Guerre des Kafards

De Wikiscanthel
Affaires Étrangères
Header DSHAE.jpg
Organismes micromondiaux
Ligue des États Modernes
Organisation des Nations de l'Archipel
Organisation du DSHAE
Le Chef
États reconnus
DSHAE Abalecon.png Abalecon
DSHAE Armara.png Armara
DSHAE Avaricum.png Avaricum
DSHAE Edoran.png Edoran
DSHAE Francovie.png Francovie
DSHAE Freineubourg.png Freineubourg
DSHAE Krassland.png Krassland
DSHAE Kolozistan.png Kolozistan
DSHAE Liberistant.png Liberistant
DSHAE LED.png Ligue Éburnéenne Décanale
DSHAE Mézénas.png Mézénas
DSHAE Nadür.png Nadür
DSHAE Pirée.png Pirée
DSHAE Prya.png Prya
DSHAE Russlavie.png Russlavie
DSHAE Skotinos.png Skotinos
DSHAE Valdisky.png Valdisky
DSHAE Véran.png Véran
DSHAE Zollernberg.png Zollernberg
États reconnus et disparus
Athlétia
Belondor
Cité des Glaces
Cocagne
États du Sud
Fantispa
Libertas
Locquetas
Maurésie
Métropolibre
Nautia
Orion
Rileko
Sverige
Syldavie
Ydémos
Ys
Traités
Aarosia I
Aarosia II & Annexe
Aarosia-Pyedné
Aldden-Kaora
Allancia
Bergenberg
Bonne-Espérance
Bonsecours
Brøkinshåvn
Chabot
Cocagne
Dangloyre
Ebur
Elbêröhnit
Golfe de Locquetas
Havnsthor
Helvia
Hudiksvall/ZELEN
Kaïtaïn
Traité de Kaora
Krassfürt-am-See
Micropolia
Mont-Pharys
Philippeville
Rabat
Scanie
Svetivostok
Talamanca
Travna
Veledris
Ydemos
Guerre
Guerre des Kafards
Guerre du Continent Nord
Conférences
Conférence d'Aarosia
Conférence d'Aarosia 2
Conférence d'Edoran
Conférence d'Edredonie
Conférence de Krassershaven
Conférence de Talamanca
Conférence de Veledris

Présentation

La Guerre des Kafards s'est déroulée au Krassland au cours du mois de décembre 2000 et opposa le peuple krasslandais, renforcé par plusieurs nations de l'Archipel, à l'espèce mutante des kafards géants.

Issue

Libération du Krassland et éradication des kafards mutants géants.

Belligérants

Forces humaines

Espèce mutante

  • Kafards géants

Déroulé des évènements

L'instabilité politique et institutionnelle

Le début du mois de décembre de l'année 2000 préfigurait du destin du Krassland : Salvador Chavez, un révolutionnaire prolétaire, avait prit le maquis tandis que le gouvernement officiel dirigé par Vladimir Krotsky se distinguait par son effrayante faiblesse : le nouveau chancelier de la SRK n'avait en effet aucune envergure pour affronter les sombres évènements qui allaient se produire.

La Banke d'Usure du Krassland, institution bancaire vitale du pays, est victime d'un krach financier, victime d'une vaste escroquerie orchestrée par la mafia syldave, laquelle est dirigée en sous-main par Offenbach Moltieri. Ce même Offenbach Moltieri, Ministre de l'Intérieur, avoue alors contrôler une armée composée de 75 clones ce qui provoque un séisme sur la scène publique, le peuple krasslandais est alors consterné mais surtout stupéfait. Profitant du désordre ambiant, Salvador Chavez, soutenu par Niluje Foretmagique et Ben Von Buchhow (ancien consul et fondateur du Krassland) marche sur Krassburg, la capitale du pays, et assiège la Chancellerie avec ses maigres forces armées. L'anarchie s'empare alors du Krassland et la situation est complètement floue : les putchistes annoncent avoir prit la main sur le pays tandis que les autorités officielles déclarent avoir arrêté les révolutionnaires. Heinz-Helmut Von Kalmar, le président du pays, usé par la situation, annonce alors sa démission, finissant de plonger définitivement le pays dans le chaos. Des tractations débutent alors en coulisses et grâce à un artifice juridique le Doyen du Krasstag, Niluje Foretmagique, est nommé pour remplacer le président démissionnaire.

L'attaque surprise

Tandis que les krasslandais s'écharpaient sur la question politique, une espèce insecte, les kafards, avait dangereusement muté grâce aux fuites de la centrale nucléaire de Krassenheim et alors que Niluje Foretmagique vient juste de prendre officiellement ses fonctions dans le palais présidentiel, les kafards mutants devenus géants se lancent à l'assaut du Krassland. L'armée krasslandaise (AK) est rapidement débordée par la formidable puissance des assiégeants et rapidement les kafards géants envahissent Krassau, Krassenheim, Krassens Lautenrs, Krasshof et enfin Krassburg la capitale, où le Président Niluje Foretmagique parvient à s'enfuit de justesse, "masquant" son odeur grâce à son séjour dans le bagne d'Altakrass.

L'offensive kafarde se termine et seules deux poches de résistance demeurent alors. La première se situe dans le maquis de Krasshof où les forces du PPK de Tarak Darkak combattent aux cotés des rescapés de l'armée krasslandaise (AK). La seconde se trouve sur les pentes du Mont Krassberg où le maire de la cité de Krassberg, Nikolas Von Khérys, organise la défense de sa ville, faisant ériger des barricades et organisant les défenseurs (il sera par la suite décoré Officier de l'Ordre de la Paix "Krassland 2001" par l'Organisation des Nations Virtuelles)

La riposte

La communauté internationale s'émeut alors du sort du Krassland et ne tarde pas à envoyer des forces combattre aux cotés des krasslandais. Les troupes ydéennes marchent vers le Krassland pour porter assistance aux poches de résistances, les navires yssois et les commandos des FSIR, commandés par Zoé Tinùviel, Sénéchalesse d'Ys, mènent des opérations de pacification de certaines zones, protégeant et évacuant les citoyens yssois et krasslandais. Plusieurs armes secrètes sont utilisées notamment le Baygon, un gaz qui une fois diffusé permet de ceinturer le Krassland d'une épaisse couche empêchant ainsi les kafards mutants géants de sortir des frontières du pays. Les trois avions militaires Superdahus de l'Armée de l'Air Krasslandaise, réfugiés à Prya sur l'Aéroport de Kaora mènent plusieurs raides sur le Krassland bombardant notamment le Krasstag où s'était réuni l'état-major des envahisseurs kafards. Les dahus sont aussi mis à contribution leurs chants ayant un effet terrifiant sur l'organisme des kafards mutants géants. Les combats sont âpres et violents et malgré ces renforts opportuns l'issue de la guerre demeure incertaine. Les états-majors se réunissent alors pour coordonner une vaste contre-offensive pour libérer le territoire krasslandais.

L'Organisation des Nations Virtuelles décide au final d'appliquer un plan aussi astucieux que radical : les Gorges du Gausström sont bombardées provoquant l'inondation de la plaine du Krassland. Le Krassee, qui a alors doublé de superficie, est massivement mazouté et l'aviation orionnaise met le feu au lac intérieur. Un immense brasier se déclare alors et la vie kafarde est définitivement exterminée, emportée par les flammes.

Conséquences

Pour le Krassland

La menace des kafards mutants géants est définitivement écartée mais le Krassland ressort terriblement meurtri de la guerre. Les trois-quarts du territoire krasslandais sont à présent sous l'eau notamment les villes de Krasshof, Krassbeach, Krassau et la capitale Krassburg. La ville de Krassenheim, déjà à moitié détruite lors des combats, irradiée par les fuites de sa centrale nucléaire arrêtée en catastrophe, est à présent inhabitable. La ville de Krassberg et la station de ski en construction Superkrassberg sont intégralement ravagées par les flammes, elles seront elles aussi abandonnées. La population trouve refuge sur les pentes du Mont Krassberg et au sud du Krassee, où des camps de réfugiés sont établis et qui deviendront, à terme, les nouvelles villes du pays tandis que les pentes du Mont Krassberg deviendront une réserve naturelle passant sous le contrôle de l'Organisation des Nations Virtuelles.

Un Komité de Salut Publik entre peu de temps après en action, il est composé du Président Niluje Foretmagique, de Dana Krasspoutine, de Salvador Chavez et de Nikolas Von Khérys, il mènera à bien la difficile tâche de reconstruire la nation krasslandaise.

Pour l'Organisation des Nations Virtuelles

L'organisation supra-nationale sort renforcée de la guerre, pour la première fois de l'histoire l'institution a réussie à se saisir d'une crise internationale et à en solutionner le problème, elle héritera par ailleurs du "contrôle" du Mont Krassberg, de son massif et de ses pentes qui deviendront une réserve naturelle.

Coordonnant les efforts militaires et organisant la riposte, le secrétaire-général de l'Organisation des Nations Virtuelles, Matthieu Duclos, assoit son autorité morale sur l'ensemble de l'Archipel grâce à ce conflit.