Arsgentyne

De Wikiscanthel
République d'Arsgentyne

Drapeau Arsgentyne1.png

Armes Arsgentyne.png

Données Politiques
Langues français
Capitale Abbentada
Type de Gouvernement République
Président de la République
Gouverneur de l'Archipel
Chancelier
Relations avec la CSH Pays disparu
Autres
Système économique Simulationisme / Système de Schweinwald
Bibliothèque aucune
ML archives archéologique numériques
Site archives archéologiques numériques

Localisation arsgentyne.png

L'Arsgentyne (ou la République d'Arsgentyne) fut un pays étant apparu en janvier 2003. En août 2003, le pays fusionne avec Orion pour créer La Grande Arsgentyne et rejoint Aldden. Pour de 2004 à 2005, le pays fut à nouveau indépendant sous le nom de République d'Arsgentyne. Il sombra dans l'inactivité vers octobre 2006.

Géographie

Pays insulaire à l'extrême-sud de l'Archipel, l'Arsgentyne était un pays aux multiples facettes. La Pampa recouvrait une grande partie de la surface, le pays regorgeait de forêts tropicales gigantesques et des paysages marins somptueux.

Les îles de l'Est de l'archipel, les îles Vierges et l'Isla del Paìs, étaient «des perles de l'Océan» réputées pour le climat agréable et la beauté de la végétation.

La côte ouest de l'île principale de l'Archipel, balayé par le vent nôddien, était plus austère. Le sol y était rocailleux et la végétation peu présente. Cette région était surnommée «La Plaine des Renards». Le centre était recouvert d'une forêt luxuriante arrosée par le fleuve de l'Aguçao. Phutuopa, majoritairement peuplée de Nativos (indigènes) s'était bâtie au milieu de ce labyrinthe végétal.

La côte est attirait de nombreux touristes, notamment grâce à la présence de Milio, joyaux de l'histoire arsgentyne. De nombreux intellectuels et propriétaires terriens y possédaient une réside secondaire. Cette côte fut longtemps l'endroit de villégiature favori des personnalités arsgentynes. Mais très vite, la ville de Milio dut compter avec Sol de Primavera qui attira la nouvelle classe pensante et dirigeante du pays.

Climat

L'Arsgentyne jouissait d'un climat tropical et exotique. À ce titre, sa devise était «Pour que le soleil brille toujours !».

Culture

L'Arsgentyne a connu une histoire riche qui a marqué sa population. Si les peuplades primitives, descendant d'un Empire qui a assujetti tout un continent en son temps, ne constituaient plus qu'une petite partie de la population, c'est parce que l'Arsgentyne avait su allier la conservation des particularités et le mélange ethnique. L'Arsgentyne connaissait un réel patchwork de coutumes et de traditions.

L'Arsentyne était traversée par trois cultures. Deux était très anciennes et leur mélange donna naissance à la culture proprement arsgentyne. La première culture présente sur l'Archipel fut celle des premiers habitants, les Nativos (culture se rapprochant IRL des cultures amérindiennes). Puis des colons yssois découvrirent l'Archipel et y importèrent leur culture. Celle-ci marqua encore le comportement parfois hautain des Arsgentyns. Des traces de culture yssoise se retrouvèrent dans l'architecture et l'art arsgentyn. Certains débits de boisson vendaient encore de l'absynthe.

Les colons yssois devinrent de plus en plus autonome de la métropole yssoise. Les cultures proprement yssoises et nativos se mélangèrent pour donner la culture arsgentyne, celle du Loca Libré, du carnaval, du tango, des favellas, etc. Cette culture était riche, innovante et ouverte.

Histoire

Histoire Pré-ludique

Ce texte a été écrit par le Pr. Ignacio Saberòn, recteur de la Primera.

Avant-propos

L’état des recherches archéologiques, notamment dans les chantiers de la Gran Forêt, ne permet pas encore de déterminer avec une certaine exactitude l’histoire de l’archipel avant sa découverte par Plestre Abbensys. Il nous a paru judicieux de commencer cette histoire aux environs de l’an 1000. Celle-ci doit beaucoup aux travaux du Pr. Fénélys Pitard-Aaron à qui elle est dédiée.

1. La découverte des îles Vierges par Plestre Abbensys

L’Arsgentyne est un archipel se trouvant à la limite sud du Micromonde connu. Sa position excentrée rend surprenant le fait que des navigateurs yssois aient accosté sur ces îles au début du deuxième millénaire. Ces hommes, mués par les valeurs impériales prédominantes à cette période à Venys, étaient des aventuriers en quête de richesses et de conquêtes pour la gloire du Sérényssime Empire d’Ys, qui dominait à cette époque la civilisation.

Durant l’hiver 1024, Plestre Abbensys, grand armateur yssois, proposa à l’Empereur de monter une expédition vers le Sud pour y planter l’étendard du Sérényssime sur les terres qu’il pourrait découvrir. Les autorités yssoises ne furent pas entousiamées par le projet d’un individu parfois qualifié d’illuminé. Plestre Abbensys proposa de financer les 3/4 de l’expédition mais, en contre-partie, il demanda à être nommé, en cas de succès, Gouverneur des éventuelles nouvelles terres. L’Empereur accepta l’offre. Il y voyait sans doute l’occasion d’étendre Ys à moindre coût tout en conservant la possibilité d’éliminer l’armateur-aventurier si ses découvertes se révèlent intéressantes.

Plestre Abbensys partit à l’été de l’an 1024 vers le Sud. Son voyage fut un zig-zag immense. Plusieurs thèses existent sur le pourquoi de ce cheminement mais aucune ne peut être vérifiée avec exactitude. L’expédition ne rencontra aucune terre durant 2 mois mais à l’aube du 15 septembre 1024, un groupe d’îles fut aperçu. Plestre Abbensys en dessina les côtes sur une carte et écrivit à côté : "les îles Vierges" (1). Quelques jours plus tard, le navigateur et ses hommes accostèrent sur la plage d’une petite baie qui devienndra la baie de Milio. L’exploration de l’Archipel pouvait commencer.

2. La fondation de Myslysyo et la mort de Plestre Abbensys

Plestre Abbensys décida de s’arrêter quelques temps dans cet endroit merveilleux, encore très apprécié aujourd’hui pour sa beauté naturelle et son calme, pour entreprendre l’exploration des environs. Ses hommes construisirent un campement qu’ils nommèrent Myslysyo (2). Très rapidement, lors d’une des expéditions, les yssois rencontrèrent des indigènes, qui furent par la suite nommés les Nativos. Les relations furent au départ cordiales voire amicales. Certains colons se marièrent avec des femmes Nativos. Ces derniers ne rentrèrent pas à Ys et restèrent à Myslysyo.

Plestre Abbensys remporta donc son pari. Il venait de découvrir une terre riche et fertile qui lui apporterait la richesse et la gloire.En août 1025, il retourna donc à Vénys pour présenter ses découvertes et ramenait de nombreuses richesses. L’Empereur et la Cour ne prêtèrent aucune attention à la découverte de l’ex-armateur devenu explorateur car trop passionnés par une intrigue d’alcove mêlant bagatelle et politique. Pleste Abbensys décida donc, avec le reste de sa fortune et l’argent que lui rapportèrent la vente des richesses ramenées de son voyage, de fonder un office chargé de recruter les Yssois désireux d’émigrer sur ces terres paradisiaques. Seuls quelques membres de la plèbe, hommes et femmes, s’embarquèrent lors des voyages réguliers des navires d’Abbensys entre Vénys et Myslysyo. Les îles de l’archipel apportèrent la richesse à Plestre Abbensys mais pas la gloire. En 1046, il meurt lors d’une traversée à l’âge 59 ans.

3. Le développement de Myslysyo après le décès de Plestre Abbensys et l’arrivée de Théocratys

Le fils aîné de Plestre Abbensys, Traste Abbensys, refusa de poursuivre l’oeuvre de son père et préféra dilapider la fortune familiale dans les nombreuses jouissances que proposait, déjà à cette époque, Vénys. Les colons yssois de Myslysyo durent alors s’organiser pour assurer leur survie et leur liaison avec la métropole yssoise. Un triumvirat fut créé pour gérer la petite bourgade côtière. Le commerce se développa assez pour permettre aux colons yssois de survivre et d’éviter une dure autarcie. C’est à cette époque qu’apparut l’expression "archipel arsgentyn". Les relations avec les Nativos restèrent cordiales jusqu’en 1165, date à laquelle Félyos Théocratys, prêtre de Poséydon, posa le pied sur les îles arsgentynes.

Ce prêtre yssois, réputé pour son orthodoxie et sa volonté d’étendre le culte de Poséydon, caressait le rêve de soumettre les populations Nativos à selon l’unique véritable religion. De plus, les rapports du clergé sur l’état du culte chez les habitants d’origine yssoise étaient alarmants. Théocratys arriva donc dans l’archipel accompagné de 200 mercenaires à sa solde (3). Très vite la population d’origine yssoise leur donne un surnom qui deviendra célèbre : les Conquystadors. Ces hommes pénétrèrent en profondeur dans les terres, détruisirent les cités nativos, imposèrent le culte de Poséydon et réduisirent les récalcitrants en esclavage. Une véritable théocratie s’impose avec les actions de Théocratys et ses hommes. De 1165 jusqu’aux environs de 1300, un clerhé impose sa loi sur l’ensemble de l’archipel. Les relations commerciales avec Ys se développent principalement grâce au clergé. Si le régime commit de nombreuses exactions, un sentiment d’hostilité vis-à-vis du clergé se développa mais l’oeuvre de Théocratys et de ses sucesseurs permit à l’archipel de se développer. C’est à cette époque, qu’une ancienne cité nativos fut reconstruite, Phutuopa, pour permettre l’exploitation de la Gran Forêt.

4. La fin de la théocratie et la Dévastatyon de 1453

Autour de l’an 1300, une révolte éclata à la suite d’une famine. Le clergé fut visé par la popualtion qui, malgré la présence plus importante de Conquystador, brûla plusieurs édifices religieux. Contre toute attente, Léonardo Valysio, commandant des Conquystadors, profita de ces troubles pour prendre le pouvoir et exécuter les membres d’un clergé qui n’arrivait plus à satisfaire la soif d’argent des mercenaires. Une sorte de dictature s’installe et entreprend de grands chantiers pour développer Myslysio et les alentours. Les relations avec les Nativos étaient devenues houleuses car ils n’acceptaient pas de voir la population de colons augmentait et réclamait des terres leur appartenant.

En 1453, la Dévastatyon clôture la periode yssoise de l’archipel arsgentyn. Les relations disparaissent soudainement avec l’Empire sans que les ysséo-arsgentyns ne sachent ce qui s’était réellement passé. La ville de Myslysio fut donc obligé de se débrouiller seul ce qui entraîna son développement et son expansion : la Conquysta.

5. La Conquysta (XVème-XIXème) et la Monarchie (1824-1935)

Les habitants de Myslysio se transformèrent en soldats-paysans. Ils s’installèrent sur les terres des Nativos et construisirent des fermes fortifiées. On trouve ici l’origine des grands propriétaires terriens arsgentyns. Des conflits incessants et violents agitent la vie des colons, de plus en plus nombreux, et des Nativos de mieux en mieux organisés. Vers 1600, un roi nativos fut élu par l’ensemble des chefs de tribu nativos. Les différents souverains nativos vont créer un sentiment d’unité nationale qui débouchera sur la Guerre Native (1782-1824) qui se conclut par le Traité de la Corona. Les ysséo-arsgentyns acceptaient d’obéir aux lois des Nativos régissant les terres et de reconnaître les Nativos comme les habitants originels de l’archipel (entraînant une certaine primauté juridique pour l’octroie des terres). Une monarchie nativos, la dynastie de Semyala, s’installe et les ysséo-arsgentyns se devinrent de grands banquiers et commerçants nécessaires au régime. ll n’est pas rare au contraire de voir plus d’ysseo-arsgentyn que Nativos à la Cour du Roi. Une nouvelle ville fut d’ailleurs construite pour accueillir le Roi et sa Cour : Abbentada.

Ce fut durant ces siècles difficiles que les ysséo-arsgentyns, qui se mélangèrent tout de même souvent avec des Nativos, créèrent progressivement la langue arsgentyne et certaines caractéristiques culturelles propres. Souvent le terme ysséo-arsgentyn fut abrégé pour conserver seulement le mot Arsgentyn.

6. L’Agitacion (1935-1961)

En 1935, une révolte agita la campagne arsgentyne et le 8 février 1935 des barricades apparaissent dans la capitale Abbentada. Le Roi Roberto II abdique dans la nuit et s’enfuit. Le lendemain, les révoltés prirent possession du Castel del Rei et le pillèrent avant de le détruire. Dès lors, le pays vivra dans l’anarchie et la violence jusqu’en 1961. Gouvernements et coup d’Etat se succèdèrent sans donner au pays un pouvoir légitime capable d’enrayer la crise.

7. La Séparacion

En 1961, des pouvoirs locaux forts apparaissent dans ce que l’on nommera les Trois Provinces. La Gracilia s’etendait sur l’axe allant d’Abbentada à Phutuopa. Le Sud et l’Ouest, peu peuplé, formèrent le Ferotto. La Pignama, avec Milio pour capitale, s’étendait sur la côte Est, l’Isla del Paìs et les îles Vierges. Il faut noter une évolution majeure : les arsgentyns prennent le pas sur les nativos qui commencèrent à être relégués au second plan.

La province de Pignama était dirigée par Mario de la Massa, ancien capitaine de navire de pêche, leader de l’insurrection miliote de 1961. Le 7 mai 1963, il est élu Président de la République de Pignama (il sera réélu en 1972 et 1981). La province de Ferotto renoua avec une sorte théocratie millénariste et synchrétique qui dut faire faire face aux brigands et aux pirates côtiers, probablement dirigés par les autorités de la Gracilia (4). Dirigée d’une main de fer par la caste des "Généraux", la Gracilia avait pour chef d’Etat le Général Pio.

En 1978, le charismatique Mario de la Massa réussit à imposer un protectorat pignamien sur le Ferotto. Le Pignama se développe et s’urbanise. Une des chantiers les plus importants fut la construction de la Gran Route qui relie Milio à la côte Ouest (5).

En novembre 1983, le général Gélénasos décida de prendre le pouvoir et de faire assassiner le général Pio (6). Il renforça la dictature et enrôla les pirates et brigands du Sud dans l’armée gracilienne qui constituèrent la Milicia. La République de Pignama qui voulait mettre un terme aux activités politico-économiques de la caste des "généraux"et de la Milicia sur son territoire. De nombreux affrontements ont lieu entre les troupes régulières de Pignama et la Milicia. Cette dernière n’hésita pas à utiliser l’arme du terrorisme. Le 8 avril 1984, la Milicia fit une incursion nocturne dans Milio faisant 50 morts. Le lendemain, le président Mario de la Massa déclara la guerre à la province de Gracilia. Le début de cette guerre ne fut qu’une succession d’escarmouches et la situation s’enlisa. Le 18 décembre 1984, la ville Milio fut soumise à un embargo, aucun convoi terrestre ou naval ne pouvait sortir de la ville. Le siège de Milio dura 985 jours ; la ville résista sous le commandement charismatique du président-général de la Massa.

Le salut de Milio arriva avec l’attaque héroïque du lieutenant Granco. Posté dans le Feretto avec ses hommes, le lieutenant reçut l’ordre de traverser la Gran Forêt et de contourner le massif des Cornes pour prendre à revers les troupes du général Gélénasos. Le 30 août 1986, la troupe Granco prit par surprise les batteries ennemies et désorganisa les troupes graciliennes qui durent se retirer. Milio fut libéré et Granco et ses hommes furent décorés (7).

8. La chute des Généraux et l’après-guerre

Le président-général de la Massa décida de donner l’estocade au régime des Généraux graciliens en organisant un raid aérien sur les quartiers militaires d’Abbentada. Le 17 septembre 1986, les Quartiers Généraux étaient en flammes. La population se soulèva en scandant le nom de Mario de la Massa et criant "Vive l’Arsgentyne !". Le colonel Monsalvès, second du général Gélénasos porté disparu après le raid, prit la tête de l’insurrection et renversa les Généraux qui tentèrent de préserver leur pouvoir. Le colonel s’imposa et fut nommé Gouverneur de la Province arsgentyne de Gracilia. Le qualificatif "arsgentyne" fut un symbole fort illustrant le renouveau du sentiment national arsgentyn. Le 28 septembre 1986, Monsalvès signe l’armistice avec Granco, devenu président après le décès de Mario de la Massa.

À partir d’octobre 1986, l’archipel arsgentyn se reconstruisit. Les villes et les régions élirent des Alcades et une assemblée fut réunie pour discuter de l’avenir de l’Arsgentyne. Chacun souhaitant conserver son pouvoir, il n’y eut jamais de construction politique commune malgré les voeux de la population et l’insistance d’Alvaro Granco. Il fallut attendre janvier 2003 et l’arrivée du Pr. Pitard-Aaron (ironie de l’Histoire, il est yssois) pour que la République d’Arsgentyne soit proclamée. Le 25 février 2003, Sra Eva Repòn est le premier président élu de la République d’Arsgentyne.

Conclusion

L’Arsgentyne a connu un long cheminement depuis l’arrivée des Yssois. L’histoire de ce pays est mouvementée et le pouvoir semble être toujours précaire et inconstant. L’instabilité chronique est la maladie ce pays. Nous verrons, dans le second tome de cette Histoire générale de l’Arsgentyne, que l’Arsgentyne sera encore victime de cette instabilité avant la proclamation de la récente Seconde République le 15 juin 2004.

Histoire ludique

La Première République

L'Arsgentyne est apparue sur la scène micromondiale en janvier 2003 grâce à un homme d'origine yssoise, le Professeur Fénélys Pitard-Aaron. Suivant les traces de Pleste Abbensys, navigateur venyssois qui découvrit l'archipel arsgentyn, le Pr. Pitard-Aaron travailla au redressement de la République et mit fin à l'anarchie en proclamant la République des Provinces Libres d'Arsgentyne. Cette première période est nommé par les historiens la Première République dont Sra Eva Repòn sera la seule Présidente élue.

La Grande Arsgentyne

Drapeau de la Grande Arsgentyne remasterisé par le CMV

Cette première période de l'histoire ludique arsgentyne se termine en août 2003 avec la fusion avec Orion donnant naissance à la Grande Arsgentyne qui rejoint la Fédération d'Aldden. Cette dernière s'effondre en janvier 2004. La Grande Arsgentyne est alors une démocratie-autoritaire dont le Président-dictateur-élu à vie et à moustaches Armando Monsallio est le leader. Le pouvoir grand arsgentyn doit composer avec les Orionnais et les Arsgentyns, tâche difficile qui se révélera insurmontable. L'Arsgentyne et Orion se sépare lors du non-cataclysme et la non-naissance de Brasyslya (ces deux événements furent deux mensonges créés par le pouvoir grand arsgentyn).

La Seconde République

Une troisième période débute avec la proclamation de la Seconde République par Sr José San Martin le 15 juin 2004. La restauration de la démocratie est marquée par le retour de l'ancienne Président Sra Eva Repòn et du Professeur Fénélys Pitard-Aaron, fondateur historique de la Première République.

Une démocratie naissante

Après la dictature grande arsgentyne, la démocratie arsgentyne est de nouveau florissante. La vie politique nationale s'est reconstituée progressivement. Les conservateurs ont refondé le VRAI sous l'égide de Sr José San Martin. Les libéraux, entraîné par le volonté d'ouverture et de tolérance, se sont réunis autour de Sra Eva Repòn pour restaurer le célèbre PACO. Le Pr. Pitard-Aaron prendra la direction l'ARA, fondé sous la Première République par le penseur social que fut Sr. Raùl Alfonsin.

Politique

Le pays était une République libérale et démocratique, multi-partisane, aux élections libres, régulières et plurielles.

Institutions

Législatif

Tous les citoyens siègent dans la Médiana (Parlement) pour voter les grandes lois du pays.

Exécutif

L'exécutif est incarné par le Président de la République et le Gobierno. Le Président est secondé par le Gouverneur de l'Archipel (affaires intérieures) et le Chancelier (affaires étrangères). Il siégeait dans le Palacio Arsgentyna.

Judiciaire

Le pouvoir judiciaire est incarné par la Cour de Justice de la République.

Partis politiques

Plusieurs partis existèrent mais deux partis furent les plus importants dans le pays.

  • La «Volonté Républicaine pour une Arsgentyne Indissociable» puis «Volonté Républicaine pour une Arsgentyne Indépendante» (VRAI) était, à droite, le parti républicain conservateur de l'Arsgentyne. Il est l'héritier du Mouvement Républicain pour l'Unification (MRU). L'idéologie fondatrice des conservateurs arsgentyns est le «rassemblementisme» dont le but était de construire une Arsgentyne unie tant du point de vue nationale que géographique. Plutôt conservateur d’un point de vue industriel, technologique et économique, le parti n'était pas très ouvert sur les relations diplomatiques avec les autres nations. Le VRAI développa une aide importante à l’adresse des villages éparpillés sur le territoire. La famille De la Massa, famille de l’ancien président, fut très souvent associée à ce parti pour cause de son engagement dans ce mouvement.Le Président Monsallio sera à l'origine du VRAI qui réunira les anciens adhérents du MRU. À l'époque de la Grande Arsgentyne, une partie du VRAI rejoignit les rangs du Parti Autoritaire Démocrate pour une Grande Arsgentyne Nouvelle (PAD-GAN). Le 20 juin 2004, José San Martin refonda le VRAI quelques jours après la proclamation de la Seconde République.
  • Le Parti pour une Arsgentyne Centralisée et Ouverte (PACO), dirigé par Eva Repon était un parti libéral et républicain prônant une politique d'ouverture à l'International forte et une dynamisation de l'économie nationale. Il fut fondé le 20 juin 2004 dans la foulée après la création du VRAI.
  • L'Assemblée Républicaine Arsgentyne (ARA), créé par le Professeur Pitard-Aaron le 20 juin 2004 était un parti défendant les valeurs historiquement primordiales de la république, qu'étaient l'Union des Citoyens, et l'Indivisibilité du pays. L'ARA s'accordait à définir la République comme étant un but, unique, rassemblent des idéaux d'égalité entre tous. La doctrine Républicaine-Sociale adoptée par le mouvement faisait de lui le seul parti de gauche sur l'archipel national. Le parti promouvait une République de paix et d'égalité.
  • Le Comité pour une Réforme Agraire Bénéfique (CRAB) fut créé par le Sr. Juan-Esteban Olivarès de la Plata pour faire valoir les droits des grandes familles arsgentynes sur les terres redistribuées dans les années 1960 aux Nativos.

Économie

La Banque Centrale d'Arsgentyne (BCA) était l'institution gouvernementale bancaire. Des entreprises privées existaient également:

  • Potin.com, journal
  • Nacional del Banco de Abbentada, banque privée
  • Compañía de los minerales de la Arsgentyna

Éducation

Il existaient deux facultés dans le pays:

  • Faculté Mario de la Massa
  • Faculté Armando Monsallio de Sciences Humaines

Relations avec la CSH

Bien que côtoyant des Scanthélois lors de réunions ou sommets internationaux, le pays n'entretint aucune relation formelle avec l'Arsgentyne. En revanche, comme la CSH reconnaissait Orion, le pays, fusionnant avec ce dernier puis intégrant Aldden, fut reconnu par extension, par la CSH. En revanche, aucun réel échange n'exista entre les deux pays. Cela est probablement du au fait qu'à l'époque, les distances étaient très grandes entre les deux pays situés de part et d'autre de la carte de l'Archipel.

Département Scanthélois Affaires Etrangères

Organisation
Carte du Micromonde - Ligue des États Modernes - Organisation des Nations de l'Archipel
Nations Reconnues
Abalecon - Armara - Avaricum - Edoran - Francovie - Krassland - Liberistant - Ligue ED -

Mézénas - Nadür - Pirée - Prya - Russlavie - Skotinos - Valdisky - Véran - Zollernberg

Pays Sans Activité Reconnus ou Intégrés
Freineubourg - Sri Pātnārāt
Nations Reconnues et Disparues
Athlétia - Belondor - Cité des Glaces - Cocagne - États du Sud - Fantispa - Fradeu - Libertas - Locquetas - Maurésie - Métropolibre - Nautia - Orion - Rileko - Sverige - Syldavie - Ydemos - Ys
Nations non Reconnues
Bangana - Belgoge - Kolozistan - Ostaria - Sud-Ouest Démocratique
Nations non Reconnues et Disparues
Aldarnor - Anarchland - Angmar - Argentorate - Azeck - Daoude - Deltarie - Eraluse - Esialie - Fanz - Héalie - Kalésie - Krassauerstein - Laurasie - Méniro - Mnibet - Néié - Noordzeeland - Norvas - Panaconda - Persis - Sainte-Croix - San Pedro - Saraland - Silverland - Sorabe - Thaurus - Tolpan - Umujo - Vladivaïa - Wasteland
Traités
Aarosia I - Aarosia II & Annexe - Aarosia-Pyedné - Aldden-Kaora - Allancia - Bergenberg - Bonsecours - Brøkinshåvn - Chabot - Cocagne - Dangloyre - Ébur - Elbêröhnit - Golfe de Locquetas - Havnsthor - Helvia - Hudiksvall/ZELEN -

Kaïtaïn - Kaora - Krassfürt-am-See - Micropolia - Mont-Pharys - Philippeville - Rabat - Scanie - Sorlop - Svetivostok - Ydemos

Traités internationaux
Traité de Bonne-Espérance - Charte de la LEM - Traité des Nations - Traité de Talamanca - Traité de Zozolulu - Texte de Veledris
Documents de voyage
Passeports scanthélois & frenobourgeois