Orion

De Wikiscanthel
République Fédérale d'Orion

Drapeau orion.png

Armes Inconnues.png

Données Politiques
Langues français
Capitale Afiosso
Type de Gouvernement République Fédérale
Président Anthony Le Jazzeux
Premier Ministre
Ministre des Affaires Étrangères
Relations avec la CSH Cordialité / Pays disparu
Autres
Système économique Simulationisme / Système de Schweinwald
Bibliothèque aucune
Maling-List Place publique
Site S'y rendre

Localisation orion.png

Orion (ou République Fédérale d'Orion) était un pays du continent sud qui fut créé par Anthony LeJazzeux le 7 novembre 2000. Organisée en république fédérale et composée de plusieurs provinces, le pays fonctionnait donc sur un régime démocratique. La conquête spatiale et la possibilité de monter en grade au sein des forces armées étaient des éléments moteurs de l'activité du pays.

Géographie

Le régime politique d'Orion étant de type république fédérale, le territoire orionnais était divisé en provinces, au nombre total de 10, et ayant pour noms:

  • Afiosso: Capitale du pays. Afiosso était une grande ville, qui fût belle à l'époque impériale. Ses routes défoncées, ses immeubles en ruine ou couverts d'impacts de balle témoignaient encore de la violence des combats de la désormais lointaine Guerre Civile mais aussi de la Bataille d'Afiosso. Bref, une ville orionaise typique. Les visites d'Afiosso by night étaient une attraction touristique prisée. En effet, les lumières de la ville étaient magnifiques. Ce goût pour les décorations lumineuses remontait à loin: l'ex-Premier Ministre Anthony Le Jazzeux avait fait installer à grand frais des «becs de pétrole», des espèces de lampes à pétrole qui étaient allumées chaque soir par des employés fédéraux. L'arrivée de l'électricité avait mis ces becs de pétrole au rang de curiosité historique, tandis que les lampadaires gagnaient les rues, mais la beauté des nuits d'Afiosso s'était maintenue. À noter, les avenues principales ainsi que le périphérique étaient en assez bon état! Cela permettait aux véhicules normaux de circuler, alors que le reste du pays était plutôt le domaine des 4x4! Autres bâtiments notables: l'ancien Palais Impérial, l'Hôtel de Ville (siège du gouvernement) et les ruines de la Transco, dont l'explosion marqua un tournant dans l'histoire du pays. La Gare, au centre de la ville, mettait en communication la capitale avec la plus grande partie du pays (Gare de Troyes, Gare de Taulle, traversée des Plaines Fiturio) et même avec l'étranger (Tindali, à Prya). Les bidonvilles ceinturaient Afiosso. Plus loin, on retrouvait l'Aéroport International Actarus II: il servait désormais de résidence secondaire aux rats chassés régulièrement du port, mais de nombreuses autres espèces avaient adopté le réseau souterrain, les conduits d'aération et toutes les structures autrefois ultra-modernes de l'aéroport. Il avait cependant servi lors de la dernière Guerre Civile, puisque c'est ici qu'Anthony LeJazzeux avait lancé le «Sursaut républicain» qui devait conduire à la Bataille d'Afiosso.
  • Doratos: Les Plaines Doratos étaient des plaines arables qui étaient devenues le centre le plus moderne et le plus dynamique d'Orion. Longtemps, ces plaines n'étaient connues que pour leur nombre important de réfugiés boukistanais qui étaient venus s'y installer, à la suite de la Guerre du Boukistan. La société orionaise ne les avait jamais véritablement intégré, mis à part leur chef, le Mollard Shâliv Kracha. Depuis la nomination d'Anthony Lejazzeux comme gouverneur de la province, Doratos avait été profondément transformée. Le complexe immobilier des Falaises de l'Envol abritait un impressionnant quartier des affaires mais aussi des lieux de loisir. D'autres centres de développement apparaissaient aussi chaque jour.
  • Les Plaines Fiturio: Les Plaines Fiturio étaient de nouvelles terres arables, connues pour l'échec retentissant de leur développement. Une gouverneur y fût nommée : Mlle Dolly Prâne. De grands projets y furent en préparation, dont celui de Fituriopolis, une nouvelle cité. La province était dotée d'une belle plage et un développement touristique était possible. Une banque y avait même ouvert: le Crédit des Mers du Sud. Malheureusement, la gouverneure avait disparu et les chantiers étaient restés en l'état. La plaine, couverte de briques, de trous, de tranchés, de maisons sans toits, d'engins de construction rouillés, faisait peine à voir. Et seule au milieu de ce chantier à l'abandon, la banque du CMS continuait à fonctionner envers et malgré tout.
Carte géographique
  • La Pointe Fiturio: Cette province était surnommée en son temps «la Silicon Valley d'Orion». Les entreprises y étaient extrêmement nombreuses. Depuis, elles avaient fermé les unes après les autres, et les lieux étaient à nouveau gagnés par la nature. C'est sous cette pointe que se trouvait la ressource énergétique historique du pays: une gigantesque réserve de pétrole découverte sous l'Empire, et qu'exploitait EnergeN. On y trouvait aussi la Pêcherie Calisto, principale industrie agro-alimentaire d'Orion, la SKAL du Krasslandais Julien Krontenberg, qui fournissait le pays en denrées alimentaires de luxe, la compagnie de construction aérienne AérodyN. On y trouvai également l'entreprise d'armement, fondée par Hadi Le Sage et désormais rachetée par deux méga-corporations multimicronationale (Krasstrust et XXL) : Futuristiq ainsi que le Laboratoire Calisto, qui étudie et recense les plantes de l'Archipel.
  • Les Monts Hystéria: ces Monts Ouest, rebaptisés Monts Hystéria par son regretté gouverneur, le professeur Diafoirus, cette province fût très active, initialement grâce au zèle de son gouverneur, qui avait réussi à mettre en place peu à peu une ambiance très particulière appelée Steampunk, et qui ressemblait en gros à du Jules Verne. Malheureusement, le Pr Diafoirus avait disparu quelque part dans de lointaines montagnes, lors d'un héroïque combat contre les merksistes-luninistes orionais. C'est aussi à Hystéria que Earl Mountbatten, historien et géographe notable, vivait mais loin du village de Taulle, la principale agglomération de ces montagnes. Ce dernier entretenait une petite cavalerie assez efficace pour les interventions en milieu difficile: la 1ère et 2nde Escouades de Cavalerie Plébéienne. Ces cavaleries étaient sous les ordres de la Milice de la Province, armée locale entretenue autrefois par le gouverneur et désormais dispersée. À Hystéria, les entreprises se développèrent rapidement sous le gouvernorat de Diafoirus: les industries Diafoirus regroupaient de nombreuses activités, désormais fermées pour la plupart.
  • Les Plaines Kitchasa étaient peu connues, quoique traversées par une ligne de chemin de fer qui se dirigait vers Prya. Cette ligne n'était pas exploitée régulièrement mais un train, l'Austral Express, était prêt à relier les voisins d'Orion et avait déjà eut l'occasion de le faire lors de la dernière Guerre Civile.
  • Nôddia: Capitale Hératia. Nôddia était une île qui se trouvait de l'autre côté du Continent Sud. Elle avait rejoint l'empire tardivement et aucune carte n'avait jamais été faite pour la présenter avec le reste du pays. Son isolement en faisait malheureusement une province qui n'arrivait pas à se redresser. Le gouverneur Méthos qui s'y était installé souhaitait rompre cet isolement. On y trouvait le Centre de Recherche Spatial Orionais (CRSO), qui n'avait pas été en activité depuis longtemps et qui étudiait les possibilités de conquête de l'espace. La relance de la conquête spatiale aurait du lui donner un nouveau souffle. L'île de Nôddia fut découverte par les Orionais en 2000. Plus exactement lors de l'expédition de l'explorateur Bahltazor d'Afiosso. En effet, Bahltazor d'Afiosso était Orionais, il avait été envoyé par l'Empereur Actarus I pour agrandir les terres Impériales qui ne se cantonnaient qu'alors à l'île où se situe de nos jours, Afiosso et Toria. Bahltazor d'Afiosso voyagea pendant plus d'un mois en longeant les côtes de ce qui deviendrait peut de temps après les terres du premier Empire, il longea les terres des Alliés à Orion, l'Empire de Fanz. Par un matin brumeux, l'équipage à bout de force, le navire de Bahltazor d'Afiosso s'échoua sur une plage. La brume se dissipa peu à peu, et les Orionais découvrirent une île de type tropicale avec une immense montagne dont le point culminant était couvert de neige. Ils firent une expédition terrestre pour s'enfoncer au coeur des terres, et à leur grande surprise, l'île n'était pas totalement inhabitée. En plus des animaux qui étaient alors inconnus, il y'avait une civilisation. Le groupe d'explorateurs se trouva nez à nez avec une patrouille armée. Celle-ci les fit prisonniers pour les montrer à leur chef. Ils arrivèrent dans une ville qui semblait se nommer Hératia. Bahltazor nota tout ce qu'il pouvait noter et dessiner. Il vit le chef, c'était un roi. Leurs coutumes ressemblaient aux coutumes orionaises, ils étaient civilisés aussi. Le roi les fit relâcher et demanda à Bahltazor de regagner les terres d'Orion pour créer un contact diplomatique. Avant de repartir, Bahltazor avait eu le temps de dessiner les merveilles de l'île pour le montrer à son empereur. Quand Bahltazor reprit la mer, il n'était pas au courant qu'Actarus I était en guerre contre les Orkos (alors Saraland - CES - et province de Troyes). En effet, le navire de Bahltazor fut capturé par les ennemis de l'empire. À la fin de la guerre contre les Orkos, Actarus I se demanda si Bahltazor était mort ou si il avait découvert les nouvelles terre. N'ayant plus de nouvelles, il abandonna tout espoir de revoir son explorateur. Son général d'armée Gladior Mc Fernum (grand père de Connor Mc Fernum qui lui aussi était général Orionais sous Actarus II et III) entreprit les recherches dans les terres des Orkos nouvellement conquises, mais hélas sans trouvaille. Actarus I abandonna tout espoir et rappela son Général pour d'autres affaires. En 2001, après avoir succédé à son père et rétablit l'ordre dans l'empire, Actarus II reçu un émissaire nôddien. Le roi de Nôddia n'ayant jamais eu de nouvelles de Bahltazor décida d'envoyer à son tour un explorateur pour découvrir les Orionais. Commença alors une entente cordiale entre les Nôddiens et les Orionais jusqu'à la mort du roi de Nôddia, Agrépissis II. En effet, après la mort du roi, le successeur du trône de Nôddia demanda le rattachement à l'Empire d'Orion.
  • Toria: Il s'agissait d'une province en léthargie, autrefois administrée par une gouverneur, la Vicomtesse Vénusia Timoria, décédée lors d'un attentat contre son avion. Elle était l'épouse du Prince Régnant de Kloho et sa mort avait marqué le début d'une courte mais violente période de traque du terrorisme intermicromondial. La province avait un antique site mais la ville était désormais le règne du sommeil. Un reportage de TV Micromonde avait révélé l'existence d'opiacés endormant quiconque approchait de ce lieu et qui étaient sans doute à l'origine de la disparition de toute activité dans cette province. L'économie passée de la région était surtout basée sur les Vins, fameux et que l'on retrouvait même à l'étranger (le Bar la Pyramide de Prya en proposait).
  • Troyes: pour rejoindre le continent, il fallait emprunter le Pont Tehla, ou pont de Troyes. Troyes était le port le plus animé d'Orion! La ville entière battait au rythme des marées et des relèves de gardes du QG militaire. Car Troyes était aussi et surtout une ville garnison: son gouverneur était traditionnellement le Commodore, chef des armées. La constitution locale était faite sur mesure pour les forces armées et la ville avait donné dès l'empire ses troupes les plus aguerries: les fabuleux Gardes de Troyes. Un fort médiéval et les murailles encore debout montraient que la ville avaient depuis longtemps un statut de place forte. Troyes abritait l'École Hannibal, la principale Université du pays.

Villes

  • Afiosso, capitale de la république
  • Fituriopolis
  • Taulle, capitale de la province d'Hystéria [1]
  • Toria
  • Troyes

Histoire

Histoire mythologique

(Archives de Earl Mountbatten du CEHO [2])
Orion était issu des couches les plus basses de la population, puisque son père, Hyriéus, était un paysan de Béotie. Un jour que Zeus, Poséidon et Hermès, déguisés en mortels, étaient sur Terre, Hyriéus offrit aux dieux l'hospitalité et es accueillit dans sa modeste cabane. Touchés par ce geste, les dieux offrirent au paysan un fils. Cet enfant était le fruit de l'union de Poséidon et d'Euryalé. Cette dernière était la fille de Minos, ancien roi de Crète qui devint Président du Tribunal des Enfers après sa mort. Petit-fils de Minos, Orion avait hérité d'une partie de sa sagesse. Il était remarquable pour sa beauté et sa taille. Adulte il se révéla être géant. Il dominait même l'Océan. Lorsqu'il marchait dans la mer, il dépassait les flots de toute la tête.

Mais Orion se rendit surtout célèbre pour son amour de l'astronomie et pour sa passion de la chasse.

Il tint son amour de l'astronomie d'Atlas lui-même. Le Titan Atlas, qui avait prêté son concours aux Géants lors de leur révolte contre Zeus, était condamné à soutenir sur ses épaules la voûte du ciel. Il enseigna à Orion les mystères du ciel et des étoiles.

Vulcain enseigna aussi à Orion son art. Le dieu du feu, du fer, de l'airain, de l'argent, de l'or,... forgeait les plus grandes merveilles du Monde : le palais du Soleil, les armes invincibles, les foudres de Zeus. A ses cotés, Orion appris comment forger les plus durs éléments, et il construisit un palais souterrain pour Poséidon.

Orion fut tué par Diane. Le héros aurait osé toucher le voile de la belle chasseresse, et Diane aurait fait sortir de terre un scorpion, fatal. Mais, affligé d'avoir ôté la vie au bel Orion, Diane obtint de Zeus qu'il fut placé dans le ciel, où il forme depuis la plus brillante des constellations. Dans sa vie céleste, Orion n'a pas renoncé au plaisir de la chasse, et souvent, par les nuits claires, quand les vents et les flots restent silencieux, l'immortel et infatigable chasseur parcourt avec sa meute les espaces éthérés. Alors encore Diane le suit, et l'enveloppe de ses rayons, et les étoiles chassées par lui palissent devant son éclat.

Histoire ludique

Orion a connu deux périodes de gloire. La première, lors de la période impériale (2001). La seconde, lors de la période républicaine (2002). Malheureusement, le pays a connu de terribles drames et il ne fut plus une aussi grande puissance qu'autrefois. Orion fut un pays militariste, fier de son passé et destiné à de plus grandes choses encore, et était à son époque sans doute le seul pays à se tourner vers l'espace. Orion avait de très proches alliés: la Syldavie, Prya et Ydémos. Ces quatre pays se sont regroupés au sein de la Fédération d'Aldden d'octobre 2002 à septembre 2003.

Chronologique

  • Empire (Age d'Or): 07 Novembre 2000 - 05 Juillet 2001 - 8 mois
  • 1ère République: 06 Juillet - 13 Juillet 2001 - 1 semaine
  • Empire (Restauration): 13 Juillet - 9 Août 2001 - 1 mois
  • Loi Martiale (Guerre Civile): 22 Août 2001 - 1 jour
  • République (Anarchie puis Reconstruction): 23 Août - 28 Novembre 2001 - 2 mois 1/2
  • Loi Martiale: 21 Novembre - 18 Décembre 2001 - 1 mois
  • République: 18 Décembre 2001 - 18 Avril 2002 - 4 mois
  • Loi Martiale: 18 Avril - 30 Avril 2002 - 2 jours
  • Seconde Guerre Civile: 30 Avril - 14 Mai 2002 - 2 semaines
  • Seconde République: 14 Mai 2002

=> Résumé chronologique de novembre 2000 au 31 juillet 2002

Constitution

Constitution tehlienne de la République Fédérale Orionaise

  • Article I: Orion
    • La République Fédérale Orionaise est une nation virtuelle située au sein du Micromonde. Elle s'appuie sur une conception ludique de ce que l'on appelle les micronations francophones.
  • Article II: Droit et devoirs du citoyen orionais
    • Le citoyen orionais a des droits, mais aussi des devoirs :
      • Droit à la liberté de parole et d'expression, dans les limites du respect imposé par la netiquette.
      • Droit de participer à la vie politique, économique, et culturelle de son pays.
      • Devoir de se conformer aux textes de la Constitution, des décrets et des Lois Fédérales.
      • Devoir de se conformer aux textes de lois des provinces où ils séjournent.
  • Article III: L'Etat Fédéral
    • La République Fédérale d'Orion est découpée en provinces qui sont rattachées à une institution appelée gouvernement fédéral. La capitale Afiosso est le siège du pouvoir fédéral.
  • Article IV: Les Provinces
    • Les provinces composant Orion sont au nombre de dix : Afiosso, Plaines Doratos, Toria, Plaines Fiturio, Pointe Fiturio, Hysteria, les Monts Orientaux, Troyes, les Plaines Kitchassa, et Noddia. Les provinces sont représentées et administrées par des gouverneurs. Toute province n'étant pas soumise à un gouverneur est sous la responsabilité directe de l'Etat Fédéral.
  • Article V: Droits et devoirs du gouverneur
    • Un gouverneur administre sa province comme il l'entend, du moment que ceci n'est pas en contradiction avec la Constitution où les lois fédérales. Les Instances Fédérales ne sont pas tenues de se plier aux lois des gouverneurs. Un gouverneur est en droit de demander l'assistance du gouvernement fédéral.

DU CONSEIL NATIONAL

  • Article VI: Définition du Conseil National
    • Le Conseil National est l'organisme où se déroulent les débats et les votes gouvernementaux, et sert de centre de recueillement de tous les votes officiels soumis au Suffrage Universel Direct. Son domaine d'application est réservé à tout ce qui touche à la vie fédérale du pays.
  • Article VII: Composition du Conseil National
    • Tout citoyen orionais désireux de participer à la vie politique du pays doit demander son accès au Conseil National. Cet accès ne saurait en aucun cas être refusé, sauf suite à une sanction juduciaire infligée par un Juge Fédéral.

DE LA PRESIDENCE

  • Article VIII: Fonction présidentielle
    • Le président de la République Fédérale Orionaise est le Chef de l'Etat. Il est responsable du bon fonctionnement des institutions de son pays. Il dispose du Corps Diplomatique. Il est le Chef des Armées. Il peut nommer les gouverneurs ou organiser un vote pour leur nommination. Il peut pratiquer le référendum, dont la durée est de cinq jours. Son mandat est indépendant de sa personne. Il dure quatre mois.
  • Article IX: Diplomatie
    • Le Président est le représentant de la nation vis-à-vis de l'étranger. Il peut nommer des diplomates, représentant les intérêts d'Orion chez une nation spécifique ou un organisme international. Il est le seul à pouvoir lancer un vote au Conseil National pour statuer sur l'entrée en guerre du pays.
  • Article X: Elections présidentielles
    • Le Président de la République Fédérale Orionaise et élu au suffrage universel direct, à la majorité absolue, par l'ensemble de la population. Les périodes d'élection ont lieu en Mai, Septembre, Janvier. La période pour les inscriptions en tant que candidat aux présidentielles démarre le 1er du mois et s'achève le 10 de ce même mois. Le lancement des votes est effectué par le président sortant, au Conseil National. Les résultats sont prévus pour le 17. Le 18 du mois, le nouveau Président accède à son poste, et dispose d'une semaine pour nommer ses Ministres et un Juge Suprême faisant aussi office de Vice-Président.
  • Article XI: Destitution présidentielle
    • Une procédure de destitution peut être lancée à l'encontre du Président. La procédure est engagée lorsqu'au moins 20% de citoyens orionais inscrits au Conseil National déposent une Motion de Destitution à l'encontre du Président. Le Juge Suprême lance alors un vote au Conseil National, d'une durée de cinq jours, pour savoir si le Président doit être destitué. Une majorité d'approbation démet le Président de sa fonction de Chef d'Etat. Cette fonction revient alors au Vice-Président qui est libre de lancer de nouvelles élections présidentielles si l'échéance de son mandat dépasse un mois.

DU GOUVERNEMENT ET DE SES MINISTERES

  • Article XII: Le gouvernement
    • Le Gouvernement est composé par les Ministres, en charge du bon fonctionnement des institutions du pays. Il dispose de l'administration. Les ministres sont nommés par le président, et ne peuvent être retirés de leur poste que par ce dernier. Un ministre devient actif dès sa nomination, et peut immédiatement entamer sa carrière au sein du gouvernement. Un ministre peut nommer un Juge Fédéral, dont le domaine d'application correspond à celui de son ministère au moment de sa nomination.
  • Article XIII: Les Ministères
    • Le président choisit à tout moment les ministères qu'il estime nécessaires à la bonne conduite des affaires de l'état. Un ministre peut cumuler plusieurs postes ministériels.
  • Article XIV: Ordonnances
    • Un ministre peut proposer des ordonnances en rapport avec le ministère à sa charge, du moment que celles-ci sont en accord avec la Constitution. Une ordonnance entre en application cinq jours après sa proposition, sans le moindre préavis, selon la règle du "kinedimokonsent", sauf si la loi est clairement l'objet d'une Motion de Rejet lancée par un citoyen orionais au Conseil National.
  • Article XV: Motion de Rejet sur une ordonnance:
    • Lorsqu'une motion de rejet est lancée à l'encontre d'une ordonnance, alors l'application de l'ordonnance est suspendue. La motion de rejet s'illustre par le lancement, par le citoyen qui en est à l'origine, d'un vote demandant si le texte présenté par l'ordonnance litigieuse doit être accepté en tant que loi. Il s'agit d'un vote exprimé au Suffrage Universel Direct, à la majorité absolue. La procédure de vote dure cinq jours. Une fois les résultats du vote diffusés, l'ordonnance est soit nulle et non advenue, soit promulguée au statut de Loi. Seule la première motion de censure déposée, en accord avec la constitution, a une valeur légale et constitutionnelle.
  • Article XVI: Loi
    • Une ordonnance sujette à un vote devient, si ce vote est approbateur, une Loi. Dans le cas contraire, elle passe au statut de nulle et non advenue.
  • Article XVII: Motion de Dénigrement sur une Loi
    • Une Loi ne peut pas être remise en question, excepté par le ministère qui en a la charge. La motion de dénigrement envers une loi s'illustre par le lancement d'un vote au Suffrage niversel Direct, à la majorité absolue. La procédure de vote dure cinq jours. Si les voix se portent en la faveur du dénigrement, alors la loi est nulle et non advenue. Seule la première motion de dénigrement déposée, en accord avec la constitution, a une valeur légale et constitutionnelle.
  • Article XVIII: Décrets
    • Un décret est une décision du gouvernement sur un point précis ne méritant pas la mise en place d'une véritable loi. Un décret s'applique immédiatement. Un décret ne peut concerner qu'un point précis limité dans le temps. Il peut être remis en question par un citoyen, grâce à une motion de rejet dont la durée de procédure est de trois jours.
  • Article XIX: Motion de Rejet sur un décret
    • La motion de rejet s'illustre par le lancement, par le citoyen qui en est à l'origine, d'un vote demandant si le texte présenté par l'ordonnance litigieuse doit être accepté en tant que loi. Il s'agit d'un vote exprimé au Suffrage Universel Direct, à la majorité absolue. La procédure de vote dure trois jours. Une majotité d'approbations fait qie le décret est nul et non advenue. Seule la première motion de censure déposée, en accord avec la constitution, a une valeur légale et constitutionnelle.

DU POUVOIR JUDICIAIRE

  • Article XX: Juge Suprême
    • Le Juge Suprême est nommé par le Président élu. Son mandat dure aussi longtemps que celui du Président élu qui l'a nommé. Le Juge Suprême est le garant de la Constitution. Il est en droit d'invalider toute décision du gouvernement ne se conformant pas à la Constitution. Il dispose du pouvoir judiciaire, qui lui permet de faire respecter les lois et les décrets fédéraux. Il peut lancer un vote au Conseil National pour révoquer un Juge Fédéral. Il est l'ultime arbitre en cas de conflit ne relevant de l'attribution d'aucune instance fédérale. En cas d'impossibilité momentanée ou permanente du Président d'assumer ses fonctions, ils accède au statut de Chef de l'Etat en sa qualité de Vice-Président, et cela jusqu'au retour du Président.
  • Article XXI: Juges Fédéraux
    • Les Juges Fédéraux sont nommés par les ministres, et révoqués par le Juge Suprême. Ils disposent du pouvoir judiciaire relatif au ministère auquel ils sont rattachés. Leurs décisions priment sur celles du Juge Suprême, dans le domaine qui leur est imparti.

DE LA CONSTITUTION

  • Article XXII: Modification de la Constitution
    • Il ne peut être procédé à une révision de la Constitution que si elle porte sur un seul article. Cette procédure ne peut être entérinée que sur proposition : ou du Président, ou du Juge Suprême, ou d'un Ministre. Elle doit dans tous les cas avoir l'aval d'au moins un juge fédéral. La nouvelle version de la Constitution est soumise à un vote au Suffrage Universel Direct, lancé par le Juge Suprême au Conseil National.

Institutions

Les dix provinces étaient délimitées sur l'ensemble du territoire. À la tête de ces provinces se trouvait parfois un gouverneur, nommé par le président. Cet homme ou cette femme possédait tous les pouvoirs sur son territoire. Sa seule limitation était de respecter les règles nationales et supra-fédérales (aldéniennes). Le Gouverneur pouvait lever une milice, déterminer le drapeau de la province, lever des impôts, définir des règles locales, etc. Les gouverneurs étaient responsables de la distribution de nourriture et d'énergie dans leur province. Chaque citoyen consommait en effet 1 PE et 5 PAL par mois. Les gouverneurs devaient veiller au bien-être de leurs citoyens: cela pouvait passer par la distribution de biens (ex: donner 1 ou plusieurs PAL de vin supplémentaires correspond à donner une grande fête par exemple). Les Droits du Gouverneur lui octroyaient le droit d'utiliser comme il le voulait la subvention fédérale. Cette subvention était proportionnelle au nombre de citoyens vivant dans la province. Le gouverneur pouvait édicter les lois qu'il voulait sur sa province, du moment que ce n'était pas en contradiction avec les lois nationales. Il pouvait donc lever des impôts. Le gouverneur était en réalité le véritable prince d'une province. Il avait tout pouvoir et devait assumer les responsabilités du pouvoir. Il n'était pas un serviteur de l'État Fédéral, il est bien plus que son représentant. Ne pas user de ce pouvoir, c'était permettre le retour d'un système basé sur l'Empereur, unique détenteur du pouvoir.

Exécutif

L'élection la plus importante était l'élection présidentielle, qui avait lieu tous les 4 mois. Le Président était le Chef d'État du pays. Il nommait son Gouvernement qui siégeait à l'Hôtel de Ville à Afiosso. Le Gouvernement Orionais était composé de:

  • Président: Anthony Lejazzeux
  • Ministre de la Défense: Méthos Canori
  • Ministre de la Justice: Laszlo d'Almazy
  • Ministre de l'Économie: Anthony Lejazzeux
  • Ministre des Sports: Christophe Pugistyle
  • Ministère des Médias

Judiciaire

La Haute Cour Confédérée était la cour suprême du pays. Le Juge Suprême était Christophe Pugistyle.

Défense

L’Etat Major Orionnais avait élu domicile dans la Province de Troyes, dans les alentours de la ville fortifiée. Le quartier général des forces militaires orionnaises se présentait comme le pôle décisionnel et le centre stratégique de l’Armée Orionnaise. Son but était d’encadrer et de soutenir les officiers amenés à commander les hommes et femmes qui oeuvrent pour la sécurité du pays. Le Quartier Général était le lieu où démarrait la carrière de tout officier désireux d’œuvrer pour la construction de son pays. C’est ici que s’amorçait leur formation qui ferait d’eux des experts dans des domaines variés, sur le plan humain, scientifique, industriel et stratégique. Le quartier général des forces militaires orionnaises se voulait comme un vecteur qui ferait naître une nouvelle ère à même de dépasser celle de l’Empire.

Politique

Partis

À Doratos, on retrouvait l'Union Républicaine, un parti très implanté dans cette province. La Section Orionaise de l'Internationale Merksiste-Luniniste [3] était aussi présente dans le pays.

Économie

Le système économique adopté par Orion était inspiré du système de Prya, qui s'est répandu ensuite dans tout l'Archipel. Il s'agissait d'un compromis entre le réalisme simulationiste qu'appréciaient les gestionnaires et un système simple qui pouvait être aisé à comprendre tout en offrant d'intéressantes possibilités ludiques.

  • Les Mines produisent des Matières Premières (MP) chaque tour.
  • Les Centrales Energétiques produisent des Points d'Energie (PE) chaque tour.
  • En achetant ces deux éléments, MP et PE, les Usines produisaient des Points de Production (PP).
  • Produit par les Fermes et les Pêcheries, les Point d'Alimentation (PA) pouvaient être transformés en Points d'Alimentation de Luxe (PAL).

Le Crédit des Mers du Sud était le principale établissement bancaire du pays.

Plusieurs entreprises étaient enregistrées. Parmi elles, on retrouvait:

  • Steel BTP [4]
  • Electre, un bureau d'études [5]
  • Energen, compagnie pétrolière
  • Centre de Recherche Spatial Orionais [6]
  • Laboratoire Calisto [7]
  • Les Dahus Percolatans [8]
  • Industries Daifoirus [9]
  • TV-Micromonde [10]
  • Compagnie des Mines Styx

Transports en commun

  • La Compagnie des Transports Terrestres d'Orion
  • L'entreprise automobile créant les Austral Magellan, des voitures tout-terrain permettant de sillonner le pays.
  • L'Aéroport International Actarus II était l'aéroport national et international du pays avec des liaisons aériennes vers d'autres nations de l'Archipel.

Éducation

L'Ecole Hannibal d'Art Militaire était la principale Université du pays, était sise à Troyes. C'était l'école de l'armée d'Orion formant les plus grands officiers du pays. Tous les joueurs membres de l'armée en étaient des gradés et l'Ecole Hannibal était donc un passage obligé pour accéder au jeu. La perte de vitesse de l'institution militaire remit cependant en question le fonctionnement de l'Ecole. Quoiqu'il en soit, les Aspirants, qui se succédaient promotions après promotions sur le campus, rejoignaient à leur sortie de l'Ecole l'élite de l'armée, le fabuleux groupe des officiers orionais. Grâce à la formation qu'ils avaient reçue ici, ces jeunes officiers ne tardaient pas à se retrouver à la tête de responsabilités très vite croissantes. L'Université était divisée en chaires, appelées «Branche»:

  • Branche Morale
  • Branche Technique
  • Branche Tactique
  • Branche Physique

Son rôle était:

  • De Former les nouveaux officiers pour que les officiers arrivant au sein de l'armée ne soient pas livrés à eux-mêmes et afin que les responsabilités ne leur fassent pas peur.
  • De Conserver le savoir militaire: l'Ecole avait un rôle important d'archivage des éléments se rapportant au domaine militaire.
  • De Développer l'art militaire: dans ce cadre de développement, l'Ecole soutenait les activités de recherche, encourageait la créativité des jeunes officiers, et récompensait chaque progrès.
  • De Former les grands stratèges afin d'obtenir un niveau d'excellence dans le domaine de la stratégie. L'Ecole formait les officiers désireux de se perfectionner. Ces officiers seraient, à leur sortie de l'Ecole, reconnus comme grands stratèges, et ce grâce à une importante expérience pratique acquise lors de manœuvres ou d'opérations lancées par l'Ecole.

Administration

  • Doyen: Sir Mountbatten of Nöddia
  • Conservatrice du musée et bibliothécaire: Michelle Schmurtz
  • Surveillant-Général: Polton (père)

Culture

Sports

  • Le Ton-Fa Hysterian Club, dont les joueurs étaient affectueusement surnommés les "Chaussettes à clous", jouaient dans la cour de la prison de Sarbakan.
  • La Formule M était également un sport prisé de course 4X4 avec des véhicules de la Société Austral.

Relations avec la CSH

Le pays entretint des relations diplomatiques avec la CSH via la Fédération d'Aldden et la ratification du Traité d'Aldden. Foncièrement militariste, Orion fut néanmoins une nation amie de la CSH. En 2001, la Compagnie des Transports Terrestres d'Orion travaille avec l'OFTRAN pour mettre en place Les Chemins de Fer Fédéraux qui ont porté le nom de CFF-ctto pendant quelques années, jusqu'en 2003.

Drapeau

Le CMV participa à la restauration du drapeau national d'Orion.

Département Scanthélois Affaires Etrangères

Organisation
Carte du Micromonde - Ligue des États Modernes - Organisation des Nations de l'Archipel
Nations Reconnues
Abalecon - Avaricum - Edoran - Francovie - Krassland - Liberistant - Ligue ED -

Mézénas - Nadür - Pirée - Prya - Russlavie - Skotinos - Valdisky - Véran - Zollernberg

Pays Sans Activité Reconnus ou Intégrés
Freineubourg - Sri Pātnārāt
Nations Reconnues et Disparues
Armara - Athlétia - Belondor - Cité des Glaces - Cocagne - États du Sud - Fantispa - Fradeu - Libertas - Locquetas - Maurésie - Métropolibre - Nautia - Orion - Rileko - Sverige - Syldavie - Ydemos - Ys
Nations non Reconnues
Belgoge - Gwangua - Kolozistan - Livadia - Ostaria
Nations non Reconnues et Disparues
Aldarnor - Amyria - Anarchland - Angmar - Argentorate - Arsgentyne - Ayala - Azeck - Bangana - Bhoustani - Bretzelbourg - Bretzelburg - Cözland - Daoude - Deltarie - Edredonie - El Futuro - Eraluse - Eridan - Esialie - Fanz - Gallice - Héalie - Hubanie Maritime - Jaminaica - Kalésie - Katharsys - Kindistan - Krassauerstein - Laurasie - Legoslavie - Madha - Manutoba - Mazambala - Méniro - Mnibet - Néié - Noordzeeland - Norduska - Norvas - Nouvelle-Caucasie - Nyvélia - Panaconda - Persis - Poldévie - Républiques Orionnaises - Sainte-Croix - San Pedro - Sant Eustaquy - Saraland - Siegburg-Helzonie - Silverland - Sorabe - Sud-Ouest Démocratique - Thaurus - Tolpan - Turcosie - Umujo - Verlor - Vladivaïa - Wasteland - Ysiriam
Traités
Aarosia I - Aarosia II & Annexe - Aarosia-Pyedné - Aldden-Kaora - Allancia - Bergenberg - Bonsecours - Brøkinshåvn - Chabot - Cocagne - Dangloyre - Ébur - Elbêröhnit - Golfe de Locquetas - Havnsthor - Helvia - Hudiksvall/ZELEN -

Kaïtaïn - Kaora - Krassfürt-am-See - Micropolia - Mont-Pharys - Philippeville - Rabat - Scanie - Sorlop - Svetivostok - Ydemos

Traités internationaux
Traité de Bonne-Espérance - Charte de la LEM - Traité des Nations - Traité de Talamanca - Traité de Zozolulu - Texte de Veledris
Documents de voyage
Passeports scanthélois & frenobourgeois