Mazambala

De Wikiscanthel
République Démocratique et Populaire du Mazambala

Drapeau Mazambala.png

Armes Mazambala.png

Données Politiques
Langues français
Capitale Saverda
Type de Gouvernement République autoritariste
Président de la République Achille Moganda,
Premier Ministre Azerty d'Azclépyos
'
Relations avec la CSH Informelles / Pays disparu
Autres
Système économique n.c.
Bibliothèque aucune
Forum archives archéologiques numériques
Site archives archéologiques numériques

LocalisationMazambala.png

Le Mazambala (ou République Démocratique et Populaire du Mazambala) était situé sur un continent, aujourd'hui disparu, qui se trouvait au sud de l'Océan de Mésogée. Le pays a été actif entre 2004 et 2005 devenant, par la suite, la "Province Autonome du Mazambala", une colonie de Fantispa.

Histoire

Originaire de Saverda, ville côtière de la province de Ganabala, Achille Moganda a participé, aux côtés de feu son excellence Basile Mboda, à la création de la République Démocratique et Populaire de Mazambala. Suite à la mort de Mboda, son Excellence Achille Moganda prit tout logiquement la place de président.

Une longue période de réformes est ensuite enclenchée par le Président Moganda, qui développe la démocratie et la liberté dans le pays. Lors des troubles de Février 1988, le Président Moganda et la Moubala (police secrète) évitent le pire en incarcérant et jugeant de façon exemplaire les dangereux opposants.

Géographie

Climat

La température flirtait avec les 35°C à l'ombre, et le taux d'humidité approchait les 100%.

Administration territoriale

Le Mazambala se divisait en quatre provinces, chacune munie d'une capitale de Province:

  • Animouë (Damouë)
  • Ganabala (Saverda)
  • Madja (Gadombo)
  • Sibida (Atebala).

Le Président de chaque Province était également maire de la capitale de province.

Lorsque le pays devint colonie fantispaise, il n'y eut plus que trois provinces qui furent:

  • Ganabala
  • Sibida
  • Animouë

Politique

Le pays cumulait toutes les caractéristiques d'un pays au régime militaro-autoritaire.

Exécutif

La Présidence

Achille Moganda occupait le siège de Président de la République Démocratique et Populaire de Mazambala. Il était réélu chaque cinq ans à une écrasante majorité avec des résultat proche de 99% des voix.

Moganda est à la base de nombreuses lois très importantes comme les lois sur la sécurité intérieure, sur le rôle de l'armée ou l'éducation militaire. Sa sagesse, ses convictions démocratiques et libérales étaient désormais connues au-delà des frontières. D'après le régime en place, tous les politiciens étrangers s'accordaient à féliciter son Excellence le Président Moganda pour sa façon de gérer le Mazambala, qui était «l'un des pays les plus sûrs de tout l'Archipel». La criminalité y était quasiment nulle.

Gouvernement

Le Gouvernement était formé par le premier ministre, nommé par son excellence le président Achille Moganda. Le Premier ministre était en charge de créer un gouvernement homogène et motivé, et ce, en prenant en compte la composition de l'assemblée nationale.

  • Premier Ministre : Azerty d'Azclépyos
  • Ministre de l'Intérieur : Léon-Pierre Mantobu
  • Ministre de l'Economie et des Finances : Aristide N'Gassa M'Bassa
  • Ministres des Affaires Etrangères

Pour des raisons de facilité, certains Ministres avaient en charge les porte-feuilles habituellement réservés à d'autres ministères. Ainsi, le Ministre de l'Intérieur s'occupait également des affaires culturelles et sportives, le Ministre des Affaires Etrangères gérait le porte-feuille de la défense.

Législatif

L'organe législatif du pays était l'Assemblée nationale.

Des libertés civiles malmenées

De nombreuses zones et bases militaires étaient réparties sur l'ensemble du territoire. Il était strictement interdit aux civils (touristes comme autochtones) de s'approcher des ces terrains. Les conséquences pouvaient être des plus fâcheuses.

Il était fortement déconseillé de critiquer, de porter des jugements ou de commenter les événements de la vie politique de la République de Mazambala. Le président Achille Moganda, «guide éclairé de toute la nation», et son équipe gouvernementale jouissaient d'un soutien populaire sans faille. Leurs actions n'avaient qu'un but, d'après le régime d'alors : le bonheur, la paix et la prospérité du pays et de son peuple..

Toute personne présente sur le territoire de la République de Mazambala était soumise aux lois en vigueur dans le pays. En cas d'actions illégales, subversives ou allant à l'encontre des intérêt nationaux, les forces de sécurité de Mazambala ne reconnaissent pas le principe d'immunité diplomatique. Les contrevenants, quels qu'ils étaient, étaient incarcérés et jugés selon les règles locales.

Les touristes et visiteurs étrangers devaient être en contact permanent avec les services de la Sureté. Ils avaient obligation de communiquer leur parcours sur le territoire national, et devaient impérativement obtenir une autorisation de la Sureté pour voyager d'une province à l'autre.

Armée et sécurité nationale

Élément incontournable du paysage mazambalais, l'armée était toute puissante. Environ 10% de la population active était militaire, son Excellence Moganda lui-même faisait partie de cette grande famille.

Dans ce pays, l'armée offrait de belles opportunités, et permettait de faire de belles carrières tout en visitant du pays. L'Armée de Terre, la Marine et l'Aviation Militaire recrutaient en permanence. Pour les Renseignements Extérieurs (RE), le recrutement se faisait par concours interne et était réservé aux meilleurs.

Forces Armées Mazambalaises

Logo des forces armées du Mazambala

Les missions des Forces Armées consistaient essentiellement à protéger les bâtiments officiels et soutenir la Sureté Nationale dans son rôle de maintien de l'ordre.

Cependant, les Forces Armées étaient également engagées dans un conflit sanglant au Nord du pays. En effet, les membres de la Tribu Pangnouë, réfugiés dans les denses forêts, menaient une véritable guérilla. Ils refusaient de se soumettre au pouvoir central de Gadombo et demandaient en vain leur indépendance. Cela donnait aux forces armées un excellent champs d'entrainement, et permettait de tester sur des cibles vivantes le nouveau matériel.

Aussi, une grande partie du Budget gouvernemental était attribué à la défense. L'armée disposait de moyens colossaux, aussi bien en terme d'armement, d'équipement, de véhicule, d'infrastructure ou d'effectif.

Les Forces armées étaient divisés en quatre grands groupes :

  • Armée de Terre
  • Marine
  • Aviation Militaire
  • Renseignements Extérieurs. Ce dernier rassemblait en fait les services d'espionnage de la République de Mazambala.

Éducation

L'Université Internationale Achille Moganda était l'institut supérieur dans le pays.

Décorations civiles

Pour récompenser les actions, les engagements, les faits d'arme ou le comportement des Mazambalais, plusieurs décorations et ordres existaient. Fondées par son Excellence Achille Moganda, ces décorations permettent d'intégrer l'élite nationale. Notons qu'elle n'étaient attribuées qu'à l'initiative du Président Moganda.

Ordre des Chevaliers Mogandistes

Cet ordre avait deux grades, «Maître» et «Grand Maître». Il était décerné pour service rendu à la nation mazambalaise aux citoyens, mazambalais ou non, qui le méritaient. Décoration remise notamment aux serviteurs de son Excellence Achille Moganda, comme tout ceux qui un jour apportaient leur aide au pays, comme par exemple des politiciens, des militaires ou des scientifiques.

Ordre National du Dromadaire Mazambalais

Cet ordre avait trois grades, «Chevalier», «Officier» et «Commandeur». Il était remis uniquement au citoyen mazambalais dans le cas où ce dernier représentait le pays et en faisait la promotion à l'étranger. La décoration était remise souvent aux artistes et écrivains, aux sportifs, aux diplomates ou aux scientifiques.

Transports

Le pays possédait un aéroport, l'Aéroport International Achille Moganda.

L'aéroport était peu accueillant pour les visiteurs étrangers et les touristes: une présence massive de policiers et militaires en armes, ainsi que d'hommes en civils (les célèbres membres de la Moubala, police secrète) les attendaient au pied l'avion. Ils dévisageaient les nouveaux arrivants, et quelques fois en arrêtaient brutalement un ou deux. La plupart des murs environnants ou des affiches visibles portaient le portrait du président et des slogans à la gloire du président, de ses actions ou du pays ornaient les bouts de mur restés vierges.

L'aéroport International Achille Moganda était principalement un lieu de travail pour les militaires et les membres des services secrets. En dehors des deux avions de Air Mazambala, ne se trouvaient que des véhicules militaires, hélicoptères de combat ou vieux avions de chasse.

Les touristes étaient accompagnés par les forces de police aux comptoirs de la Sureté Nationale où des fonctionnaires zélés vérifiaient une dizaine de fois les passeports et autorisation de débarquement. Tout le monde était fouillé avec attention. Au bout de quelques 5 heures, les touristes pouvaient sortir de l'aéroport, non sans avoir clairement indiqué leur itinéraire touristique aux membres de la Sureté.

Deux vols internationaux opérés par Air Silverland volaient en direction de l'Argentorate et du Silverland.

Relations avec la CSH

La CSH n'a jamais entretenu de relation diplomatique officielle avec ce pays. Notamment du fait que les valeurs partagées par le Mazambala étaient des valeurs à l'exact opposé de celles prônées par la CSH.

Département Scanthélois Affaires Etrangères

Organisation
Carte du Micromonde - Ligue des États Modernes - Organisation des Nations de l'Archipel
Nations Reconnues
Abalecon - Avaricum - Edoran - Francovie - Krassland - Liberistant - Ligue ED -

Mézénas - Nadür - Pirée - Prya - Russlavie - Skotinos - Valdisky - Véran - Zollernberg

Pays Sans Activité Reconnus ou Intégrés
Freineubourg - Sri Pātnārāt
Nations Reconnues et Disparues
Armara - Athlétia - Belondor - Cité des Glaces - Cocagne - États du Sud - Fantispa - Fradeu - Libertas - Locquetas - Maurésie - Métropolibre - Nautia - Orion - Rileko - Sverige - Syldavie - Ydemos - Ys
Nations non Reconnues
Belgoge - Gwangua - Kolozistan - Livadia - Ostaria
Nations non Reconnues et Disparues
Aldarnor - Amyria - Anarchland - Angmar - Argentorate - Arsgentyne - Ayala - Azeck - Bangana - Bhoustani - Bretzelbourg - Bretzelburg - Cözland - Daoude - Deltarie - Edredonie - El Futuro - Eraluse - Eridan - Esialie - Fanz - Gallice - Héalie - Hubanie Maritime - Jaminaica - Kalésie - Katharsys - Kindistan - Krassauerstein - Laurasie - Legoslavie - Madha - Manutoba - Mazambala - Méniro - Mnibet - Néié - Noordzeeland - Norduska - Norvas - Nouvelle-Caucasie - Nyvélia - Panaconda - Persis - Poldévie - Républiques Orionnaises - Sainte-Croix - San Pedro - Sant Eustaquy - Saraland - Siegburg-Helzonie - Silverland - Sorabe - Sud-Ouest Démocratique - Thaurus - Tolpan - Turcosie - Umujo - Verlor - Vladivaïa - Wasteland - Ysiriam
Traités
Aarosia I - Aarosia II & Annexe - Aarosia-Pyedné - Aldden-Kaora - Allancia - Bergenberg - Bonsecours - Brøkinshåvn - Chabot - Cocagne - Dangloyre - Ébur - Elbêröhnit - Golfe de Locquetas - Havnsthor - Helvia - Hudiksvall/ZELEN -

Kaïtaïn - Kaora - Krassfürt-am-See - Micropolia - Mont-Pharys - Philippeville - Rabat - Scanie - Sorlop - Svetivostok - Ydemos

Traités internationaux
Traité de Bonne-Espérance - Charte de la LEM - Traité des Nations - Traité de Talamanca - Traité de Zozolulu - Texte de Veledris
Documents de voyage
Passeports scanthélois & frenobourgeois