Norduska

De Wikiscanthel
République de Norduska

Drapeau norduska.png

Armes Inconnues.png

Données Politiques
Langues français
Capitale Tritogorsk
Type de Gouvernement République
Président de la République Aleksandr Voriakin
'
'
Relations avec la CSH aucune
Autres
Système économique n.c.
Bibliothèque aucune
Mailing-List Place publique
Site archives archéologiques numériques

Localisation norduska.png

Le Norduska (ou République de Noduska) situé sur le Continent Nord, fut un éphémère pays de l'année 2005, principalement actif au cours du mois d'avril. Le pays occupait l'emplacement actuel de la Russlavie et du Valdisky. Le pays fut fondé le 31 mars 2005 et adhéra, dans la foulée, le 6 avril, à l'Organisation du Micromonde (OdM).

Histoire

En 2006, le Norduska fut la victime d'une tentative d'invasion de la part de la Kirovie. Après de brefs combats l'armée norduskanaise repousse l'envahisseur et entraîne, au final, la chute du régime autoritaire gouvernant la Kirovie.

Histoire pré-ludique

(par Egon Schweinwald)

Un peuplement tardif

Les territoires qui forment l'actuel Norduska ont été peuplés assez tardivement par des petites communautés de pêcheurs et d'éleveurs de rennes. Les plus anciennes traces de peuplement datent d'environ1500 ans. C'est en effet au début du VIe siècle que des tribus norduskanaises poussées vers le nord par les tribus krasslandaises viennent s'établir dans la région. Certains se sédentarisent et fondent quelques villages de pêcheurs sur les rives du lac de Senturia alors que d'autres préfèrent poursuivre une vie d'éleveurs nomades. Dès le milieu du VIIIe siècle la forme d'organisation clanique semble déjà bien établie et le culte d'Aleazar se répand dans la région.

Tamak et la bataille de la Plaine Blanche

Au début du XIe siècle les clans Norduskanais doivent faire face aux velléités expantionnistes des tribus krasslandaises rassemblées sous la bannière du duc Krassgard. Pour lutter contre les raids de pillage qui s'intensifient, les clans Norduskanais se réunissent à Senturia et proclament la Grande Alliance Sacrée au printemps 1027. Le charismatique chef Tamak est chargé d'organiser la défense des territoires norduskanais. L'année suivante, le duc du Krassland Anton aus Krassgard écrase les clans Zollvers lors de la bataille des Monts Savonifères et décide sur la lancée d'attaquer les Norduskanais. Mais l'automne est déjà bien avancé et en faisant route vers Senturia l'arméé krasslandiase est prise dans une violente tempête de neige. Les Norduskanais sous la konduite de Tamak en profitent pour assaillir l'armée krasslandaise et lui infligent une sévère défaite à la bataille de la Plaine Blanche le 12 octobre 1028. Le duc du Krassland et ses généraux parviennent a s'enfuir mais de nombreux soldats krasslandais sont capturés. Tamak n'acceptera de les libérer que contre la signature d'un accord de non agression.

Les guerres claniques

La défaite infligée au voisin du sud va le dissuader d'intervenir dans les affaires des clans nordiques pendant plusieurs siècles mais cela ne suffira pas à assurer la paix car les Norduskanais vont connaitre une série de conflits claniques entre le milieu du XIIe siècle et la fin du XVIe. Selon la légende, le premier conflit aurait éclaté en 1164, parce qu'un chef de clan avait promis la main de sa fille, la belle Tamara, à deux jeunes hommes de clans rivaux qui en seraient venus aux mains puis auraient impliqués leurs clans et les alliés de leur clan. Mais il semble que l'histoire de la belle Tamara ait été en fait inventée postérieurement pour enjoliver l'origine d'un conflit qui aurait en réalité été déclenché par une banale histoire de vols de troupeaux de rennes. La plupart des guerres claniques vont opposer les clans "lacustres" des rives du lac de Senturia aux clans "maritimes" de la côte nord. Les combats sont épisodiques et tiennent plus des raids de pillage que des batailles rangées.

Les Chevaliers Stochastiques

C'est pendant l'ère des guerres claniques qu'apparaissent les Chevaliers Stochastiques. Ces fanatiques du dieu Aleazar, ayant fait voeu de vivre une vie entièrement décidée par le hasard, apparaissent pour la première fois à la fin du XIIIe siècle près du village de Ratosmir. En 1305, il entrent en possession d'un important trésor dans des circonstances encore non élucidées à ce jour (trouvé ou pillé?). Cela est perçu comme un signe du destin, Aleazar les récompensant ainsi pour leur conduite aléatoire. Les adeptes ne tardent pas à affluer des quatre coins du Norduska mais aussi du Krassland, croyant tous qu'Aleazar les couvrira d'or s'ils suivent ses préceptes. La communauté est dirigée par le conseil des Sept Chanceux composé d'adeptes désignés par le sort et qui siège au château de Tireosor, une imposante forteresse construite sur un emplacement déterminé aléatoirement par le tir d'une flèche sur une carte de la région. Le Norduska étant en proie aux guerres claniques, les Stochastiques (Stokastiki en norduskanais) s'arment d'abord pour se défendre mais bien vite leur puissance en font un des acteurs du conflit. Et un acteur très versatile dont les alliances sont décidées bien entendu de manière aléatoire. D'abord alliés aux clans du sud contre ceux du nord, ils décident soudainement en 1344 de demander "l'avis divin" en jouant leur alliance à pile ou face : si c'est pile Aleazar confirmera qu'ils ont fait le bon choix, si c'est face il leur ira de changer d'alliance. C'est face qui sort et les Stokastiki se retournent contre les clans du sud qui, pris au dépourvu subissent défaite sur défaite. Les chevaliers se retrouvent bientôt aux portes de Senturia défendue par une maigre garnison aux ordres du chef local Kvasnik. Ce dernier, voyant que ses chances de défendre la ville sont plutôt minces, demande alors à voir Obiden, le chef de l'armée des Stokastiki et lui propose d'éviter de faire couler le sang en jouant l'issue de la bataille à pile ou face. Obiden sûr d'avoir Aleazar de son côté accepte mais le sort désigne Kvasnik et les défenseurs de Senturia. Obiden accepte la "décision divine" et donne l'ordre de retraite a son armée mais une partie de ses officiers décident d'attaquer quand même. Le chef des Stokastiki scandalisé que l'on puisse contester une décision divine attaque alors les rebelles et il s'en suit une féroce bataille entre les deux factions des chevaliers stochastiques sous les yeux de Kvasnik et des défenseurs de la cité ébahis de voir leurs ennemis s'anéantir entre eux. Même si les loyalistes d'Obiden finissent par l'emporter, les lourdes pertes subies lors de cette bataille sonneront le glas de l'aventure militaire des Chevaliers Stochastiques. Par la suite les Stokastiki ne survivront plus que sous la forme d'une pacifique communauté monastique qui existe toujours de nos jours au château de Tireosor près de Ratosmir.

L'occupation et la libération du sud

En 1580, la coalition des clans du nord, conduite par le chef Sosnovik, lance une vaste offensive vers le sud et s'empare de Senturia la capitale sudiste. La coalition des clans lacustres demande alors l'aide des Krasslandais qui saisissent l'occasion pour intervenir. Ils repoussent les maritimes vers la côte nord et en profitent pour annexer tout le sud du pays et le rattacher au Krassland. Pour protèger leurs nouvelles conquêtes les Krasslandais font édifier une série de fortins sur la ligne de démarcation entre le nord et le sud et ils entament une politique de krasslandisation. Mais l'occupation ne durera que 25 ans. Car en 1603, le Krassland est sekoué par la Guerre de Succéssion opposant les nombreux fils du défunt roi Krasspek et il n'est plus en mesure de garder ses territoires conquis à l'est et au nord. Les clans maritimes du nord, parviennent a contourner le blocus krasslandais en s'alliant avec les pirates pryans de Zantavia qui les ravitaillent en armes. Désormais dirigés par Tretiak, le fils de Sosnovik, ils réussissent a mettre en place une armée bien équipée qui se lance au printemps 1605 à la reconquête des terres du sud en repoussant les Krasslandais hors du Norduska. Après 25 ans d'occupation krasslandaise les clans du sud accueillent leurs anciens ennemis nordistes en libérateurs. Cet épisode va grandement contribuer à cimenter le sentiment d'unité nationale entre les clans norduskanais.

Les conquêtes de Spodarik le Grand

L'unité des clans réalisée par Tretiak le Libérateur va lui permettre de s'affirmer comme le chef des Norduskanais. En1607 un Conseil Clanique réuni à Senturia l'élit clanocrate, et lui confère des pouvoirs qui en font pratiquement un monarque. A sa mort en 1635, c'est son fils Spodarik que le Conseil Clanique choisi pour lui succéder. Mettant a profit l'affaiblissement du Krassland qui s'épuise dans des longues guerres contre le zollernreich et l'Empire d'Elfuturo, Spodarik se lance à la conquête des territoires du nord de l'île. En 1640, ses armées conquièrent le Flybusto et la Nordorovie. Il envisage un temps de s'attaquer à l'Empire d'El Futuro, mais s'abstient finalement car le Norduska a tout interêt à ce que la guerre entre El Futuro et le Krassland débutée en 1633, se poursuive encore longtemps et continue a affaiblir ces deux dangereux voisins. Ayant assuré les belligérants de sa neutralité dans leur conflit, le clanocrate Spodarik consolide ses nouveaux territoires avant de reprendre ses conquêtes, cette fois-ci en direction de l'est. En 1643, il soumet les tribus scanténoises et en 1647 il parachève la conquête du nord de l'île en occupant l'Edoran. À sa mort en 1661, Spodarik règne d'une main de fer sur des terres qui s'étendent de la Nordorovie jusqu'aux confins de la Nerlie.

Ostromir et la fondation du Centuryon

Ravik, le fils de Spodarik, lui succède brièvement au pouvoir mais il meurt assez jeune d'une infection (ou peut être d'un empoisonnement). C'est donc à son jeune frère cadet Ostromir qu'incombe à partir de 1663 la consolidation des conquêtes de son père. Plus porté sur la diplomatie que sur les armes, il se rend compte rapidement qu'il ne pourra pas maintenir par la force le contrôle sur d'aussi vastes territoires. Habilement conseillé par son épouse, la princesse édoranne Charlotte de Chiron, il décide de convoquer à Senturia les élites des territoires conquis et les chefs de clan norduskais pour élaborer une charte octroyant de larges pouvoirs aux régions. C'est ainsi que voit le jour en 1671 le Centuryon, un Etat étendu mais peu centralisé. Senturia (que l'on écrit alors Centurya) demeure la capitale officielle mais dans les faits les territoires conquis par Spodarik retrouvent une large autonomie. Ostromir meurt en en 1712 à 90 ans après avoir régné pendant près d'un demi-siècle mais ses descendants Bratomir, Kolmogor et Kosmar vont poursuivre sa politique en maintenant une large autonomie des provinces sur le plan intérieur et un certain isolationnisme qui vise a maintenir le pays à l'écart des guerres zollerno-krasslandaises qui ensanglantent le Krassauerstein au cours du XVIIIe et du XIXe siècle.

L'avènement du Conseil Clanique

Vers le milieu du XIXe siècle, le Centuryon n'est pratiquement plus qu'une fiction légale, chaque peuple ayant retrouvé une quasi indépendance de fait. Kloburnik, le dernier descendant de la lignée de Tretiak est toujours le souverain légal du Centuryon mais dans les faits son autorité ne s'étend plus guère au delà des faubourgs de Senturia car même au Norduska les clans ont repris une large autonomie dans leurs fiefs respectifs. En 1855, Kloburnik est assassiné par Fiodor Kalakin un étudiant influencé par les idées du révolutionnaire krassauersteinois Achill Krassavata. Kalakin et ses amis échouent dans leur tentative d'instaurer un régime révolutionnaire et les dirigeants des clans ne tardent pas à reprendre les choses en main. Kloburnik étant mort sans laisser d'héritier direct le conseil clanique décide d'instaurer une présidence tournante entre les divers chefs de clans. Le clanocrate reste en théorie le "protecteur du Centuryon" mais il ne s'agit désormais guère plus que d'un titre honorifique. Ce système va perdurer pendant plus d'un siècle.

Les derniers soubresauts du Centuryon

Vers la fin du XXe siècle un groupe de rénovateurs dirigés par Caius Scipion tentent de préserver l'unité du Centuryon en dotant le pays d'institutions modernes. Ils investissent dans la rénovation des forces armées et tentent d'abolir le système clanique. Mais ce mouvement arrive sans doute trop tard pour sauver un Centuryon déjà très morcelé entre ses composantes régionales. La démographie et l'économie du Centuryon ne lui permettent plus de jouer dans la cour des grands et le pays tombe sous l'influence grandissante de son voisin krasslandais en plein boom économique. L'ambassadeur du Krassland à Senturia semble même a un moment donné être le véritable maître du pays. L'effondrement de la puissance du Krassland lors de la tragique Guerre des Kafards vient toutefois mettre un terme a cette influence krasslandaise. Mais c'en est fini du Centuryon car ses différentes provinces décident d'officialiser leur séparation. C'est d'abord la Scanténoisie qui proclame son indépendance, puis c'est au tour du Royaume d'Edoran de s'emanciper de la tutelle théorique du Centuryon, et finalement la Nordorovie est annexée par la République Démocratique Populaire d'Amyria qui a occupé les terres laissé vacantes par la migration des tribus elfuturistes vers d'autres contrées.

Vers la République du Norduska

Le Conseil Clanique du Norduska qui reste attaché à l'organisation clanique hésite un temps à suivre les autres provinces sur la voie de la formation d'un Etat moderne indépendant, car la constitution d'un Etat moderne implique un certain nombre de réformes institutionelles que les plus conservateurs, échaudés par les réformes de Scipion, hésitent à entreprendre. Un événement va toutefois changer la donne. Un important gisement de pétrole est découvert dans les environs du village de Vilnuvo et cette découverte ne tarde pas à attiser la convoitise de la Kirovie, l'Etat voisin qui a succédé à la Scanténoisie après la prise de pouvoir des collectivistes. Les clans norduskanais doivent désormais impérativement s'unir s'ils veulent éviter de tomber sous le joug d'une puissane étrangère. Le Conseil Clanique se réunit d'abord à Senturia. Aleksandr Voriakin, le chef du clan Kin, est élu clanocrate et il se rend à Tyrasia pour plaider devant l'Assemblée Générale de l'Organisation du Micromonde (OdM) la cause du Norduska alors que la Kirovie continue de masser ses troupes à la frontière. La Secrétaire Générale de l'OdM accorde alors au Norduska un délai jusqu'au 6 avril 2005 pour officialiser la demande d'adhésion du Norduska à l'organisation, faute de quoi l'OdM pourrait accorder l'autorisation à la Kirovie d'annexer le Norduska. Voriakin rentre au Norduska pour préparer la demande d'adhésion et obtenir l'aval du Conseil Clanique mais dans la nuit du 23 au 24 mars, alors que le délai est encore loin d'être écoulé, les forces armées kiroviennes franchissent la frontières et avancent jusqu'à la rive orientale du lac de Senturia, annonçant l'annexion de ce territoire norduskanais. Le clanocrate Voriakin se rend au siège de l'OdM pour dénoncer cette violation territoriale puis il rentre au pays pour assister à une séance extraordinaire du Conseil Clanique convoquée en urgence à Kaladungor. Le Conseil vote la proclamation de la République du Norduska et se prononce en faveur du dépôt de la candidature à l'OdM. Le clanocrate Aleksandr Voriakin est élu président.

Géographie

Villes

  • Tritogorsk

Politique

Président de la République

Le Président de la République était élu par les membres du Conseil Clanique. Le Président de la République siégeait depuis le Palais Bleu de Kaladungor.

Sénat

Le Sénat était l'organe législatif de la nation norduskanaise.

Partis politiques

  • PMLN : Parti Merksiste-Luniniste du Norduska, dirigé par Kosmar Skoromirkin
  • UTK : Union Traditionaliste Conservatrice, dirigée par Tulnar Vaskodom
  • MA : Mouvement Aléatoriste
  • ASN : Alliance Sociale du Norduska, dirigée par Olveg Grimziakin et Dreva Smirkodom
  • LV : Ligue Verte, dirigée par Libomira Zborkin
  • PLM : Parti Libéral Moderniste, dirigé par Vavia Litsekdom

Religion

Les Norduskanais vouaient un culte à une entité mystique qu'ils appelaient «Aleazar», les croyants se faisaient appeler «aléatoristes».

Relations avec la CSH

Le pays n'entretint aucune relation avec la CSH puisqu'évoluant dans un archipel parallèle et de facto comme de jure considérait la Kirovie occupant totalement les frontières scanthéloises.

Département Scanthélois Affaires Etrangères

Organisation
Carte du Micromonde - Ligue des États Modernes - Organisation des Nations de l'Archipel
Nations Reconnues
Abalecon - Avaricum - Edoran - Francovie - Kolozistan - Krassland - Liberistant - Ligue ED -

Mézénas - Nadür - Pirée - Prya - Russlavie - Skotinos - Valdisky - Véran - Zollernberg

Pays Sans Activité Reconnus ou Intégrés
Freineubourg - Sri Pātnārāt
Nations Reconnues et Disparues
Armara - Athlétia - Belondor - Cité des Glaces - Cocagne - États du Sud - Fantispa - Fradeu - Libertas - Locquetas - Maurésie - Métropolibre - Nautia - Orion - Rileko - Sverige - Syldavie - Ydemos - Ys
Nations non Reconnues
Belgoge - Gwangua - Livadia - Ostaria
Nations non Reconnues et Disparues
Aldarnor - Amyria - Anarchland - Angmar - Argentorate - Arsgentyne - Ayala - Azeck - Bangana - Bhoustani - Bretzelbourg - Bretzelburg - Cözland - Daoude - Deltarie - Edredonie - El Futuro - Eraluse - Eridan - Esialie - Fanz - Gallice - Héalie - Hubanie Maritime - Jaminaica - Kalésie - Katharsys - Kindistan - Krassauerstein - Laurasie - Legoslavie - Madha - Manutoba - Mazambala - Méniro - Mnibet - Néié - Noordzeeland - Norduska - Norvas - Nouvelle-Caucasie - Nyvélia - Panaconda - Persis - Poldévie - Républiques Orionnaises - Sainte-Croix - San Pedro - Sant Eustaquy - Saraland - Siegburg-Helzonie - Silverland - Sorabe - Sud-Ouest Démocratique - Thaurus - Tolpan - Turcosie - Umujo - Verlor - Vladivaïa - Wasteland - Ysiriam
Traités
Aarosia I - Aarosia II & Annexe - Aarosia-Pyedné - Aldden-Kaora - Allancia - Bergenberg - Bonsecours - Brøkinshåvn - Chabot - Cocagne - Dangloyre - Ébur - Elbêröhnit - Golfe de Locquetas - Havnsthor - Helvia - Hudiksvall/ZELEN -

Kaïtaïn - Kaora - Krassfürt-am-See - Micropolia - Mont-Pharys - Philippeville - Rabat - Scanie - Sorlop - Svetivostok - Travna - Ydemos

Traités internationaux
Traité de Bonne-Espérance - Charte de la LEM - Traité des Nations - Traité de Talamanca - Traité de Zozolulu - Texte de Veledris
Documents de voyage
Passeports scanthélois & frenobourgeois