

Un empereur mégalomaniaque, Actarus d'Orion, occupe le continent sud dès mars 2000. L'Empire est tellement militarisé et stupide que le pays s'effondre quelques mois plus tard. De nombreux conscrits orionais demeureront jusqu'à aujourd'hui dans des bases autosuffisantes et des bunkers perdus dans la forêt, ignorant tout et ignorés de tous. Des Syldàves naufragés de Pseudopolis débarquent en 2002 et fondent la Syldàvie, état moyennâgeux peuplé de dangereux savants fous. La Syldàvie est dévastée en 2003 par une Bombe à Gel qui pétrifie le pays, y compris sa partie nord (l'actuel Bangana).

Carte de la 1er République (2012-2016)

Le seul reste de la Syldàvie est la province de Sud-Sildavie, appartenant à Armara. Une république s'installe ensuite, la Kalésie, héritière de Kahlesien, le long du fleuve Kalésie, qui disparaîtra en 2004-2005 suite à l'effondrement tectonique du Saraland. Le fleuve bloqué formera le lac d'Omouyé. Les tentatives kalésiennes d'industrialiser le Bangana laisseront quelques traces, notamment la ville fantôme de Célarion (dépression du Kanga) et les gisements de cradium. Aujourd'hui encore, des mouvements unitaristes kalésiens réclament la reformation de la Kalésie et l'inclusion du Bangana dans un ensemble comprenant Pirée et les provinces nord de la Francovie.

Armoiries 2016-2017

Suite à la formation de la mer du Saraland, qui traumatise le continent, le territoire est vide pendant plusieurs années, simplement constellé de villages kalésiens, syldàves, orionais, koussi et koussa.

Au printemps 2012, Bienvenue-Aimé César Houssé Saladié, à la tête d'une escouade de koussa armés, prend la ville minière de Bombasha, chasse son chef le Sénateur Dudu, et occupe militairement le pays. Les locaux syldàves et kalésiens sont enfermés ou réduits au servage. L'été suivant, la République Indépendante et Populaire (RIP) du Bangana est proclamée, mais Houssé Saladié perd rapidement le contrôle, défié par le leader koussi Kataka N'Gulu (Zambizar) allié au Sénateur Dudu. Le pays est divisé en 33 clans qui s'affrontent sans relâche.

Malgré tout, l'économie (notamment l'extraction minière) décolle et le pays connaît un boom démographique sans précédent. Début 2013, des jeux microlympiques d'hiver sont même organisés au Mont Ségelélao, avec succès. Plusieurs koussa dominent la scène politique de la RIP pendant ces années : Sébé Déconi Ogooué, Joseph-Amédée N'Bissi, Houssé Saladié, Auxèse Sékissa et Triomphant Sékissa. Ce dernier finira par faire un putsch en 2015, sans résultat concret. Le pays n'a cessé de décliner.

Un noble koussi de la province des Sources, Lanterno de la Vejiga, met fin à la RIP à l'hiver 2015-2016 et crée la République-Empire du Bangana. La capitale est déplacée à Largeville. Une police répressive, la Mange-Manta, est mise sur pied, tandis que toutes les institutions sont remplacées par des organes contrôlés par l'Empereur, de la Vejiga lui-même.

En mai 2016, un banganais d'origine kalésienne, George Elizabeth, assassine de la Vejiga et rétablit la république. Mais l'état est faible. Le 27 août, la £AK (£igue Armée Kalésienne) menée par £eonard Omniha££ëk encercle Bombasha en demandant l'union de Pirée, du Bangana et de la Francovie-Nord au sein d'une Nouvelle Kalésie.

Le lendemain, le Colonel Ravid Funeray renverse Elizabeth et met les dirigeants de la £AK sous les verrous.

Armes 2012-2016

Une constitution est adoptée, et le nom d'"Etat Libre d'Amnésie" est choisi pour expurger les démons du passé.

Les élections principales voient tout de même la victoire des Pro-Kalésiens modérés, et Harmonie £ibra devient Secrétaire Principale. Elle disparaît peu de temps après dans le maquis sans laisser de traces.

L'Amnésie, devenu terre d'accueil de nombreux marginaux, s'enfonce alors dans les conflits.

Alors que la Ligue de Reconstitution de la Syldavie (LRS) apparaît, le gouverneur Phûc Ta Toông, chef de la secte du Golden Phénix, proclame la République des Fours à Pyrolyse le 13 octobre. Les Etats voisins, qui craignent pour leur sécurité, demandent l'exclusion de la RDFAP de l'ORA.

Le citoyen Gratain d'Ophinois compose alors ce fameux hymne qui restera dans l'histoire :

"Ô Fours et Fournaises / Enfants de la Braise / Du passé faisons grille rase, /En avant, et soyons braves ! / Beau pays irradiant jour et nuit / Toujours à point tu cuis tes ennemis / Augmentons tous le thermostat / Et faisons brûler leurs soldats ! / C'est la chaleur qui nous unit / Garante de la démocratie / Et maintenant qu'on a bien chanté / Allons la tranche nous faire dorer ! / Grâce à la force des micro-ondes / Nous régnons sur le micromonde / Et ceux qui veulent nous en exclure / Seront grillés comme des silures !"

Du 18 au 25 octobre, le pays brûle. Un gigantesque incendie est organisé par les Pyrolysiens, furieux d'avoir été exclus du Micromonde ; le forum est inaccessible pendant une semaine.

Le Colonel Funeray sauve une nouvelle fois le pays en éteignant le feu. Le Commandant Triomphant Sékissa est rappelé, et proclame le 26 octobre la 5ème république banganaise, à la tête de laquelle il se nomme lui-même.

Mais d'autres anciens Banganais reviennent après l'épisode amnésien (Ogooué, Moubamba) et se déclarent eux aussi présidents.

Histoire ludique

D'abord colonisé, le pays acquiert son indépendance. Les deux ethnies rivales, Koussi et Koussa, guerroient depuis l'indépendance pour accéder au pouvoir. Récemment, le pays s'est démocratisé, le Président et les représentants du peuple (Assemblée populaire) sont élus.

En mai 2016, le Bangana change de Dictateur, d'Armes nationales et de Drapeau national ainsi que de nom. Il devient l'État Virtuel d'Amnésie. L'EVA tombe rapidement dans l'anarchie puis dans l'oubli avant de renaître le 10 avril 2017 sous le nom de Bangana à nouveau.

Constitution

Constitution du 7 avril 2017

  • Article 1: Le Bangana est souverain sur son territoire et l'Etat est la seule autorité habilitée à garantir l'égalité de tous devant la loi, la liberté de chacun et le progrès humain.
  • Article 2: L'État Banganais est constitué d'un pouvoir exécutif, d'un pouvoir législatif et d'un pouvoir judiciaire.
  • Article 3: Le pouvoir exécutif est assuré par la Présidence. Le ou la président(e) est élu(e) au suffrage universel, tous les mois, selon des modalités définies par une loi organique ou par le Ministère de l'Intérieur sous la supervision de la Présidence. La Présidence nomme les directeurs des entreprises d'Etat et les ministres. Le président peut être destitué par une motion unissant 4/5 des membres de l'Assemblée avec un quorum de 4 députés.
  • Article 4: L'Assemblée Populaire édicte les lois. Elle est composée des gouverneurs des 5 provinces. Ceux-ci sont nommés par la Présidence pour une durée de 2 mois et peuvent être révoqués à tout moment.
  • Article 5: Le pouvoir judiciaire est assuré par la Cour d'Etat. Celle-ci est composée de juges nommés par la Présidence pour une durée de 6 mois. Elle peut être dissoute par la Présidence à tout moment, si la situation l'exige.

Institutions

Le Bangana est dirigé par un Président élu au suffrage universel direct, l'Assemblée Populaire représente les citoyens du pays. Le Château des Mille Portes Célestes était un curieux château de tofu fermenté à double-tour, offert par l'Empereur du Xixong, et n'était rien de moins que le symbole du pouvoir au Bangana. Il abritait la Présidence, la Salle des Gouverneurs et la Cour Pénale.

Exécutif

Le pays était dirigé par le Président. Il nommait les membres du Gouvernement.

Législatif

L'Assemblée Populaire, appelée le Conseil des Tribus et des Provinces, était l'organe législatif du pays. Elle était composée des cinq gouverneurs des cinq provinces.

Judiciaire

La Cour d'État était l'institution judiciaire suprême.

Politique

Deux partis politiques existaient dans le pays:

  • Bangana Nouvelle Armée Nationale (BaNANa) dirigé par Joseph-Amédée N'Bissi
  • Le Mouvement pour la Modernisation du Bangana (MoMoBa) dirigé par Triomphant Sékissa.

En outre, après des mois de sommeil, là Ligue de là Résistànce Syldàve (LRS) voulait la renaissance de la Syldavie et demandait la fusion du Bangana, de la Francovie et de la partie continentale d'Ys.

Économie

Médias

La Direction Générale de l'Information et de Communication était l'organe national officiel gérant les médias. «Bangapresse» était l'agence télégraphique nationale du pays.

Bangana News L'Écho du Plateau,

Relations avec la CSH

Le CMV réalise le troisième drapeau de la République en avril 2017 ainsi que les troisièmes armoiries en juin 2017. Il réalisa également le drapeau et les armoiries du Kivala Occidental.

Département Scanthélois Affaires Etrangères

Organisation
Carte du Micromonde - Ligue des États Modernes - Organisation des Nations de l'Archipel
Nations Reconnues
Abalecon - Avaricum - Edoran - Francovie - Krassland - Liberistant - Ligue ED -

Mézénas - Nadür - Pirée - Prya - Russlavie - Skotinos - Valdisky - Véran - Zollernberg

Pays Sans Activité Reconnus ou Intégrés
Freineubourg - Sri Pātnārāt
Nations Reconnues et Disparues
Armara - Athlétia - Belondor - Cité des Glaces - Cocagne - États du Sud - Fantispa - Fradeu - Libertas - Locquetas - Maurésie - Métropolibre - Nautia - Orion - Rileko - Sverige - Syldavie - Ydemos - Ys
Nations non Reconnues
Belgoge - Gwangua - Kolozistan - Livadia - Ostaria
Nations non Reconnues et Disparues
Aldarnor - Amyria - Anarchland - Angmar - Argentorate - Arsgentyne - Ayala - Azeck - Bangana - Bhoustani - Bretzelbourg - Bretzelburg - Cözland - Daoude - Deltarie - Edredonie - El Futuro - Eraluse - Eridan - Esialie - Fanz - Gallice - Héalie - Hubanie Maritime - Jaminaica - Kalésie - Katharsys - Kindistan - Krassauerstein - Laurasie - Legoslavie - Madha - Manutoba - Mazambala - Méniro - Mnibet - Néié - Noordzeeland - Norduska - Norvas - Nouvelle-Caucasie - Nyvélia - Panaconda - Persis - Poldévie - Républiques Orionnaises - Sainte-Croix - San Pedro - Sant Eustaquy - Saraland - Siegburg-Helzonie - Silverland - Sorabe - Sud-Ouest Démocratique - Thaurus - Tolpan - Turcosie - Umujo - Verlor - Vladivaïa - Wasteland - Ysiriam
Traités
Aarosia I - Aarosia II & Annexe - Aarosia-Pyedné - Aldden-Kaora - Allancia - Bergenberg - Bonsecours - Brøkinshåvn - Chabot - Cocagne - Dangloyre - Ébur - Elbêröhnit - Golfe de Locquetas - Havnsthor - Helvia - Hudiksvall/ZELEN -

Kaïtaïn - Kaora - Krassfürt-am-See - Micropolia - Mont-Pharys - Philippeville - Rabat - Scanie - Sorlop - Svetivostok - Ydemos

Traités internationaux
Traité de Bonne-Espérance - Charte de la LEM - Traité des Nations - Traité de Talamanca - Traité de Zozolulu - Texte de Veledris
Documents de voyage
Passeports scanthélois & frenobourgeois