Syisme

De Wikiscanthel
Religion Syiste
TSESSH.png
Syisme
La Très Sainte Église Syiste, Eudémoniste, Philosophique et Gallicienne
Les États Pontificaux
L'Archiexarchat primatial de Saint-Nicolas-de-Guysenval
Anti-Zorthodoxisme: Colvinisme
Para-Colvinisme: Storaltisme
Anti-Colvinisme: Zorthodoxisme
Autre rel. nordique: Cathodoxie-Orthodisme
Autre rel. nordique: Éthérisme
EgliseSyisteAarosia.png
Siège de la TSESSH à Aarosia.

Histoire

Hans Turmwächter, belondaure originaire de Gélèbre, est actuellement le Grand-Pontife de la Très Sainte Église Syiste, Eudémoniste, Philosophique et Gallicienne. Élu par les épiscopes - appelés archiexarques en Avaricum - réunis en Synode, il a été placé à la tête de la Religion la plus étendue et la plus influente du sud de l’Archipel. Elle est ainsi présente, outre Avaricum, dans les États Fédérés de Mézénas, l’Empire de Belondor, le Royaume d’Aldarnor, la Principauté de Sorabe, la Principauté d’Argentorate et enfin, à moindre mesure, dans la République de Skotinos. Un clergé puissant et organisé est établi dans ces états, à la tête duquel on trouve les Primats, les archevêques et archiexarques, les évêques et exarques, et les prêtres. Il existe aussi un Clergé Régulier composé de nombreux ordres comme l’Ordre de Saint-Sevan et l'Ordre des Spectreux.

Elle constitua une minuscule proportion en Turcosie et est très peu présente, mais bien organisée, en Scanténoisie-Helvetia, principalement à Aarosia.

Catéchisme syiste

La Foy Syiste reconnaît l’existence d’un Dieu unique sans nom et sans image. Le messager entre Dieu et les humains est Saint Sevan qui, sous la dictée de celui-ci, créa les Saintes Notes représentant aujourd’hui la base de la Foy Syiste. Saint Sevan a rejoint les cieux et a fusionné avec Dieu grâce à son esprit émancipé et éclairé lui ayant permis de franchir le chemin de la Concorde. Tous les fidèles de la Foy Syiste tentent de trouver et parcourir le chemin de la Concorde divine. Tous les fidèles ont en eux un Égal endormi, qu'avec la Foy il est nécessaire de réveiller par l’accomplissement du chemin de la Concorde. L’Égal réveillé, l’âme pourra fusionner avec Dieu. Le but du Syisme est de permettre aux croyants de trouver et parcourir le chemin de la Concorde par la spiritualité et la philosophie. Aucune cause ne peut accepter l’enchaînement de la pensée d’un croyant. L’émancipation de l’esprit est un des premiers devoirs du Syisme car c’est seulement dans la spiritualité et la philosophie pure que peut être trouvé l’Égal.

Gouvernement de la Très Sainte Église

  • Le Grand-Pontife gouverne l’Église et Ses États avec le concours de la Chambellanie, des Épiscopes et du Synode.
  • La Chambellanie est l’administration de l’Église. Elle se répartit en plusieurs offices sous l'autorité d'un Chambellan, sorte de premier conseiller et secrétaire;
  • Les Épiscopes sont les plus hautes autorités spirituelles de l’Église après le Grand-Pontife. Ils dirigent les diocèses et participent aux Synodes;
  • Le Synode réunit l’ensemble des Prélats de l’Église, convoqués lorsqu'il faut statuer sur des questions de très haute importance concernant le dogme et les affaires de l'Église.

Droit canonique

Le droit canonique est, spécifiquement en Avaricum, une entité juridique à part entière, justifiant par exemple que la justice soit rendue, sous certaines conditions, par les Tribunaux Ecclésiastiques. Le droit canonique a en outre cette spécificité unique de provenir d’une source extérieure à l’Empire, puisqu’il est dicté par le Grand-Pontife. À ce titre, les textes relevant de ce droit se déclinent en plusieurs catégories, propres à la diplomatique du Saint-Siège:

  • Les Chartes disposent pour la formation et l’organisation de la Chambellanie et des Églises filles du syisme;
  • Les Lettres Épiscopiques exposent des décisions prises par les Synodes dans l’intérêt général du syisme;
  • Les Bulles sont la forme usuelle sous laquelle sont publiés les décrets du Grand-Pontife, ceux-ci affectant le gouvernement de l’Église;
  • Enfin, les Instructions sont les actes émis par les Offices de la Chambellanie au nom du Grand-Pontife.

Organisation Cléricale.

La Très Sainte Église Syiste, en grandissant et s'installant parmi les peuples de Gallice et d'ailleurs, fut confrontée à des dissensions à partir desquelles naquirent des interprétations différentes de l'oeuvre de Saint Sevan. Désirant s'affirmer, ces courants de pensée évoluèrent en Ordres, Philosophiques ou de Chevalerie, qui furent eux-mêmes divisés entre clergé régulier ou séculier. S'ajouta enfin à cela la création d'une hiérarchie organisant les diocèses et relations entre ecclésiastiques. Notons au passage que, tout au long de son histoire, l’Église a toujours ouvert ses portes aux femmes - bien que leur réservant un rôle peu décisionnel - et n’interdit jamais le mariage de membres du clergé.

Les Ordres Syistes

L'importance de ces ordres n'est pas négligeable puisque l'Église, depuis le Synode de Gallice de 1583, prévoit que chaque syiste doit choisir lors de sa confirmation l'un de ces ordres qui sera la voie que suivra son Égal dans son évolution vers la Concorde. Les Ordres Philosophiques, d'une part, et les Ordres de Chevalerie, d'autre part, forment le quotidien syiste à travers leur histoire conflictuelle passée et leurs missions présentes.

Ordres Philosophiques

Loin des considérations martiales des Chevaliers, les Ordres Philosophiques se concentrent sur l’étude des Saintes Notes, l’histoire de l’Eglise, le prêche aux quatre coins du monde, la contemplation et la prière. Leurs affiliés sont de très loin les plus nombreux car le simple curé de campagne et le mandrite en son cloître, pour le clergé, ou le bûcheron solitaire et la princesse en son palais, pour les laïcs, sont tous introduits dans l’un de ces ordres lors de leur Confirmation (vers les premiers mois de l’âge adulte).

  • Loge Sevaniste - [Ordre Sevaniste] : Les sevanistes constituent chronologiquement le premier des ordres. Ils sont également les plus nombreux et prônent la tolérance " pour tous ceux qui reprennent et respectent les mots du Saint " (Abbé Lepalle). La vénération joyeuse de Sevan est en effet l’un des aspects cardinaux de cette communauté : toute pensée nouvelle est acceptable tant que la centralité de Sevan et sa divinité finale ne sont pas remises en question. Cette ouverture d’esprit, appelant au développement de la culture et de l’intellect, facilite leurs prédications en terres traditionnellement non-syistes.
  • Loge Lettrée - [Ordre des Lettres et Armes] : Les Lettrés – encore rarement appelés " Lettrés et Armés " - sont les descendants de Philistate de Lettres, l’un des principaux disciples de Sevan. Parmi leurs rangs se trouvèrent les plus grands penseurs de l’Eglise, qui compilèrent le parcours de Sevan vers la Concorde et développèrent les dogmes de la religion. Ils enrichissent chaque jour la théologie syiste et recherchent les signes de la vérité divine à travers les débats, l'écriture, et la science.
  • Loge Faucheuse - [Ordre des Faucheurs] : Peu nombreux mais toujours très vocaux, les Faucheurs sont redoutés de par le monde pour leur intransigeance et leur attachement à l’orthodoxie des préceptes de l’Eglise. Ils ont une lecture extrêmement littérale des Saintes Notes, lesquelles ont selon-eux la primauté sur les ajouts successifs et temporels. S’astreignant à une existence sobre et sévère, les Faucheurs sont particulièrement présents dans les tribunaux ecclésiastiques ou les représentants de l’ordre public des nations syistes.
  • Loge Spectreuse - [Ordre des Spectreux] : Un certain mystère entoure les Spectreux, leurs abbayes restant fermées à la plupart et leurs chapelles utilisant des rituels incompréhensibles pour les profanes. Depuis toujours, cet ordre a gravité autour de l’interdit et l’inconnu, et ce pour une raison bien simple : combattre le feu par le feu. Les Sprectreux épient les ennemis et rivaux de l’Eglise en tentant de comprendre leurs méthodes et de mater les premiers signes d’un schisme. Ils sont les yeux et les oreilles du syisme, recherchant anciens artefacts, ruines oubliées, et écrits perdus. Leur foi est, contrairement à ce que l’on pourrait croire, d’une solidité à toute épreuve, mais il arrive qu’elle s’incarne parfois de manière fort peu conventionnelle.
  • Loge Sanguine - [Ordre des Sanguins] : " La douleur que tu ressens n'est rien. Vois comme il est nécessaire d'allier sang et acier, pour atteindre la douceur d'un avenir tant désiré " (Note 54). Cet extrait de Deux jours du Révélé résume assez fidèlement la base doctrinaire des Sanguins. Ces derniers vivent dans une extrême humilité, souvent en tant qu’ascètes et ermites pour le clergé, et consacrent leur vie à servir les blessés, malades, pauvres, et malheureux. L’auto-infliction de traumatismes physiques fait partie de leur lot quotidien pour expier les impuretés de l’esprit et apporter le pardon divin aux pécheurs. Ils sont vêtus très simplement et ont la particularité de parler d’eux-mêmes à la troisième personne du singulier (bien que ce point tende à disparaître).

Ordres de Chevalerie

Chaque individu rejoignant les Ordres de Chevalerie s’engage à mener une existence tournée vers la défense et le prosélytisme armé du Syisme. Un chevalier particulièrement zélé et respecté se voit généralement permis de constituer son propre détachement au sein des Ordres existants, lui apportant ainsi honneur et renommé.

  • Corps de Saint-Sevan - (Ordre de Saint-Sevan)
  • Corps des Tyrans - (Ordre des Tyrans de Gallice)
  • Corps de Falsange - (Ordre de Falsange)

Hiérarchie Ecclésiastique

Particularité du syisme, et conséquence de sa grande adaptabilité culturelle, les rangs cléricaux sont souvent désignés de manière différente selon les pays. Ci-dessous se trouve une liste non exhaustive des échelons syistes.

Haut Clergé

  • Grand Pontife: Le Grand Pontife est le chef spirituel de la Très Sainte Église Syiste. Il est aussi le souverain temporel des États Pontificaux de Gallice. Élu par les épiscopes lors d’un Synode, il guide et défend les bases de la croyance syiste ou les modifie quand les circonstances le demandent. Homme immensément vénéré, ses propos sont rares mais d’importance capitale : ses bulles et déclarations sont placardées sur toutes les églises syistes du micromonde.
  • Épiscope (Archiexarque en Avaricum): Véritable prince de l'Eglise, l'épiscope est chargé de représenter et gérer au nom du Saint-Siège un groupement de plusieurs diocèses syistes. Doté de cet important pouvoir, il choisit et renvoie lui-même - sauf exception comme en Avaricum - les membres du clergé séculier et régulier sous sa juridiction, définit si nécessaire le déroulement du culte en prenant en compte les particularités locales, et donne explication sur des problèmes d’ordre théologique. Par ailleurs, il est membre de droit du Synode et peut accéder plus aisément aux lieux défendus et sacrés de Gallice.

Clergé Séculier

  • Archiprêtre (Exarque en Avaricum): L'archiprêtre est chargé de gérer le diocèse qui lui est attribué par son supérieur immédiat, l'épiscope. Il peut nommer les prêtres et prédicateurs, les transférer ainsi que les limoger. Il célèbre le culte chaque semaine et jour saint dans son église diocésaine.
  • Prêtre: Le prêtre célèbre le culte chaque semaine ou jour saint dans son église paroissiale. Premier lien de l’Eglise avec les laïcs, le prêtre baptise, confère les sacrements aux fidèles, et répand les enseignements des Saintes-Ecritures. Il se doit d’aider les plus faibles et démunis, quelle que soit leur croyance.
  • Prédicateur: Le prédicateur assiste les autres membres du clergé dans la célébration du culte. Il ne peut dispenser que les sacrements basiques et n’est pas soumis aux mêmes règles ecclésiastiques. En revanche, il se doit de prêcher activement au sein de sa communauté.

Clergé Régulier

  • Archimandrite: Responsable d’une communauté régulière, l’archimandrite préside les messes et assure le bon fonctionnement de son abbaye. Il est sous l’autorité directe d’un archiprêtre.
  • Mandrite: Le mandrite mène une vie monastique, priant Dieu, Sevan et les Saints. Selon son ordre, il peut être soumis à plusieurs responsabilités et degrés de restrictions. En travaillant, il assure l’autosuffisance de sa communauté.

Membres Profès des Ordres de Chevalerie

  • Grand-Maître: Le Grand-Maître est élu par une assemblée éphémère de treize confrères où les Membres Profès siègent de droit. Bien que disposant de pouvoirs assez limités puisque occupant un rôle principalement représentatif, le Grand-Maître est immensément respecté au sein de son Ordre et possède l'autorité suprême en matière militaire.
  • Connétable: Le Connétable est en charge d’organiser et de manœuvrer les forces militaires de l'Ordre. Il seconde le Grand-Maître et le remplace provisoirement le cas échéant. Sur le champ de bataille, il porte le gonfanon traditionnel de l'Ordre.
  • Grand-Trésorier: Administrant les finances de l’Ordre, le Grand-Trésorier s’assure que les rentrées d’argent sont bonnes et que les dépenses restent admissibles. Il décide des salaires et gère aussi les biens immobiliers et matériels de l’Ordre.

Membres en Obédience des Ordres de Chevalerie

  • Commandeur: Le commandeur est le guide d’un chapitre, une division militaire et territoriale de l’Ordre. Son devoir est d’assurer le bon entraînement des hommes qu’il mènera personnellement au combat, ainsi que l'application fidèle de la politique de l'Ordre.
  • Chevalier-Chapelain: Issu de la noblesse, le Chevalier-Chapelain protège les croyants, le clergé, et les lieux saints contre les ennemis du syisme. Il forme l’élite des combattants de son chapitre. En outre, il se doit de participer activement aux œuvres civiles de l’Ordre comme l’aide aux pauvres, aux malades, et aux voyageurs.
  • Frère-Sergent: Assumant des responsabilités similaires à celles d’un chevalier-chapelain, le Frère-Sergent est toutefois issu de la bourgeoisie ou de la paysannerie. Bien que recevant un entraînement moins poussé, ces combattants restent redoutables et forment la majeure partie des forces de l’Ordre.

Bénéfices Avarois

Conformément à la Charte syiste interne instituée à la suite du Concordat d’Acquae-Victis, l'Église du Saint-Empire d’Avaricum est organisée de la manière suivante.

Clergé Séculier

  • Archiexarchat de St-Nicolas-de-Guysenval - Siège de la Primature avaroise, couvre la Principauté de Guysenval.
  • Exarchat de Castillon-Villeroy & Villestreux - Créé en Novembre 1707 par la réunion des Exarchats de Castillon-Villeroy et de Villestreux, l'Exarchat de Castillon-Villeroy & Villestreux, parfois appelé Exarchat de Castillon, est le deuxième diocèse avarois en terme d'importance. Il englobe en effet pas moins de deux Principautés (Castillon et Castelmaure) ainsi que la capitale impériale, totalisant approximativement la moitié de la Nouvelle-Alexandrie. Le siège exarchal est aujourd'hui établi en la Cité Saint-Louis-le-Sextilliangeau, rétrocédée à l'Église après plusieurs années d'occupation par les administrations impériale. La Basilique Saint-Landry, ancien siège de l'Exarchat, conserve cependant une nette prédominance en terme de fréquentation. L'Exarque y concélèbre parfois des messes avec le prêtre diocésain de Saint-Landry, lequel jouit d'un grand prestige. Bien que ne prennant plus part au gouvernement exarchal, le Prince Souverain de Castillon conserve le titre honorifique d'Exarque Émérite de Castillon.
  • Exarchat de Luzzara - Couvre le Comté de Piémont.
  • Archiexarchat d'Yrusalem - Archidiocèse métropolitain de la province ecclésiastique d'Yrusalem, englobant l'ensemble de la Principauté Croisée.
  • Vicariat Général des Colonies - Également appelé vicariat général de Syracus, il s'agit de l'institution ecclésiastique des colonies. Sa devise est Major et longiquo reverentia (De loin, l'admiration est plus grande). Son siège officiel est la basilique Saint-Anastase-de-Syracus. C'est toutefois le palais des Trivandérum qui abrite les services du vicaire général. Le vicariat général est placé sous l'autorité directe de la primature d'Avaricum, dont le titulaire est, de de droit, l'archiexarque de Saint-Nicolas-de-Guysenval.
  • Ordinariat aux Armées - Répondant au Primat, cet organisme assure les offices syistes aux troupes de Sa Majesté.

Clergé Régulier

  • Compagnie de Saint-Aymeric - Ordre Philosophique exclusivement avarois.
  • Corps des Tyrans de Gallice - Ordre de Chevalerie

Primature

L'archiexarchat primatial de Saint-Nicolas-de-Guysenval forme le diocèse historiquement premier en Avaricum. Dès son arrivée en Nouvelle-Alexandrie, le syisme consacra le rôle prépondérant de la cité Caristie dans la religion; la très sainte Église avaroise y fixa ainsi tout naturellement le siège de sa primature. L'archiexarcat s'étend sur l'ensemble de la principauté de Guysenval. Dès le IIe siècle est attestée la présence d'un évêché de Guysenval. Le pouvoir de l'Église devenant très grand, les rois de Guysenval en prirent le contrôle en obtenant la nomination de leurs fils cadets à ce bénéfice, avant de recevoir les dispenses nécessaires pour être eux-mêmes ordonnés évêque. Cette coutume perdura pendant des siècles, jusqu'à ce que Léto-Victorien de Valois, fils aîné d'Édouard VI, empereur d'Avaricum, soit désigné pour succéder à Louis-Auguste de Fleury, brisant de ce fait la tradition voulait que ce bénéfice soit détenu par un membre de la maison de Fleury.

Gouvernement

L'archiexarque de Saint-Nicolas-de-Guysenval est de jure primat de l'Église avaroise. Il peut disposer d'un exarque auxiliaire. De l'archiexarchat dépendent tous les autres diocèses avarois. Les exarchats de Castillon-Villeroy-et-Villestreux, et de la Nouvelle-Alexandrie en général, font parties de la province ecclésiastique de Saint-Nicolas-de-Guysenval. Alors que le vicariat général de Syracus et l'ordinariat aux armées dépendent également du primat d'Avaricum, l'archiexarchat d'Yrusalem jouit quant à lui d'une large autonomie. Le primat dispose de pouvoirs importants. En effet, il est à la tête des tribunaux ecclésiastiques avarois qui jugent tous les membres du clergé, il est aussi chancelier de l'Universitas Syisma Avariciensis et exerce un certain contrôle sur la compagnie noble de Saint-Aymeric. On considère généralement le primat d'Avaricum comme un membre du gouvernement avarois. Charge convoitée, elle échoit toujours à un Grand d'Avaricum, assurant ainsi la présence du primat au très prestigieux

Liste des Primats

  • S.Exc.Rév. Léto-Victorien de Valois d'Avaricum (18 Mai 1709 - 9 Août 1713)
  • S.Ém.Rév. Louis-Auguste de Fleury (8 Novembre 1706 - 8 Avril 1709)

Autorité de l'Église Avaroise

Le Clergé avarois est dirigé par le Primat d’Avaricum. Toutefois, d’autres autorités s’ajoutent à celui-ci, tel que le Nonce Apostolique ou un seigneur et protecteur temporel: le Primat d’Avaricum. Il dispose d’une autorité nominale sur l’ensemble du Clergé Séculier avarois. Il est chargé, outre la direction des Tribunaux Ecclésiastiques, de veiller à l’application des décrets du Saint-Siège, de présider aux Synodes qui réunissent les Prélats avarois, de s’assurer de l’établissement d’une censure syiste, etc. Il est assisté d’un Cabinet dans cette tâche. Le Nonce Apostolique. Il est chargé de la représentation diplomatique du Grand-Pontife, qui le nomme, près Sa Majesté l’Empereur d’Avaricum. Il est de droit Doyen du corps diplomatique en poste à Castillon-Villeroy. C’est un personnage incontournable qui, s’il ne possède aucune autorité sur l’Église Avaroise, n’en tient pas moins Sa Sainteté informée des nouvelles de la Cour Impériale. Le Défenseur de la Foy & Protecteur de l'Église en Avaricum est de droit l’Empereur d’Avaricum, selon les stipulations du Concordat d’Acquae-Victis. Le titulaire est donc actuellement Sa Majesté Très Fidèle Édouard VII. Cette charge acte le rôle important de l'Empereur dans la nomination du clergé et confère à son possesseur une autorité morale certaine. Elle est la reconnaissance accordée par le Grand-Pontife et l’Église du statut dominant dont celle-ci dispose et que maintient l’Empereur dans Son État. Elle prend un sens plus martial lors de Croisades.

Situation scanthéloise

En CSH, les Syistes sont une ultra-minorité. Ils ne représentaient, d'après le dernier Recensement 2017, que 3% de la population de la ville d'Aarosia et sont inexistants ailleurs dans le pays où Colvinisme, Storaltisme et Zorthodoxisme sont plus présents. Cela est du au fait de l'influence culturelle de proximité du Zollernberg alors que les populations du Continent Sud de l'Archipel ne sont pas en contact direct avec le pays.

Très Sainte Église Syiste de Scanténoisie-Helvetia

La TSESSH est l'organisation religieuse institutionnelle du syisme en CSH. Elle dépend directement de l'Episcope d'Aarosia.