Néié

De Wikiscanthel
Démocratie Luniniste de Néié

Drapeau Neié.png

Armes Inconnues.png

Données Politiques
Langues français
Capitale Elhu
Type de Gouvernement Régime Luniniste
Premier Partisan Edvard Pokal
'
'
Relations avec la CSH Pays disparu
Autres
Système économique Narrativisme / Système des JT
Bibliothèque aucune
Mailing-List Place publique
Site archives archéologiques numériques

Localisationneie.png

Fondée le 20 août 2003, Néié (ou Démocratie Luniniste de Néié) était un pays insulaire situé à l'ouest de la Parranie. Le pays est anéanti le 16 mars 2004, à 20h16, par un terrible tremblement de terre qui tue l'immense majorité de la population alors plongée dans son sommeil.

Géographie

Néié était situé sur l'île de Tesakodi, à l'ouest de la Parranie. D'une superficie de 563 km², le pays était constitué de plaines à l'ouest, de plateaux montagneux à l'est et au nord. Son climat était sec et les températures moyennes avoisinaient les 25°C. Le plus haut sommet du pays Pic de Marche culminant à 2420 mètres d'altitude.

La capitale du pays était Elhu, comptant 22 hbitants.

Quelques courtes rivières faisaient la liaison entre le centre montagneux et les Mers du Sud et du Nord, fertilisant les vallées encaissées de la Chaîne du Nord. À la pointe méridionale de l'île, la péninsule de Nokie est utilisée pour les lancements spatiaux.

Ville

Elhu était la capitale de la DLN. Le Centre Culturel Populaire fermaitla perspective de la place principale d'Elhu, cité construite en quelques mois sur décision du Premier Partisan E. Pokal, sur le plateau néien. Des événements culturels y étaient organisés librement par les citoyens. Le plan d'Elhu permettait de voir tous les bâtiments existants, dont le stade et le Siège du Parti Luniniste de Néie, qui rassemble toutes les activités administratives et politiques; les logements luninistes d'Elhu (LLE) étaient l'endroit où logeaint tous les camarades.

L'usine de la «Machinei» était équipée pour permettre l'assemblage de multiples véhicules et machines, de la voiture de tourisme aux aéronefs les plus pointus.

À l'extérieur d'Elhu, un complexe d'extraction-raffinage de gaz Néion, ainsi qu'une Centrale électrique à proximité, se trouvaient sur la route du Nord. La route de la MACHINEI aboutissait à l'aéroport international et aux Basses-Mines d'Elhu, où était extrait le Néiox, métal lourd et dur, idéal pour l'industrie. Les Chantiers Navals du Peuple, à plusieurs kilomètres par la route d'Arsgentyne, se situaient bien entendu sur la façade maritime sud. Cette façade était constituée de larges plages de sable clair, contrairement à la côte nord-est, qui comptait de nombreuses criques et falaises.

Relief

Plaines à l'ouest, plateaux montagneux à l'est et au nord.

Constitution

  • Article 1: La Démocratie Luniniste de Néie, représentée par le Parti Luniniste de Néie, a entière souveraineté sur le territoire de l'île de Tesakodi.
  • Article 2: La citoyenneté néienne est accordée à toute personne demandant celle-ci et inscrite sur la liste de diffusion de la DLN. Le droit de résidence est accordé à tout étranger en faisant la demande. Un citoyen néien ne peut être simultanément citoyen d'une autre micronation reconnue par la DLN.
  • Article 2 bis: Les citoyens de la DLN ont entière liberté d'expression sur leur territoire. Leur liberté d'action est conditionnée par les lois consignées dans le Journal Officiel. Un Camarade ne peut porter atteinte à l'intégrité physique d'un autre Camarade, ou d'un citoyen fictif, sans l'accord de ceux-ci.
  • Article 3: Le Journal Officiel est tenu par le PLN, qui organise un Congrès en début de chaque mois du calendrier. Le PLN est, en la personne du Premier Partisan, l'autorité suprême décidant des Affaires Etrangères, de la validité des lois, de l'organisation des Fêtes de la pleine Lune, des séjours de rééducation, voire de l'interdiction d'accès à la liste de diffusion, en vertu des lois consignées dans le J.O. Il garantit le rerspect de la Constitution.
  • Article 4: Une nouvelle loi ou une loi amendée, pour entrer dans le J.O., doit être mise au vote par le Premier Partisan, recueillir la majorité des suffrages exprimés, puis être validée par le Premier Partisan.
  • Article 5: Le Premier Partisan doit agir en vertu du J.O. Il n'est pas au-dessus de la loi et doit faire fonctionner le Parti de manière transparente. Il dispose d'un mandat à vie, et peut nommer des Seconds Partisans. Il nomme son successeur. S'il vient à mourir sans désigner de successeur, le Camarade le plus médaillé est nommé Premier Partisan.

Institutions et Politique

Le parti Luniniste de Néie (PLN) était l'État. Il avait en charge la gestion de l'économie (embauches, production, attribution de biens), la sécurité et la sauvegarde du luninisme et de la Constitution, les relations internationales, le respect des lois par les citoyens, l'éducation ou la rééducation de ceux-ci, et l'attribution des récompenses.

Tout citoyen officiellement enregistré était membre du PLN, et était libre de proposer des lois et des projets économiques, et de donner son avis. En revanche, seul le Premier Partisan, à la tête de l'État, décidait de leur validité. Il consignait les données officielles et les lois dans le J.O. (journal officiel) et il ne pouvait cependant valider de loi que si la majorité des citoyens s'était exprimée pour.

La ou le Premier Partisan remplissait toutes les fonctions de l'État, il était le représentant officiel à l'ONV et se chargeait du commerce avec l'étranger, ainsi que de la gestion des devises étrangères. Il pouvait nommer des Seconds Partisans pour l'aider ou le suppléer. Il présidait, chaque début de mois, le Congrès du PLN, au cours duquel il décernait les récompenses et publiait un bilan démographique et économique. Il s'occupait des naturalisations et des envois en camp de rééducation. Ceci dit, il habitait comme les autres citoyens dans un LLE et n'avait pas plus de droits qu'un autre camarade.

Il n'était pas élu mais nommé par son prédécesseur, quand celui-ci le souhaitait.

Défense

L'armée populaire luniniste (ARPOL) n'avait de tâche que la défense du luninisme en Néie. Elle n'avait aucune vocation agressive ni d'ingérence à l'étranger.

Économie

L'économie était régie par des entreprises d'État. Chaque Camarade pouvait se faire embaucher par l'une d'elles. Il devait alors effectuer des journées de travail (JT), correspondant à autant de messages qu'il envoyait sur la Tribune, messages comprenant exactement cinq phrases complètes et correctement orthographiées. Par exemple s'il travaillait à la Mine, il devait décrire sa journée de travail (extraction de métal, stockage, éventuellement anecdotes etc.). Il ne pouvait effectuer plus d'une JT par jour.

L'attribution des biens produits se faisait en priorité à l'État pour ses besoins (fournir les entreprises, l'armée), puis aux Camarades, du plus méritant au moins méritant. Chacun demandait les biens qu'il souhaitait posséder (téléviseur, voiture, voyage), et en fonction des stocks et des JT du Camarade, l'État attribuait ces biens et services. C'est la vraie Démocratie du réalisme [[Merksisme-Luninisme]luniniste]] !

Un citoyen qui avait effectué moins d'une JT par mois, qui avait manqué aux règles économiques ou qui avait commis trop de fautes d'orthographe encourait une détention en camp de rééducation, dont peu de gens connaissent l'emplacement.

Tout citoyen avait besoin d'une Quantité Alimentaire et d'Entretien (QAE) par mois, sans quoi il mourrait. Une QAE était produite par une JT aux Fermes Populaires. En cas de stocks insuffisants, les QAE allaient en priorité aux Camarades méritants, laissant les autres sur le carreau. De même, tout citoyen devait respecter les lois économiques, qui disposaient que seul un objet ou bâtiment produit et figurant dans le Journal Officiel existait.

Transports

Transports aériens

  • NéiAir, fondée par Edvard Pokal. Sa base était l'aéroport internationale de Néié.

Transports routier

Le réseau routier était simple et efficace, en assez bon état : il reliait la capitale aux deux façades maritimes, et une route rejoignait la base de Nokiopolis. Il fallait compter une heure de bus pour l'accès à la mer, deux heures au maximum pour joindre tout point de l'île.

Médias

Un seul journal existait dans le pays, c'était le Journal Officiel (JO). Ce journal d'état relatait les informations nationales, économiques, politiques et internationales ainsi que culturelles du pays

Culture et société

La société néienne s'organisait autour de trois axes: le travail, les événements culturels et sportifs et le Camp de Rééducation.

  • Camp de rééducation: Un Camarade n'ayant fourni aucune JT au cours du mois encourait une détention au camp de rééducation. Les peines étaient fonction de la gravité du comportement asocial:
    • non respect des lois économiques (ignorance de ces lois, invention d'objets inexistants...): 1 JT au camp (le détenu raconte sa journée en 5 lignes correctement orthographiées).
    • oisiveté asociale (aucune JT effectuée au cours du mois): 2 JT au camp (le détenu effectue des travaux demandés par le Premier Partisan)
    • travail bâclé (trois messages, JT ou non, comportant une faute d'orthographe): 5 JT au camp (exercices d'orthographe demandés par le Premier Partisan)
    • entorse grave à la Constitution: 20 JT au camp de rééducation (20 exercices très pénibles à effectuer).
  • Vie culturelle et sportive: Les Fêtes de la Pleine-Lune étaient incontournables en Néie. Tous les 28 jours donc avaiet lieu ces jeux, épreuves diverses permettant de départager les camarades sur des critères d'imitation de la Lune.

De plus, chaque Camarade pouvait s'illustrer dans le divertissement de ses concitoyens. Toute oeuvre, écrit, pièce de théâtre ou de musique étaient conservés dans le CCP. Par contre, seule une oeuvre d'art officiellr, exaltant le luninisme, comptait comme JT. Le week-end, les Néiens étaient en congé, et se rendaient volontiers au spectacle, au cinéma, voyageaient... La ligue de néo-football rassemblait aussi les enthousiastes assez fréquemment, lors des affrontements des clubs.

Relations avec la CSH

Le pays n'entretint formellement aucune relations avec la CSH. En revanche, les deux pays se côtoyaient au sein de l'ONV.

Archives numériques visuelles

Département Scanthélois Affaires Etrangères

Organisation
Carte du Micromonde - Ligue des États Modernes - Organisation des Nations de l'Archipel
Nations Reconnues
Abalecon - Armara - Avaricum - Edoran - Francovie - Krassland - Liberistant - Ligue ED -

Mézénas - Nadür - Pirée - Prya - Russlavie - Skotinos - Valdisky - Véran - Zollernberg

Pays Sans Activité Reconnus ou Intégrés
Freineubourg - Sri Pātnārāt
Nations Reconnues et Disparues
Athlétia - Belondor - Cité des Glaces - Cocagne - États du Sud - Fantispa - Fradeu - Libertas - Locquetas - Maurésie - Métropolibre - Nautia - Orion - Rileko - Sverige - Syldavie - Ydemos - Ys
Nations non Reconnues
Belgoge - Gwangua - Kolozistan - Livadia - Ostaria - Sud-Ouest Démocratique
Nations non Reconnues et Disparues
Aldarnor - Amyria - Anarchland - Angmar - Argentorate - Arsgentyne - Ayala - Azeck - Bangana - Bhoustani - Bretzelbourg - Bretzelburg - Cözland - Daoude - Deltarie - Edredonie - El Futuro - Eraluse - Eridan - Esialie - Fanz - Gallice - Héalie - Hubanie Maritime - Jaminaica - Kalésie - Katharsys - Kindistan - Krassauerstein - Laurasie - Legoslavie - Madha - Manutoba - Mazambala - Méniro - Mnibet - Néié - Noordzeeland - Norduska - Norvas - Nouvelle-Caucasie - Nyvélia - Panaconda - Persis - Poldévie - Républiques Orionnaises - Sainte-Croix - San Pedro - Sant Eustaquy - Saraland - Siegburg-Helzonie - Silverland - Sorabe - Thaurus - Tolpan - Turcosie - Umujo - Verlor - Vladivaïa - Wasteland - Ysiriam
Traités
Aarosia I - Aarosia II & Annexe - Aarosia-Pyedné - Aldden-Kaora - Allancia - Bergenberg - Bonsecours - Brøkinshåvn - Chabot - Cocagne - Dangloyre - Ébur - Elbêröhnit - Golfe de Locquetas - Havnsthor - Helvia - Hudiksvall/ZELEN -

Kaïtaïn - Kaora - Krassfürt-am-See - Micropolia - Mont-Pharys - Philippeville - Rabat - Scanie - Sorlop - Svetivostok - Ydemos

Traités internationaux
Traité de Bonne-Espérance - Charte de la LEM - Traité des Nations - Traité de Talamanca - Traité de Zozolulu - Texte de Veledris
Documents de voyage
Passeports scanthélois & frenobourgeois