Zabrück-Crassauerstein

De Wikiscanthel
Archiduché de Zabrück-Crassauerstein

Drapeau ZabrückCrassauersteinCMV.png

Armes ZabrückCrassauersteinCMV.png

Données Politiques
Langues zollernois
Capitale Kroenenberg
Type de Gouvernement Monarchie absolue
SAR Charlotte-Marie II
Président du Conseil d'État Wilhelm Ziegreich
Ministre des Affaires extérieures
Relations avec la CSH Relations via Zollernberg
Autres
Système économique Narrativisme
Bibliothèque aucune
Forum Place Publique
Site [ S'y rendre]

Localisationzollernberg.jpg

L'Archiduché de Zabrück-Crassauerstein est un État associé avec le Grand-Duché de Zollernberg. C'est une monarchie absolue de droit divin. Sa capitale est Kroenenberg, sa monnaie la livre zterling depuis son adhésion au Zterlingbund. Son drapeau est constitué deux bandes horizontales, noir et jaune, les couleurs de la monarchie en Archiduché. On ne lui connaît pas de devise officielle, ni même d'hymne officiel en dehors du Te Dea, chanté en la présence du Souverain.

Géographie

Le pays est situé à l'intérieur des terres du Zollernberg avec une frontière directe avec le Krassland. L'Archiduché de Zabrück-Crassauerstein est connu pour son relief tourmenté, parsemé de forêts et de châteaux, rappelant que cette région naguère dépendante du Zollernreich, fut une terre âprement disputée.

Au nord, les Monts Savonifères, ainsi appelés car on y exploite des mines de savons et savonite. À l'ouest, le Mont Crazzberg est très peuplé et héberge en outre de nombreux dahus.

Entre les deux, les plateaux du Zabrück sont traversés de failles géologiques importantes et on distingue trois ensembles:

  • au nord, le plateau zabrückois, traversé par le Zolder et le Zô ; où se trouve Kroenenberg, la capitale du pays;
  • au sud, la plaine qui mène vers le Wilhelstein, qui est paisible.

Démographie

La population est de 2'069'868 hab. et à 80 % de ruraux.

Le Zabrück-Crassauerstein est une terre appartenant à l'ensemble zollernois, avec le Zabrück zollernois au Nord, il lie la Zaxe et les principautés de Nordenmark (sur le territoire de l'actuelle Valdisky) au coeur du Zollernreich historique. Mais, à cet endroit, deux pressions s'exercent : au nord est, la pression helvétianne, qui est toujours restée modérée et s'est arrêtée à Zollenheim en Zabrück zollernois. Au sud ouest, la pression krasslandaise, toujours très forte. Le Zabrück a toujours constitué une zone d'immigration pour les Krasslandais, qui y trouvaient du travail et des conditions de vie et de liberté plus favorable qu'au Krassland. Les échanges économiques étaient également nombreux avec le Krassland même si les barrières naturelles étaient un fort obstacle. Cela explique qu'il existe une forte communauté krasslandophone au Zabrück, qui s'est notamment fortement établie dans le plateau, aujourd'hui la zone la plus industrialisées. Les villes de Kroenenberg, Crassdorf et Crassenbaden ont été fondées par des colons krasslandais. Ces derniers ont été implantées là par des seigneurs zollernois. A partir du XIIIe siècle, ils ont signés avec eux des chartes leur accordant des libertés et exemptions favorisant le développement économique et urbain

Aujourd'hui, selon des estimations prudentes, on estime que la population krasslandophone représente 34% de la population totale de l'Archiduché.

Langue

La langue officielle de l'Archiduché est le Zollernois. Si l'administration emploie la langue parlée à Wilhelstaufen, le peuple à un accent zabrückois fortement marqué, appuyant les z. En ville, on rencontre une langue ayant subi les influences du Krasslandais, prononçant à la fois les k et les z.

Il existe également une forte minorité krasslandophone (34 % de la pop.).

Religion

En Zabrück-Crassauerstein, la Zorthodoxie est religion d’État. A l'indépendance du pays, le Bienheureux-Siège a élevé l'évêché de Kroenenberg en Archevêché et créée pour son titulaire un titre de Primat de Zabrück-Crassauerstein détaché de l'autorité du Primat de Zollernreich. Deux diocèses suffragants dépendent de l'Archevêché de Kroenenberg : les diocèses de Crassenbaden et de Crassdorff.

L’Église conserve un rôle important au sein des institutions et dans la vie publique. Ainsi l'Archevêque de Kroenenberg, Primat de Zabrück-Crassauerstein est de droit président de la Diète. En matière judiciaire, les officialités zorthodoxes ont juridiction sur l'ensemble des causes matrimoniales et de mœurs sur le territoire de l'Archiduché. De plus, les tribunaux civils peuvent se déclarer incompétents au profit des officialités dès lors que la cause invoquée devant eux leur apparaît devoir être réglée par l'intercession divine et l'appui de la Zainte-Eglize.

Le clergé de Zabrück-Crassauerstein a été persécuté sous le régime merksiste-luniniste. Le Patriarche Clemenz V soutient comme de nombreux prince zorthodoxe le gouvernement monarchiste du Crassauerstein en exil. Il affecte l'église Zaint-Ziegfried sise dans le diocèse patriarcale de Wilhelstaufen au clergé du Zabrück-Crassauerstein. Cette dernière, toujours propriété du gouvernement de l'Archiduché, jouit du privilège de l'extraterritorialité.

Histoire

L'Archiduché de Zabrück-Crassauerstein est un petit état indépendant du continent Nord né de la sécession du Krausserstein merksiste puis de sa libération par les troupes grand-ducales alliées aux troupes royales locquetiennes ce qui explique son enclavement au cœur du Grand-Duché de Zollernberg.

Histoire anté-ludique

L'Histoire du Zabrück-Crassauerstein se confond avec celle du Duché de Zabrück puis du Grand-Duché de Zollernberg dont il faisait partie jusqu'à sa sécession en 2001. Il est durant des siècles au coeur de la lutte héréditaire entre le Zollernberg et le Krassland.

Moyen-Âge : Les Rois de Krassland disputent aux Ducs de Zabrück la suzeraineté sur le Crassauerstein. La population est essentiellement composée de paysans, de bûcherons et d'éleveurs de dahu vivant sous un régime de la féodalité qui perdure jusqu'au XVIIe siècle.

1028 : La Bataille des Monts Savonifères opposant les troupes impériales au Royaume de Krassland détruit les forces militaires du Zabrück.

XIIe siècle : Les seigneurs zollernois font appels à des colons krasslandais pour défricher et mettre en valeur de nouvelles terres et fondent de nouvelles villes : Crassbach, Crassdorff, Crassenbaden. A partir du XIIIe siècle, ils obtiennent des chartes de leurs seigneurs, favorisant l'essor urbain.

11 juillet 1403 : Pragmatique Sanction. Le titre de Grand-Duc de Zollernberg est créé au profit de la Maison de Nazzau, maison ducale de Wilhelstein. Le Grand-Duc de Zollernberg reçoit la suzeraineté sur les Duchés de Kolstein, de Silverstein et des Zorcades ; les Ducs deviennent gouverneurs héréditaires des provinces composant le premier Grand-Duché de Zollernberg. Le Zabrück dont le Duc porte désormais le titre de Prince Zabrücksi reste une principauté autonome au sein du Zollernreich.

1412 : Le Compromis de Crassbach, aussi appelé Paix des Princes, assure la paix entre les Princes Zabrücksi et les Grand-Ducs de Zollernberg institutionnalisant l'alternance des deux familles sur le trône impérial.

1556 : Le mariage du Grand-Duc Karl III avec l'héritière du Duché de Zaxe remet en cause l'équilibre institutionnalisé au Compromis de Crassbach. Devenant Duc de Zaxe, le Grand-Duc s'assure la majorité à la Diète impériale.

21 octobre 1558 : Paix de Wasserland. A la rupture du Compromis de Crassbach, le Duc de Zabrück resté puissant menace de reprendre les armes contre les Nazzau. Le Patriarche Clemenz IV intervient et oblige les deux partis à se rencontrer en terrain neutre. L'Empereur Otton VIII, cousin du Grand-Duc se déplace en personne. Il est décidé que le Kronprinz épousera la Princesse Charlotte de Cobourg, issue d'une branche cadette des Ducs de Zabrück, donnant naissance à la dynastie des Cobourg-Nassau dont descendent de nos jours, en ligne féminine, les Grand-Ducs de Zollernberg. Le traité de paix prévoit la dévolution de la Couronne impériale au Grand-Duc de Zollernberg, en compensation les Ducs de Zabrück reçoivent la charge héréditaire de chancelier de Zollernreich et se voit réaffirmer leur autonomie. De plus le traité prévoit qu'en cas d'extinction de la Maison de Cobourg-Nassau les Zabrücksi monteront sur le trône impériale.

1559 : Les États Généraux de Zollernreich approuvent la Paix de Wasserland et publie l'Acte d'Union proclamant le rattachement de toute la Nation zollernoise sous une même Couronne. Le texte garantie en outre les « Droits et Libertés inaliénables des Communes, Provinces et Etats constituant le Saint Empire de la Nation Zollernoise ». Le Zabrück rejoint le Grand-Duché de Zollernberg mais jouit toujours d'une autonomie qui lui est garantie par la Paix de Wasserland et l'Acte d'Union.

XVIIe siècle : Le Crassauerstein est au cœur des enjeux territoriaux de la Guerre de Quarante-Quatre ans opposant le Zollernreich au Royaume de Krassland. Les troupes impériales sont victorieuses.

XVIIIe siècle : le Crassauerstein reste l'enjeu de longs et sanglants conflits qui opposent régulièrement le Krassland au Zollernreich. En 167 ans la ville de Crassbach change de mains pas moins de 346 fois. La population locale paie un lourd tribut aux incessantes batailles qui font rages pendant tout le siècle. Les montagnes deviennent un lieu de refuge.

1759 : Le Zabrück a perdu, au fil des siècle et la faveur de l'accroissement du pouvoir impérial à Wilhelstaufen, l'autonomie dont il jouissait naguère. Cela ne met pas fin aux tentations isolationnistes d'une partie de sa population, ni à la forte pression politique en faveur du Krassland exercée par les krasslandophones.

1852 : Révolution Krassvatienne. Mené par des idées égalitaires et des velléités d'indépendance le Crassauerstein se soulève contre le gouvernement impérial à Wilhelstaufen. Achille Krassvata, chef de la rébellion met en place une république égalitaire.

1861 : Agitation pro-zollernoise à Crassenbaden. Le Maréchal Prince Philipp-August Molenkopv von Zabrücksi, Feld-Maréchal des armées impériales vient en aide aux insurgés et met fin à l'indépendance de République de Krassauerstein qu'il fait revenir dans le giron du Zollernreich. Il mène une politique de zollernisation forcée.

1893 : Mort du Maréchal Prince Philipp-August Molenkopv von Zabrücksi, âgé de quatre-vingt-huit ans au cours d'une chasse au dahus.

XXe siècle : Le Crassauerstein, partie intégrante de la province de Zabrück, se tourne vers l'industrie minière (forte présence de mines de Savonnite), encore aujourd'hui source de revenus importante.

1962 : Naissance de la première station de ski sur les pentes du Mont Crassberg où se réunit l'eztablihsment zollernois. Crassbach devient une destination touristique très prisée

1975 : Émeutes de Crassenbaden réclamant des mesures en faveur de la classe ouvrière.

Histoire ludique

2000 : Sous l'impulsion du FLNK (Front de Libération Nationale du Krassauerstein), révolte des minorités Krasslandophones, abandonnées par la Semi-République de Krassland et réprimées par le gouvernement zollernois. Quelques années plus tard, le FLNK se scindent en deux : l'aile droite qui se prononce pour le rattachement avec le Krassand, l'aile gauche se prononce pour l'indépendance et fonde l'Alliance Révolutionnaire Klandestine du Krassauerstein (ARKK), d'inspiration Krassavatienne. Les merksistes-luninistes du FLNK fonde leur propre mouvement : le Front Luniniste Armée de Libération du Krassauerstein (FLALK).

Octobre 2000 : La guerre zollerno-yssoise ravive les hostilités, alors que les troupes zollernoises sont mobilisées au Sud du Grand-Duché. Une rébellion voit le jour, le FLNK et le mouvement unioniste ne pouvant obtenir le soutien du Krassland est définitivement discrédité et marginalisé. L'ARKK et FLALK prennent la tête du mouvement indépendantiste. Ils fusionnent sur la base de leurs idées égalités pour donner naissance au Parti Merksiste Luniniste du Krassauerstein (PMLK).

22 janvier 2001 : Le PMLK forme une junte populaire et proclame l'indépendance de la République Libre du Krassauerstein. Hörst Krassgurth, héros de la révolution merksiste et chef de la junte devient le premier Président de la République. Crassbach devient la capitale du nouvel État. Le Krassauerstein devient le centre du merksisme dans le micromonde. L'Etat krassauersteinois finance des mouvements anti-impérialistes.

Avril 2001 : Un groupe d'officiers luninistes dénonçant la dérive merksiste du pouvoir organise une tentative de coup d'état parvenant à enlever le président Krassgürth qui meurt en captivité au secret. Le pays est en proie à la guerre civile pendant près d'un an, le général Gorbulski, chef des forces gouvernementales, signe un accord de cessez-le-feu et entame un processus de réconciliation entre les différentes mouvances du merksisme-luninisme.

22 mai 2002 : Le général Gorbulski est élu président de la République. Il mène une politique de développement de l'économie en s'appuyant sur l'industrie minière et le secteur agricole.

Juin 2003 : Le général Gorbulski et Heidy Merks, secrétaire générale du PMLK sont accusés de Troutskisme. Le ministre de l'intérieur Ar Adad saisit ce prétexte pour organiser un coup d'état. Gorbulski et Merks sont envoyés en camp de rééducation. Ar Abad devient le 2e président de la République Libre du Krassauerstein. Une purge des cadres du parti est organisé, les ouvriers sont mobilisés dans une politique de grands travaux afin de satisfaire la mégalomanie du dictateur. La production industrielle s'effondre.

28 décembre 2003 : Déclaration de Wilhelstaufen. L'opposition au PMLK en exil établit un gouvernement du Krassauerstein en exil. Le comte Antoine d'Issling de Dalberg est nommé à sa tête avec le titre de Régent. Une ordonnance souveraine adoptée par le gouvernement en exil et promulgué par le Régent de Dalberg proclame la monarchie en Crassauerstein.

22 mai 2004 : Le général Gorbulski s'évade du camp de rééducation du Crassdorff et reprend le pouvoir à la capital. Ar Adad dont le pouvoir vacille se réfugie dans son bastion de Crassdorff. Gorbulski reprend les rênes du pouvoir.

14 janvier 2005 : Le Sérényssime Empire d'Ys reconnaît le gouvernement monarchiste krassauersteinois en exil.

26 janvier 2005 : Le Grand-Duché de Zollernberg reconnaît le gouvernement monarchiste crassauersteinois en exil.

15 juin 2005 : La Diète nationale désigne le Prince Lorenz Maximilian Wilhelm Franz de Zollernberg, fils cadet du Kronprinz François-Joseph, futur François Joseph III comme candidat au trône de Zabrück-Crassauerstein. Deux jours plus tard, le Grand-Duc Frédéric-Guillaume Ier, fait savoir devant la Cour et les ambassadeurs de la Cour de Zabrück-Crassauerstein son approbation à l'élection de son petit-fils au Trône de Zabrück-Crassauerstein.

17 juin 2005 : Proclamation de l'Archiduc Lorenz Ier

30 juin 2005 : Révolte contre le régime merksiste. Au "centre de rééducation" de Krassdorf, les prisonniers se libèrent de leurs chaines. A Krassbach, la capitale, des combats de rues opposent les troupes dictatoriales au Peuple. Le Ministère de l'Intérieur est pris d'assaut. Le peuple réclame le retour de l'Archiduc Lorenz. Les révoltés appellent également le micromonde à une réaction, et demandent au Zollernberg d'intervenir militairement.

Juillet 2005 : Intervention militaire zollernoise rejoint par les troupes royales de Locquetas. Les armées coalisées menées par le Feld-Maréchal Duc de Wilhelstein mènent d'abord des opérations de pilonnages systématiques des forces merksistes, avant de se lancer, le 15 juillet, sus à l'ennemi.

21 août 2005 : Les forces zollernoises et coalisées prennent Kroenenberg obtenant une victoire décisive annonçant la victoire de la coalition et la libération du Zabrück-Crassauerstein du joug merksisto-crassieux

Novembre 2005 : Fin de la reconquête du Zabrück-Crassauerstein. Antoine de Dalberg est confirmé dans ses fonctions de chef de gouvernement et prend le titre de Ztathouder. Il mène une politique de désenclavement et remise en état des voies de circulation et créée la compagnie des chemins de fer du Zabrück 16 février 2006 : Ratification du traité de protectorat. L'Archiduché de Zabrück-Crassauerstein devient un protectorat zollernois. Il conserve une politique étrangère mais doit se conformer en tout point à celle du Zollernberg. Le Grand-Duché assume la défense de l'Archiduché qui conserve pour seule force armée, la Garde d'honneur destinée au service du Souverain. Le Grand-Duc de Zollernberg assume désormais le titre de Protecteur de Zabrück-Crassauerstein.

9 mai 2006 : Couronnement et mariage de l'Archiduc Lorenz Ier en la cathédrale de Kroenenberg

12 mai 2006 : Attentat merksiste organisé contre le train transportant l'Archiduc Lorenz et son épouse en voyage de noces. Le couple princier survit à la bombe placée au col des Cuirassiers (ci-devant col Heidi Merks).

24 juillet 2006 : Nomination du Prince Philipp Molenkopv von Zabrücksi en qualité de Ztathouder, chef du gouvernement de l'Archiduché.

27 avril 2012 : En pleine Guerre de Réunion, le Grand-Duc Louis Ier est élu Archiduc de Zabrück-Crassauerstein par la Diète nationale accédant ainsi au trône laissé vacant par la mort de son cousin Lorenz Ier, et réalisant l'union personnelles des couronnes zollernoise et crassauersteinois.

Décembre 2014 : Mort de Louis Ier, son fils Victor-August Ier lui succède.

Juillet 2016 : Manifestations rattachistes à Kroenenberg. Le mouvement rattachiste zabrückois (prônant la réunion du Zabrück) est divisé entre unionistes, menés par le Prince Franz Molenkopv von Zabrücksi, souhaitant la création d'un grand Zabrück par l'intégration du Zabrück-Crassauerstein à la province zollernoise, et la mouvance souverainiste, menée par le Comte Eduard de Dalberg, prônant le rattachement du Zabrück zollernois à l'Archiduché.

Institutions

L'Archiduché est un état indépendant (depuis 2001) sous protectorat zollernois (depuis 2006) en union personnelle avec la Couronne de Zollernberg (depuis 2012).

Le Zabrück-Crassauerstein est lié au Zollernberg par un traité de protectorat. Ainsi l'Archiduché est placé sous la protection du Grand-Duché et reconnaît au souverain zollernois le titre de Protecteur de Zabrück-Crassauerstein.

Les dispositions du traité stipulent que, si l'Archiduché conserve une politique étrangère, celle-ci doit se conformer en tout point à celle du Grand-Duché et rend compte au ministère des affaires extérieures zollernois de son action.

Enfin, le traité acte la dissolution des forces armées crassauersteinoises, en dehors de la garde d'honneur affectée au souverain, le Grand-Duché assumant dès lors la défense de l'Archiduché.

Exécutif

L'Archiduc

En Zabrück-Crassauerstein, le Souverain possède l'essentiel du pouvoir, il nomme le chef de gouvernement, le Ztathouder et les membres du gouvernement formant le Conseil d’État, responsable devant lui. Il gouverne par ordonnance.

Le trône se transmet de manière héréditaire dans la descendance de Son Altesse Royale Louis Ier de Zollernberg, par ordre de primogéniture avec préférence masculine au même degré de parenté. Le couple archiducal et ses enfants portent en Zabrück-Crassauerstein le prédicat d'Altesse Sérénissime. Le Trône de Zabrück-Crassauerstein aussi appelé Couronne des Aigles est actuellement en union personnelle avec la Couronne de Zollernberg en la personne de Victor-August Ier, Grand-Duc de Zollernberg, Archiduc de Zabrück-Crassauerstein. Il a sa résidence officielle au Palais Zaint Kazimir de Kroenenberg.

Le Conseil d’État

C'est le gouvernement de l'Archiduché. Il est présidé par le Ztathouder, ses membres, qui prennent le titre de conseiller d'Etat sont responsables devant le seul souverain. Deux portefeuilles le compose : l'Intérieur et les Relations Extérieures.

Législatif

La Diète nationale

La Diète nationale est une assemblée délibérative ayant pour fonction de conseiller le Souverain qui peut repousser ou adopter ses décisions. Composée de membre élus par ordre, elle est présidée de droit par l'Archevêque de Kroenenberg. Ses sessions sont ouvertes par ordonnance souveraine et son ordre du jour fixé par le Conseil d’État.

Économie

Le Zabrück-Crassauerstein a toujours été une importante zone de production.

Son territoire raviné est peu propice à l'agriculture : c'est d'avantage l'élevage qui a prospéré, notamment en flanc de montagnes. Le Zabrück-Crassauerstein a fourni très tôt de la viande, mais aussi des peaux, à tout le continent. Une tradition de transformation des productions agricoles est établie depuis des millénaires.

Les mines des monts savonifères et Krazzberg sont exploitées également depuis des millénaires.

Enfin, les villes ont, dans le haut moyen-age investi dans des productions de transformation : tissus, dentelles, mais surtout armes et joailleries : la transformation du métal est la première source de revenus.

Cette organisation économique a une incidence forte sur la répartition de la richesse. Contrairement aux provinces du Zollernberg qui ont vu se développer une riche aristocratie foncière, le Zabrück-Crassauerstein présente une situation plus hiérarchisée. Mis à part quelques familles qui possèdent de grands espaces, les nobles ne dominent que des contrées limitées, bordées par des frontières naturelles. La noblesse y est plus abondante mais aussi plus pauvre qu'ailleurs. Parallèlement, une noblesse urbaine, de type patricien, possède et encadre la production manufacturière.

Relations avec la CSH

Les affaires étrangères étant déléguées au Grand-Duché du Zollernberg, la CSH reconnaît le Zabrück-Crassauerstein via son TRM avec le Zollernberg.