Conseil Sportif Micromondial

De Wikiscanthel

Le Conseil Sportif Micromondial (CSM) est est une institution crée en 2016 par la Conférence de Superkrassberg suite aux JMO de Confolens 2016. Initialement dénommé Conseil Micro-olympique (CMO) il a changé de nom en 2017 suite à une réforme de sa Charte. Son siège est à Talamanca (Nautia).

Présidence

Il est présidé actuellement par le Kolozistanais Fredrick Jdanov (janvier 2018)

Membres

Conférence de SuperKrassberg

Déroulement de la Conférence

Les JMO ont été relancé en 2015 lors des JMO de Superkrassberg (Krassland), une nouvelle édition est organisée à Confolens (Edoran) en 2016. Après la réussite de ces JMO mais aussi quelques remises en cause notamment sur les membres participant, il est décidé d'organiser une Conférence dans la station krasslandaise de SuperKrassberg, siège de la relance des jeux pour mettre en place une organisation archipélienne chargée de l'organisation des JMO.

La Conférence est une réussite puisqu'il y a neuf membres fondateurs : Edoran, la Francovie, le Krassland, Prya, le Skotinos, le Zollernberg, le Kolozistan, Mézénas et Armara.

La Conférence permet de mettre en place une organisation indépendante de l'ONA mais basée à Talamanca et également indépendante des politiques ne privilégiant que des membres élus par cooptation.

Charte adoptée par la Conférence de SuperKrassberg

Les representants fondateurs du CMO mettent en place une Charte qui sera profondément modifiée en 2017. La version de 2016 était la suivante :

  • Article 1.
    • 1.1. Le Comité des Jeux Microlympiques est créé, ci-après appelé Comité, dont le siège est situé à Talamanca sur l'île de Nautia.
    • 1.2. Le Saint Empire d'Édoran, la Principauté de Fantispa, la Semi-République du Krassland, la Confédération Ducale de Pirée, la République de Prya et la République de Skotinos sont les membres fondateurs du Comité.
    • 1.3. Le Comité a pour but la promotion du sport, sans discrimination d'aucune sorte. Il place au coeur de son action les valeurs d'équité, de fair-play, de loyauté et de respect mutuel. Il contribue a un micromonde meilleur et plus pacifique.
    • 1.4. Le Comité est en charge de la sélection des villes organisatrices des Jeux Microlympiques d'hiver et d'été.
    • 1.5. Le Comité peut déclarer un sport discipline microlympique, sur proposition du représentant de l'une des micronations-membres, après un vote des représentants à la majorité relative. En cas d'égalité entre les pour et les contre, on procèdera à un nouveau tour de scrutin. Le sport déclaré discipline microlympique devient, de fait, éligible aux compétitions des Jeux Microlympiques.
  • Article 2.
    • 2.1. Le Comité est dirigé par un Président élu par les représentants des micronations-membres et parmi eux, lors de la première réunion ordinaire du Comité qui suit une édition des Jeux, dans un scrutin majoritaire à un tour pour un mandat de 6 mois non renouvelable. Le candidat ayant reçu la majorité absolue des votes exprimés est élu. Si aucun des candidats n'a obtenu la majorité absolue des votes exprimés, on procèdera à un deuxième tour de scrutin entre les deux candidats arrivés en tête. Chaque représentant dispose d'une voix.
    • 2.2. Une fois élu, le Président devra choisir un suppléant parmi les représentants des micronations-membres, qui le remplacera en cas d'absence ou d'indisponibilité, avec les mêmes pouvoirs, prérogatives et privilèges.
    • 2.3. Le Président représentera le Comité en tout temps et en tout lieu, avec le statut d'Ambassadeur. Il fixera le calendrier des réunions du Comité pour la prochaine microlympiade. Il dirigera ces réunions. Il sera chargé d'annoncer le nom de la ville choisie pour l'organisation des Jeux.
  • Article 3.
    • 3.1. Une micronation devient membre du Comité, dès lors qu'elle y a un représentant élu dans les conditions fixées aux articles 3.3. et 3.4. et que ce dernier signe la présente charte. La reconnaissance d'une micronation par les autorités de toutes les micronations-membres du Comité n'est pas une condition sine qua non à son adhésion.
    • 3.2. Une micronation doit être membre du Comité pour participer aux Jeux Microlympiques suivants.
    • 3.3. Il n'y a pas de limite au nombre de candidats au poste de représentant pour chaque micronation. Ces candidats devront être issus du monde sportif, athlète, entraineur, président de fédération sportive, etc. Ils ne devront exercer aucune fonction politique au moment où ils se porteront candidats mais aussi tout au long de leur mandat au Comité, s'ils étaient élus. Les représentants des membres-fondateurs du Comité qui ont participé à la Conférence de SuperKrassberg s'engagent en signant cette Charte à se mettre en conformité avec le présent article si toutefois ils ne l'étaient pas, en démissionnant de toute fonction politique ou en se faisant remplacer au terme de cette réunion.
    • 3.4. Le représentant d'une micronation est élu lors de la première réunion ordinaire qui suit une édition des Jeux, dans un scrutin majoritaire a un tour pour un mandat de 6 mois non renouvelable, à la majorité absolue des votes exprimés, par les représentants des micronations-membres. Si aucun des candidats n'a obtenu la majorité absolue des votes exprimés, on procèdera à un deuxième tour de scrutin entre les deux candidats arrivés en tête. Chaque représentant dispose d'une voix.
  • Article 4.
    • 4.1. L'appel à candidatures pour l'organisation des prochains Jeux se fera lors de la première réunion ordinaire qui suit une édition des Jeux.
    • 4.2. Toute ville se trouvant sur le territoire des micronations-membres du Comité pourra se porter candidate pour l'organisation des Jeux, dans la limite d'une ville par micronation.
    • 4.3. Le dossier de candidature devra comporter un descriptif des infrastuctures sportives de la ville ainsi que des facilités d'accueil et d'hébergement, aéroports, ports, hôtels, complexes sportifs, lieux naturels. Le dossier sera défendu par un citoyen de la micronation, issu du monde sportif ou non, qui ne pourra être le représentant de la micronation-membre du Comité.
    • 4.4. La ville retenue sera élue lors d'une réunion extraordinaire du Comité dans un scrutin majoritaire à un tour, à la majorité absolue des votes exprimés, par les représentants des micronations-membres. Si aucune des villes-candidates n'a obtenu la majorité absolue des votes exprimés, on procèdera à un deuxième tour de scrutin entre les deux villes-candidates arrivées en tête. Chaque représentant dispose d'une voix.

Fonctionnement

En 2017, à l'initiative du nouveau Président de l'institution Frederik Jdanov et à la demande d'une grande partie de ses membres, le CMO devient le CSM et a pour rôle désormais l'organisation de toute compétition sportive et plus seulement les JMO.

Le changement de nom est accompagné d'un changement de fonctionnement, le CMO étant jugé comme une usine à gaz notamment dans le processus de désignation de ses membres.

Dans une volonté de préserver le CSM de l'influence politique, les membres du CSM sont désignés par cooptation. Chaque nation est représentée par un membre élu par les membres présent à la veille de chaque JMO. Le système a pour l'instant empêcher tout changement de représentant ce qui a entraîné des accusations de corruption et de népotisme lors de l'attribution des JMO de Tétaou en 2018.

Une nouvelle Charte a été adoptée en 2017 :

Préambule.

Les représentants Octave Dumortier, du Saint Empire d'Édoran, Pierre de Loubertin, de la République de Francovie, Amalia Sturzenberg, de la Semi-République du Krassland, Helmut von Kromperen, de la République de Prya, Elvira Cabrera, de la République de Skotinos, Alexander Lemberg, du Grand Duché du Zollernberg, Fredrick Jdanov, de la République du Kolozistan, Charles Maisonneuve, des États-fédérés de Mézènas et Cornelia Duggles de l'Empire d'Armararéunis à Talamanca dans le but de créer une organisation permanente chargée de l'attribution des compétitions sportives micromondiales à venir, ont convenu ceci.

  • Article 1.
    • 1.1. Le Conseil Sportif Micromondial est créé, ci-après appelé Conseil, dont le siège est situé à Talamanca sur l'île de Nautia.
    • 1.2. Le Saint Empire d'Édoran,, la République de Francovie, la Semi-République du Krassland, la République de Prya, la République du Kolozistan, l'Empire d'Armara, le Grand Duché du Zollernberg, les États fédérés de Mézènas et la République de Skotinos sont les membres fondateurs du Conseil.
    • 1.3. Le Conseil a pour but la promotion du sport, sans discrimination d'aucune sorte. Il place au coeur de son action les valeurs d'équité, de fair-play, de loyauté et de respect mutuel. Il contribue a un micromonde meilleur et plus pacifique.
    • 1.4. Le Conseil est en charge de la sélection des villes organisatrices des Jeux Microlympiques d'hiver et d'été.
    • 1.5. Le Conseil est en charge de la sélection des nations organisatrices des compétitions sportives affiliés au CSM.
  • Article 2.
    • 2.1. Le Conseil est dirigé par un Président élu par les représentants des micronations-membres et parmi eux pour un mandat de 6 mois renouvelable. Le candidat ayant reçu la majorité absolue des votes exprimés est élu. Si aucun des candidats n'a obtenu la majorité absolue des votes exprimés, on procèdera à un deuxième tour de scrutin entre les deux candidats arrivés en tête. Chaque représentant dispose d'une voix.
    • 2.2. Une fois élu, le Président devra choisir un suppléant parmi les représentants des micronations-membres, qui le remplacera en cas d'absence ou d'indisponibilité, avec les mêmes pouvoirs, prérogatives et privilèges.
    • 2.3. Le Président représentera le Conseil en tout temps et en tout lieu, avec le statut d'Ambassadeur. Il fixera le calendrier des réunions du Comité pour la prochaine microlympiade et/ou compétition affilié . Il dirigera ces réunions. Il sera chargé d'annoncer le nom de la ville choisie pour l'organisation des Jeux et du pays choisi pour l'organisation des compétitions affiliées.
  • Article 3.
    • 3.1. Une micronation devient membre du Conseil, dès lors qu'elle y a un représentant élu dans les conditions fixées aux articles 3.3. et 3.4. et que ce dernier signe la présente charte. La reconnaissance d'une micronation par les autorités de toutes les autres micronations-membres du Comité n'est pas une condition sine qua non à son adhésion.
    • 3.2. Toute micronation, membre ou non du Conseil peut participer aux Jeux Microlympiques et aux compétitions affiliés.
    • 3.3. Il n'y a pas de limite au nombre de candidats au poste de représentant pour chaque micronation. Ces candidats devront être issus du monde sportif, athlète, entraineur, président de fédération sportive, etc. Ils ne devront exercer aucune fonction politique au moment où ils se porteront candidats mais aussi tout au long de leur mandat au Conseil, s'ils sont élus. Les représentants des membres-fondateurs du Conseil qui ont participé à la réunion de Talamancas'engagent en signant cette Charte à se mettre en conformité avec le présent article si toutefois ils ne l'étaient pas, en démissionnant de toute fonction politique ou en se faisant remplacer au terme de cette réunion.
    • 3.4. Le représentant de chaque micronation est élu 10 jours avant l'élections de la Présidence du CSM Le candidat ayant reçu la majorité absolue des votes exprimés est élu. Si aucun des candidats n'a obtenu la majorité absolue des votes exprimés, on procèdera à un deuxième tour de scrutin entre les deux candidats arrivés en tête. Chaque représentant dispose d'une voix.
  • Article 4.
    • 4.1. L'appel à candidatures pour l'organisation des prochaines compétitions du CSM se fera lors de la première réunion ordinaire qui suit une édition de la compétition en question.
    • 4.2. Toute ville se trouvant sur le territoire d'une micronation de l'archipek pourra se porter candidate pour l'organisation des Jeux, dans la limite d'une ville par micronation. Tout pays peut se porter candidat à l'organisation d'une compétition affiliée au CSM.
    • 4.3. Le dossier de candidature devra comporter un descriptif des infrastuctures sportives de la ville où du pays, complexes sportifs, lieux naturels, ainsi que des facilités d'accueil et d'hébergement, aéroports, ports, hôtels. Il pourra également proposer qu'un sport devienne discipline olympique et il devra alors comporter une présentation de ce sport ainsi que ses règles. Le dossier de candidature sera défendu par un citoyen de la micronation, qui ne pourra être le représentant de la micronation-membre du Conseil.
    • 4.4. La ville ou nation retenue sera élue lors d'une réunion extraordinaire du Conseil dans un scrutin majoritaire à un tour, à la majorité absolue des votes exprimés, par les représentants des micronations-membres. Si aucune des villes ou nation-candidates n'a obtenu la majorité absolue des votes exprimés, onprocèdera à un deuxième tour de scrutin entre les deux villes-candidates arrivées en tête. Chaque représentant dispose d'une voix.
  • Article 5
    • 5.1 Un représentant d'une nation membre peut à tout moment proposer la création d'une compétition de niveau micromondial. Il devra présenter le projet, les conditions daccès en s'assurant que la compétition respecte la présente charte. Son projet sera voté par le Conseil dans un scrutin majoritaire à un tour, à la majorité absolue des votes exprimés, par les représentants des micronations-membres. Si le projet n'a obtenu la majorité absolue des votes exprimés, le projet est refusé par le CSM.
    • 5.2 Un organisateur d'une compétition Micromondiale non affiliée au CSM peut à tous moment demander l'affiliation de sa compétition au CSM en s'assurant que celle ci respecte la présente charte. Son affiliation sera voté par le Conseil dans un scrutin majoritaire à un tour, à la majorité absolue des votes exprimés, par les représentants des micronations-membres. Si le projet n'a obtenu la majorité absolue des votes exprimés, l'affiliation est refusé par le CSM.
    • 5.3 Les compétitions affiliés au CSM, se déroulant de manière continue durant l'année, se voit attitré un directeur chargé du bon fonctionnement de la compétition. Ce directeur est désigné pour un mandat d'un an par le CSM pendant un vote de sa dernier à la majorité relative des votes exprimés. Ce directeur peut être destitué par le CSM dans un scrutin majoritaire à un tour, à la majorité absolue des votes exprimés.

Les organisations membres (comités sportifs)